Accueil > Question de fonds > Retour vers le passé : les travaux d’aiguilles pour les filles

Retour vers le passé : les travaux d’aiguilles pour les filles

Page de titreBref rappel historique

A la fin du 19e siècle, les lois Ferry et Guizot encadrent l’enseignement en France. Ainsi, Jules Ferry en 1882 modifie les programmes en y introduisant les sciences et les langues vivantes, la gymnastique (exercices militaires) pour les garçons et la couture pour les filles.

L’objectif est simple : former la future mère et l’épouse qui sont les deux piliers de la famille, élément fondamental de la nation.

Cet enseignement est à la fois sexiste, puisqu’il est exclusivement réservé aux filles dans la perspective de leur vie domestique de femme, mais aussi éducatif.  En effet, à partie de 1923, cet enseignement se présente en deux parties : une partie pratique et une autre rattachée à la géométrie.
En 1984-85, les leçons de coutures sont remplacées par des cours de technologie dispensés aussi bien aux filles qu’aux garçons.

Pour être une bonne ménagère, il fallait savoir,


dans un premier temps, raccommoder
Raccommodage

Suivant un intitulé d’exercice, les enseignants vérifiaient que les jeunes filles savaient « réparer ».

Ils évaluaient ainsi leur dextérité et leur habileté.









Puis, dans un second temps, reproduire un modèle.

Bonnet

Suivant un schéma explicatif, les jeunes filles devaient produire un objet.

Il s’agissait dévaluer à la fois leur dextérité mais aussi leur capacité à reproduire une forme géométrique.



Pour en savoir plus :

Revue Spirale, n°14, 1995
Le travail manuel masculin au cours moyen


Ces documents sont conservés dans les réserves du site Batignolles.

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks