Accueil > En coulisses, Entretiens > Démarrer sa recherche bibliographique : parole de tuteur.

Démarrer sa recherche bibliographique : parole de tuteur.

Sébastien Gougibus, tuteur à la bibliothèque Michelet et doctorant en histoire de l’art, nous livre quelques clés pour bien démarrer ses études en ce domaine :

« S’il est un problème qui se pose à tout étudiant pendant son cursus, c’est celui de la recherche bibliographique. Que cela soit pour un exposé à préparer ou un mémoire de recherche, la première étape est bien souvent l’une des plus difficiles : trouver des informations sur le sujet, ne pas se contenter des livres généraux mais parvenir à explorer le thème choisi au travers des articles, des publications les plus récentes et les plus averties.

Le bon réflexe que l’on se doit d’acquérir pendant les premières années, celles de Licence, c’est d’aller consulter les ouvrages des grandes collections, telles que Citadelles et Mazenod, L’Univers des Formes, les manuels de l’École du Louvre, bref tous ces livres qui, au-delà de leur contenu scientifique, valent par leurs riches bibliographies. Celles-ci constituent un excellent point de départ.
Mais, bien entendu, cela ne suffit pas.
L’étudiant doit ensuite se tourner vers tous les outils informatiques qui sont aujourd’hui mis à sa disposition par les bibliothèques et, notamment, par les bibliothèques de la Sorbonne.
Ce sont les catalogues de recherche comme celui de la bibliothèque Michelet, ou encore le SUDOC qui interroge les bibliothèques universitaires en France.

Ce sont également les bases de données qui donnent accès, en tant qu’étudiant de Paris-Sorbonne, à un grand nombre de services, comme le dépouillement de revues qui permet de connaître les articles parus sur un sujet donné, ou encore la lecture de ces articles en full-text, ce qui est, je parle en connaissance de cause, bien pratique!
Bref, la recherche bibliographique est un travail en soi, qui conditionne la réussite de tout travail universitaire. Comme toute chose, cela s’apprend et il ne faut pas hésiter à demander des conseils, de l’aide aux personnels des bibliothèques qui sont là pour répondre à vos questions. Et je pense notamment aux tuteurs, dont j’ai fait partie cette année, et qui vous guideront dans l’utilisation de tous ces outils dont vous ne pourrez ensuite plus vous passer. »

-Signets du Service commun de la documentation de Paris-Sorbonne en histoire de l’art

-Signets du Service commun de la documentation de Paris-Sorbonne en archéologie

Sébastien Gougibus
Photo : Fabrice Cicard
  1. 22/06/2011 à 09:47 | #1

    Bon article pour inciter les étudiants à bénéficier de la médiation des bibliothécaires et des tuteurs dans leurs recherches bibliographiques. Une suite logique pourrait consister à sensibiliser les étudiants de niveau master ou 3e cycle à la gestion des références bibliographiques ainsi collectées.

  1. Pas encore de trackbacks