Archive

Archives pour 02/2012

Des outils pour lire la presse

newspaperVous souhaitez lire et rechercher des articles de presse ? Connaissez-vous les différents outils pour accéder à la presse en ligne de vos BU ?

Vous recherchez des articles très récents sur une thématique particulière, en français et en anglais ? Europresse est fait pour vous : cette base, mise à jour quotidiennement, vous permet de faire des recherches par sujets, sur des périodes précises. Vous pouvez enregistrer et imprimer les articles obtenus par son biais.
Quelques journaux présents sur Europresse : CB News (2005-), Courrier international (2004-), Les Échos (1991-), Enjeux-Les Échos (2002-), L’Express (1993-), Le Figaro (1996-), Libération (1995-), Le Monde (1987-), Le Monde diplomatique (1980-), The New York Times (2002-), Le Point (1995-), Stratégies (2005-)

Vous avez plutôt envie de lire des articles dans des langues étrangères pour parfaire votre niveau sans avoir d’idée de recherches précises ? Dans ce cas, il vaudra mieux vous orienter vers Library PressDisplay : cette base très riche, pour ceux qui souhaitent consulter les périodiques étrangers, vous propose plus de 1400 journaux en 39 langues, consultables sur les deux derniers mois.

Plusieurs autres bases de données consacrées à la presse sont à votre disposition, comme Generalis ou encore Eastview. Vous pourrez retrouver l’ensemble de ces ressources à la rubrique « Presse » de la page « La bibliothèque en ligne » sur notre site.

Photo : Ol.v!er [H2vPk]. CC : BY-NC-SA. Source : flickr.

Accéder à la disponibilité d’un document dans le SUDOC

Les bibliothèques de Paris-Sorbonne participent au SUDOC, le catalogue commun aux bibliothèques universitaires françaises. Dans ce catalogue, on peut relever la localisation précise et la cote d’un document, mais on n’avait pas jusqu’à présent accès facilement à l’information sur sa disponibilité dans nos bibliothèques.

Nous avons ajouté dans le SUDOC un lien vers notre catalogue en ligne, qui vous fournit une information actualisée en temps réel sur cette disponibilité (document emprunté ou non, empruntable ou pas, date de retour prévu le cas échéant, etc.).

Ce lien se présente sous la forme d’un bouton qui apparaît quand on consulte la localisation d’un document dans le SUDOC.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce nouveau bouton Disponibilité, qui s’affiche désormais pour les bibliothèques de Paris-Sorbonne qui font du prêt à domicile, vous renvoie vers la notice du document dans notre catalogue en ligne. Profitez-en pour vérifier aussi la cote, elle n’est pas toujours correcte dans le SUDOC quand le document a changé de place…

Plusieurs autres bibliothèques ont aussi mis en place ce lien. C’est le cas quand le petit signe + qui permet d’ouvrir les informations de localisation est coloré en bleu, comme c’est le cas pour notre grande sœur la BIU Sorbonne sur cet exemple.

Categories: Boîte à outils Tags:

Portrait de lecteur : Gabriela Jacques, une étudiante à la bibliothèque de l’IUFM de Paris

Gabriela Jacques est une lectrice de la bibliothèque Molitor. Elle a accepté de répondre à une interview pour « In Quarto » .

- Quel est votre parcours ?

  • J’ai travaillé 16 ans en entreprise. Comme études, j’ai un Bac +5 : un 3e cycle de management international à l’IAE – Institut d’Administration des Entreprises. En 2007, je me suis tournée vers l’enseignement. J’ai enseigné 3 ans dans une école privée sous contrat à Courbevoie. Actuellement, je suis en année libre pour préparer l’agrégation d’économie-gestion à l’ENS Cachan. Je suis la préparation en auditeur libre. Les devoirs sont les samedis, les cours du lundi au mercredi ou jeudi. Je viens à la bibliothèque les jeudis et vendredis. C’est un rythme intense.

- Quelles sont vos pratiques des bibliothèques universitaires, des autres bibliothèques ? Que faîtes-vous en bibliothèque actuellement ?

  • En ce moment, je fais beaucoup de travail de collecte d’informations à la bibliothèque. Sinon, je fréquente les bibliothèques depuis toujours à Paris. D’abord celles de Dauphine puis celles de l’IAE, de Cachan, de François Mitterrand où je suis souvent allée par le passé. De même, j’ai fréquenté la Bibliothèque Inter Universitaire de la Sorbonne ainsi que les bibliothèques municipales. En ce moment, je suis tout le temps ici – à la bibliothèque de l’IUFM de Paris, site Molitor. C »est intime, il y a des livres que je connais, du mobilier de type scolaire. L’environnement est du coup confortable. Dans le milieu du concours, ce sentiment de protection est important. En plus j’ai la possibilité de venir à pied !

- Que pensez-vous de la bibliothèque de l’IUFM ?

  • Ce sentiment de protection est important. Ici, à la bibliothèque du site Molitor, j’apprécie surtout « l’espace vert » : l’organisation, le mobilier, la mise en espace. J’y travaille le plus souvent possible. Par contre, je trouve que les horaires de la médiathèque sont trop restreints et qu’ils pourraient être étendus. La bibliothèque de Cachan que je fréquente également est ouverte plus longtemps, mais l’atmosphère y est moins personnelle.
Categories: Actualités Tags: , ,

American national biography online

American National Biography Online est une base de donnée regroupant autour de 17 400 biographies d’hommes et de femmes ayant marqué l’histoire des Etats-Unis. ANB propose une sélection d’articles thématiques offrant une approche pédagogique et synthétique, ainsi que des pistes biographiques et bibliographiques pour les étudiants (ex : Civil Rights movement, Women History, World War II, etc.)

La base est accessible depuis les postes des bibliothèques (rubrique Bibliothèque en ligne, puis Biographies), mais également à distance avec ses identifiants Sorbonne. Le site vous propose d’envoyer les articles consultés sur votre boite mail. L’article entier est envoyé par mail, avec sa bibliographie ainsi que le lien vers l’article original sur le site.

ANB couvre une large période historique mais ne contient que peu de bibliographies réellement contemporaines (personnes encore vivantes). Par ailleurs, cette base à tendance à être plus pauvre en ce qui concerne les biographies des femmes ayant marqué l’histoire (pas de Nina Simone, Angela Davis, Judith Butler, etc.).

Cependant, les biographies, synthétiques mais détaillées ont l’avantage d’être vraiment exhaustives sur les diverses périodes et activités de la personne étudiée.

Cette base peut être d’une grande aide pour situer ou embrasser d’un seul coup d’œil l’importance historique, le contexte, la personnalité de la personne. Contrairement à certaines bases, les champs d’activité abordés ne s’arrêtent pas strictement à l’histoire et à la politique. On y trouve aussi les bibliographies d’acteurs, peintres, sportifs, etc. ANB a enfin l’intérêt d’être très facile d’utilisation et d’offrir des bibliographies indicatives pour chacune des biographies présentées ainsi qu’une très large collection de photos et illustrations.

Claire Niedzwiedzki
Tutrice d’anglais, bibliothèque Clignancourt

Parlez-vous le russe ?

La bibliothèque Molitor de l’IUFM de Paris vous propose dans son « espace vert » un rayon consacré à la langue russe.

En premier lieu, IUFM oblige, vous y trouverez divers manuels scolaires d’éditeurs français, mais aussi d’un éditeur allemand : la méthode étant entièrement rédigée en russe, elle est utilisable par les classes françaises. De plus, une traduction du lexique se trouvant à la fin à la fin du manuel de l’élève de 1ère année a été autorisée par l’éditeur et est téléchargeable sur le site inter-académique de la langue russe.

Pour apprendre en s’amusant, nous vous proposons aussi divers ouvrages originaux, pouvant aussi bien servir comme supports de cours qu’en lecture individuelle. Quand l’écrevisse sifflera sur la montagne, de François Le Guévellou, vous fera découvrir de nombreuses expressions russes étonnantes et leurs traductions françaises. Kalinka, de Dominique Brémaud, vous fera chanter la Volga, la steppe et les tsiganes. Koulibiac, de Pauline Béranger, vous permettra, par le biais du jeu et de nombreux exercices ludiques d’assimiler le vocabulaire du quotidien et les tournures grammaticales courantes.

Enfin, nous vous proposons de découvrir la littérature russe dans le texte avec quelques ouvrages bilingues (Mon compagnon de Maxime Gorki par exemple) ou annotés (comme Une journée d’Ivan Denissovitch d’Alexandre Sojenitsyne).

Venez donc découvrir la langue de Tchekov et n’hésitez pas à vous renseigner auprès de vos bibliothécaires !

Categories: Question de fonds Tags: ,

Antoni Tàpies

Le 6 février dernier décède à l’âge de 88 ans le peintre et sculpteur catalan Antoni Tàpies, l’un des représentants majeurs du mouvement d’avant-garde en Espagne.

Artiste autodidacte, Antoni Tàpies i Puig (1923, Barcelone) a été créatif jusqu’au bout malgré ses problèmes de vue et d’audition.
Né dans une famille de tradition libérale, Tàpies étudie le droit qu’il abandonne, contraint par une affection pulmonaire, pour se consacrer à sa passion, le dessin et la peinture (1946).
Il expérimente des œuvres de plus en plus abstraites, de nouvelles techniques de dessin et de collage, de nouveaux supports plastiques, des éléments iconographiques et anthropomorphiques ou des signes d’écriture; mais exprimant toujours l’histoire et la politique, la religion, le temps qui passe, les blessures et cicatrices du passé, etc. Opposé au régime franquiste, il défend la politique catalane et le surréalisme dans des tableaux comme L’esperit català, Pintura romana amb barretina et Sardana (1971).
Tàpies connaît très vite du succès, ses œuvres sont exposées dans les plus grands musées d’art contemporain du monde. En 1992, il participe à l’Exposition universelle de Séville, au Pavillon Catalan. En 1984 sera créée à Barcelone une fondation portant son nom et dédiée à l’enseignement de l’art moderne et contemporain.  Il reçoit en avril 2010 du roi d’Espagne le titre de Marquis de Tàpies pour sa grande contribution aux arts plastiques espagnols et mondiaux. Il laisse 8000 œuvres pour la plupart dispersées dans les plus grands musées du monde.

Pour en connaître plus sur l’artiste, vous pourrez consulter à la Bibliothèque d’études catalanes les documents suivants :

- TÀPIES Antoni. La pratique de l’art. Gallimard, 1974 [cote 70 TAP]
– VICENS Francesc, et al. Antoni Tàpies o L’escarnidor de diademes. Ed. Polígrafa, 1971 [cote C 70.07 (TAP) TAP, ouvrage multilingue]
– PENROSE Roland. Tàpies. Ed. Galilée-Dutrou, 1977 [cote 70 (TAP) PEN]
Tàpies : das graphische Werk = Tàpies : l’oeuvre gravée : 1947-1972. Erker-Verlag, 1984 [cote C 70.07 (TAP) TAP]
– RAILLARD Georges. Tàpies. Maeght, 1976 [cote 70 (TAP) RAI]
– GIMFERRER Pere. Antoni Tàpies et l’esprit catalan. Ed. Cercle d’art, 1976 [cote 70 (TAP) GIM]
A.T  : Alfabet Tàpies. Barcelona Multimèdia, 2004 [cote DVD 75 TAP]

Plusieurs ouvrages sont aussi disponibles à la bibliothèque Michelet, n’hésitez pas à consulter le catalogue du SCD Paris Sorbonne.

Photo :
Antoni Tàpies i la fundació IDIBELL. Par canalhub.fotos. CC : BY-SA. Source : Wikimedia Commons

Formations à ARTstor

Le Service commun de la documentation s’est récemment abonné à une nouvelle ressource électronique : ARTstor.

Cette base est un trésor pour qui cherche de l’iconographie, des reproductions de tableaux, des photographies, des objets, des cartes, des relevés, etc. Plus d’un million d’images recensées en histoire de l’art, entres autres domaines abordés.

ARTstor a la même démarche que JSTOR (revues en texte intégral) que vous connaissez peut-être déjà : la base a pour but de gérer les collections de diapositives, de photographies, etc. des universités et autres institutions, publiques ou privées, de les numériser et de les mettre à disposition.

A la bibliothèque Michelet, nous faisons 2 sessions de formations de 1h30 à cette nouvelle ressource. Les sessions sont ouvertes à tous dans la limite des places disponibles (20). Elles auront lieu en salle informatique, chacun ayant un ordinateur pour manipuler la ressource.

Date des sessions : Jeudi 8 mars, 10h-11h30 et jeudi 22 mars, 10h-11h30.

RV dans la salle informatique du site Michelet, sous-sol, couloir à gauche du grand amphithéâtre.

Merci de signaler votre inscription soit à l’accueil de la bibliothèque soit par mail à  l’adresse suivante : soline.astier@paris-sorbonne.fr

Tests sur les périodiques à Malesherbes

En février 2012, deux « semaines test » seront à nouveau programmées à la bibliothèque Malesherbes autour de la consultation des périodiques.
Lors de cette période, les lecteurs seront invités à ne pas ranger les numéros des journaux, revues et magazines consultés, mais à les déposer sur des chariots réservés à cet usage dans la salle des périodiques.

Cette opération permettra aux bibliothécaires de connaître les titres consultés en salle et ainsi de mieux cerner les usages et les besoins des lecteurs.
Cette seconde période test se déroulera du 13 au 25 février 2012.

Categories: Actualités Tags: ,

50 fables expliquées aux enfants

    • Le document se présente comme un recueil de fables, joint de commentaires et de conseils pour une explication rigoureuse.
      • L’ouvrage a été rédigé par Virginie Auguste-Dormeuil, agrégée de lettres modernes et illustré par Valérie Stettent.
      • Les fables sont accompagnées d’illustrations en couleurs qui permettent d’aborder l’histoire différement.
      • Le recueil fait bien sûr la part belle à Jean de La Fontaine, mais également à d’autres auteurs comme Louis Ratisbonne, Le Bailly ou Florian, dont les fables sont remises au goût du jour.
      • Les fables s’installent dans un environnement animalier ou naturel et se terminent immanquablement par une morale.
      • La construction de l’ouvrage s’effectue dans une logique de progression des fables les plus simples à la lecture aux fables plus complexes.
      • L’éditeur, la Librairie des écoles, propose de nombreux documents servant de supports pédagogiques originaux.

      Portrait de lecteur : Camille, une stagiaire-bibliothécaire à l’IUFM

      Camille est stagiaire/bibliothécaire à l’IUFM entre octobre 2011 et janvier 2012. Voici son portrait.

      • Le parcours de Camille jusqu’à la médiathèque Molitor.

      Camille a fait son stage de 3ème en bibliothèque. Sa motivation vient de loin… Au moment de faire ses choix d’études supérieures, elle a pensé à préparer un IUT métiers du livre. Mais ses parents l’ont poussée vers une classe prépa, du coup elle a fait hypokhâgne au lycée Victor Duruy. Elle suit la formation de licence Humanité de l’université Paris X Nanterre. Elle a découvert l’option découverte des métiers du livre par hasard et suit maintenant celle-ci huit heures par semaine, afin de découvrir, s’insérer, se professionnaliser et acquérir de l’autonomie. Elle a effectué un exposé cet automne sur les jeux vidéos en bibliothèque.

      Camille a souvent fréquenté les bibliothèques enfant, puis le CDI du lycée et aujourd’hui les bibliothèques universitaires, toujours en tant qu’usager. Pour en faire sa profession, elle envisage de passer les concours de recrutement. L’année prochaine, elle compte passer les concours de conservateur et bibliothécaire d’état et de bibliothécaire de la fonction publique territoriale. Elle se donne deux ou trois ans pour réussir les concours. Elle envisage parallèlement de suivre la formation du Master de l’ENSSIB ou le cursus du CELSA. Elle a également fait des demandes auprès de la Bibliothèque Publique d’Information du centre Georges Pompidou pour y être vacataire et faire quelques heures par semaine.

      Lorsqu’elle a voulu candidater pour l’option bibliothèque de sa formation et rédiger une lettre de motivation, elle est venue voir Ingrid, la responsable de la bibliothèque du site Molitor de l’IUFM, que connaît sa mère. Ingrid lui a proposé de faire son stage ici, à l’IUFM, et Camille a accepté. Camille se questionne sur le type de bibliothèque où elle voudrait travailler : des bibliothèques de lecture publique ou celles possédant des fonds spécialisés. Elle n’est pas très sûre que cela change vraiment.

      • Les activités de Camille à la médiathèque.

      Camille vient de visiter les caves qui sont dévolues à la médiathèque, dont la répartition lui a été expliquée. Du coup, la politique de conservation de l’établissement a été abordée. Avec l’équipe, elle a mis une partie des manuels en carton. Puis on a abordé la politique d’acquisition. Emilie, la responsable de l’informatique à la bibliothèque lui a expliqué le fonctionement du logiciel « flora », le système informatique de gestion des bibliothèques de l’IUFM. Elle lui a par exemple expliqué la migration des données entre l’ancien logiciel, qui s’appelle Alexandrie et le nouveau, Flora, donc. On a vu également le fonctionnement du blog et de Facebook. D’ailleurs, sur ce dernier service, c’est l’étudiante qui est devenue le professeur et a expliqué le fonctionnement du plus grand réseau social au monde ! Actuellement, Camille désherbe les livres de préparation aux concours qui ne sont pas à jour et c’est un grand chantier car il y en a beaucoup.

      • Son ressenti quant à la médiathèque.

      Camille n’est ni surprise par l’ambiance, ni par le traitement documentaire de la bibliothèque. Par contre, elle s’attendait à plus d’expositions et d’animation au sein de l’établissement. Avant de venir y travailler pendant son stage, elle n’avait pas réalisé que la bibliothèque de l’iufm est plus proche des bibliothèques universitaires que de celles de lecture publique. Quant aux aménagements du hall, elle trouve que c’est mieux, plus pratique, le hall a « plus de style ». Pour elle, l’aménagement donne une image neuve à la biblothèque, alors que dans des anciennes bibliothèque comme celle de Sainte-Geneviève, cela ne passerait pas. Camille trouve que la médiation numérique de la bibliothèque est bonne – merci pour nous – mais malheureusement elle n’est ni assez visible, ni assez fréquentée. La bibliothèque idéale, Camille la voit équipée d’espaces hybrides, où les bibliothécaires seraient plus disponibles pour les usagers et aussi un lieu où l’on se restaure, où  l’on peut boire un café.

      Merci Camille de venir nous aider jusqu’à la fin du mois de janvier et bonne chance !

      Categories: En coulisses, Entretiens Tags: ,