Accueil > Nouvelles acquisitions > La Messe de la Sorbonne

La Messe de la Sorbonne

 Lors de mon arrivée à la Bibliothèque de l’UFR de Musique et Musicologie en 1981, je me souviens du ton mystérieux et confidentiel avec lequel la bibliothécaire alors en poste avant moi, Madame Gilberte Bernard, m’avait révélé l’existence du seul manuscrit musical précieux que nous possédions. Dénommé par Jacques Chailley « Messe de Besançon », il consistait en quatre pages de parchemin en notation noire sur lignes rouges datant du XIVe siècle (époque de l’Ars Nova). Il était « conservé » on ne peut plus sommairement et rangé horizontalement dans une armoire, caché à l’abri des regards, avec l’ordre de ne le communiquer qu’avec d’extrêmes précautions. Il n’y avait pas de salle de réserve, pas de moyen de reproduction, pas de système antivol. Lorsqu’un chercheur souhaitait le consulter, il devait justifier d’une recherche précise et avoir obtenu préalablement l’autorisation écrite du Directeur de l’UFR.

Il fallut attendre 1991 pour que l’UFR prenne la décision de faire restaurer le manuscrit par la Bibliothèque nationale pour la somme « astronomique » de 3 000 Francs. La Bibliothèque nationale joignit également des diapositives avant et après restauration.

En décembre 2006, sous l’impulsion de Frédéric Billiet, directeur actuel de l’UFR, le service audiovisuel de la Sorbonne se chargea de réaliser de nouveaux clichés en haute définition du manuscrit original. Ce fut le point de départ d’un grand projet qui vient d’aboutir à la publication en 2012, aux PUPS, d’un magnifique ouvrage intitulé La Messe de la Sorbonne (autre nom de la « Messe de Besançon »).

Comment du bi-folio original, unica fragmentaire et mal connu malgré plusieurs éditions et études réservées jusque-là aux seuls spécialistes[1], passer à une large diffusion d’une œuvre aussi exceptionnelle ? Ainsi que le dit Isabelle Ragnard :

« Malgré toutes ces zones d’ombre, le manuscrit conservé à la Sorbonne représente une des plus importantes découvertes du XXe siècle concernant la messe polyphonique au XIVe siècle. Connu depuis plus d’un demi-siècle, il n’a pas encore révélé tous ses secrets. » (La Messe de la Sorbonne, p. 20)

À travers l’histoire du manuscrit et l’évocation des figures de Paul-Marie Masson, Jacques Chailley, Édith Weber, notamment, c’est aussi tout un pan de l’histoire de l’Institut (devenu UFR) de Musicologie et de sa bibliothèque qui réapparaît, quelque mois avant le transfert des fonds musicaux de la Bibliothèque Michelet à la Bibliothèque Clignancourt.

L’ouvrage préparé par Frédéric Billiet et son équipe est remarquable en tous points : par la qualité de la reproduction du manuscrit, par l’étude musicologique, codicologique, philologique poussée de celui-ci ; par la tentative de reconstitution-recomposition de la Messe de la Sorbonne en son entier par les soins de Raphaël Picazos ; enfin, grâce à cette version, nous disposons également pour la première fois d’un très bel enregistrement, sur disque compact, réalisé par les étudiants du Master professionnel « Pratique de la musique médiévale » avec les professeurs Benjamin Bagby, Katarina Livljanic et Isabelle Ragnard.

Un manuscrit, un livre, une interprétation à découvrir absolument. La Messe de la Sorbonne mérite bien d’être reconnue en effet comme « un des trésors de la Sorbonne. » (F. Billiet)

 Références : La messe de la Sorbonne [Multimédia multisupport] / [ouvrage préparé par Frédéric Billiet]. – Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne ; Cité du Vatican : Libreria Editrice Vaticana, cop. 2012. – 1 vol. (65 p.) : ill., fac-sim., mus., couv. ill. en coul. ; 29 cm + 1 disque compact (17 mn). – (Musiques-écritures, Série études). Disponible en prêt à la bibliothèque Michelet sous la cote : 782.32 mes

Page de couverture, reprod. avec l’aimable autorisation des PUPS. Remerciements à Sébastien Porte, éditeur, Presses de l’Université Paris-Sorbonne et Catherine Jalouneix, chargée de communication.

[1] Le manuscrit est aussi signalé dans le RISM (Répertoire international des sources musicales, Manuscripts of polyphonic music (c. 1320-1400), by Gilbert Reaney, München-Duisburg, G. Henle, cop. 1969, p. 201-203.

 

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks