Archive

Archives pour 07/2012

DOAJ.org, l’annuaire international des revues scientifiques en Open Access

Le Directory of Open-Access Journals (DOAJ) est un annuaire international de près de 6 000 revues scientifiques à comité de lecture, publiées en libre accès intégral sans période de restriction (Open Access). Il couvre tous les champs de la recherche et toutes les langues.

Le DOAJ permet de rechercher des publications dont la qualité est reconnue par les communautés scientifiques (comité de lecture exigé), par discipline, langue ou mots-clés.

Près de la moitié des revues recensées proposent également une recherche par articles directement sur DOAJ. Pour les autres, il est nécessaire de se rendre sur le site Web de la publication ou, dans le cas des revues francophones, sur revues.org.

L’interface, bien qu’en anglais, est assez simple à utiliser.

Claire Cassaigne
Tutrice de géographie, bibliothèque Clignancourt.

Redalyc

En accès libre, Redalyc est une plate-forme multidisciplinaire d’articles scientifiques. Gérée par l’université autonome de México (UNAM), cette base de texte intégral ne propose en ligne que des articles sélectionnés pour leur qualité universitaire par le comité scientifique nommé par l’université. La base est en constante évolution pour les étudiants en sciences humaines ou en sciences exactes. Elle permet un accès à plus de 750 revues scientifiques hispaniques et lusophones et à plus de 210 000 articles en texte intégral.

Recherchez et retrouvez simplement les différents documents dont vous avez besoin à l’aide des différents modes de recherche proposés (par mots clés, auteurs, pays, revues ou encore par champs disciplinaires).

Le plus : il est possible d’installer une barre de recherche (toolbar) Redalyc, grâce à laquelle on peut avoir accès à tous les articles en texte complet sans passer par le site. Sur facebook et sur Twitter, vous pouvez suivre les comptes « Sistema de Información Científica Redalyc », afin d’être informés des mises à jours du site. Si vous privilégiez un accès nomade, la base est aussi disponible sur votre mobile, iphone ou android.

A noter : bien que le portail soit accessible en français, espagnol, portugais et anglais, les articles sont quant à eux intégralement en espagnol ou en portugais, il est donc important de bien maîtriser ces langues.

Laura Navarro
Tutrice d’espagnol, bibliothèque Clignancourt.

Cairn.info, une base multi-support en sciences humaines et sociales

Cairn est une base multi-support en sciences humaines et sociales proposant le dépouillement à la fois de revues, de magazines et d’ouvrages francophones.

En accès libre, les sommaires et les plans de la plupart de ces supports sont disponibles. Dans le cas des revues, le texte intégral n’est accessible qu’après une période de restriction allant de un à trois ans.

Pour bénéficier au mieux de l’ensemble des possibilités offertes par Cairn – à savoir l’accès intégral à une soixantaine de revues appartenant au portail Humanité sans période de restriction et le feuilletage en ligne des collections Que sais-je ? et Repères –  il est nécessaire de s’identifier avec votre sésame (identifiant de Paris-Sorbonne). Cette identification permet également de télécharger les versions pdf de certains articles.

Dans vos bibliothèques, vous trouverez des brochures consacrées à Cairn, avec l’explication pas à pas des différents modes de recherche, ainsi que des astuces pour optimiser vos requêtes et faciliter votre veille informationnelle (alertes e-mail, flux RSS).

Claire Cassaigne
Tutrice de géographie, bibliothèque Clignancourt

Écrivains catalans : Emili Teixidor

Emili Texidor
(22/12/1933-19/06/2012).
Source : http://www.lavanguardia.com

Le 19 juin dernier disparaissait à l’âge de 78 ans l’écrivain Emili Teixidor, l’une des figures les plus remarquables de la littérature catalane contemporaine, qui a acquis durant ces deux dernières années une grande popularité grâce au succès national et international du film « Pa negre » (« Pain noir ») d’Agustí Villaronga, adaptation de son roman homonyme.

Né en 1933, Teixidor, également pédagogue et journaliste [1], a publié plus d’une trentaine d’ouvrages. Il commence sa carrière d’écrivain avec des productions pour la jeunesse [2] dont El soldat plantat (1967), L’ocell de foc (1972), Cor de roure (Prix de la Critique Serra d’Or [3] 1995), L’amiga més amiga de la formiga Piga (1996, Prix national de littérature infantile 1997), etc.

Sa production littéraire pour adultes, toujours localisée dans la région d’Osana, est centrée sur les tensions sociales de l’histoire récente, en particulier de la Guerre civile espagnole et de l’après-guerre. Après le recueil de nouvelles Sic transit Gloria Swanson (Prix de la Critique Serra d’Or 1979), il publie les romans Retrat d’un assassí d’ocells (1988), El Llibre de les Mosques (2000, Prix Sant Jordi 2009), Pa negre (2003, Prix Crexells 2003, Prix La Lletra d’Or 2004, Prix Maria Àngels Anglada 2004 et Prix national de littérature 2004), Laura Sants (2006) et Els convidats (2010).

Emili Teixidor a également collaboré et écrit des scénarios pour la télévision, la radio et le cinéma. En 1992 il reçoit la Croix de Sant Jordi et en 2012 le titre de Docteur Honoris causa par l’Université de Vic.

Sont disponibles à la Bibliothèque d’études catalanes :

- Frederic, Frederic, Frederic / Emili Teixidor ; pròleg de Ignasi Riera. Barcelona : Ed. Lumen, 1982. [cote 853 (3) TEI]
Retrat d’un assassí d’ocells / Emili Teixidor. Barcelona : Ed. Proa, 1988. [cote 853 (3) TEI]
Les contraportades d’el Matí de Catalunya Ràdio / Emili Teixidor. Barcelona : Ed. La Magrana, 1996. [cote 852 (3) TEI]
Amics de mort / Emili Teixidor. 6e éd.. Barcelona : Cruïlla, 2005. [cote 853 (3) TEI]
Pa negre / Emili Teixidor. Barcelona : Ed. Columna, 2004. [cote 853 (3) TEI]
- Laura Sants / Emili Teixidor. Barcelona : Columna, 2006.  [cote 853 (3) TEI]
El llibre de les mosques : el misteri d’uns papers que incomoden el Vaticà / Emili Teixidor. Barcelona : Proa, 2010. [cote 853 (3) TEI]
Els convidats / Emili Teixidor. Barcelona : Columna, 2010. [cote 853 (3) TEI]
- Pa negre/ Agustí Villaronga, réal. ; Emili Teixidor, aut. ; Francesc Colomer, Marina Comas, Nora Navas…[et al.], act.. Barcelona : Massa d’Or [prod.], DL 2010. [cote DVD CIN PA]

—–

[1] Notamment pour le quotidien Avui et son supplément hebdomadaire Presència, consultables à la BEC

[2] La plupart des ouvrages (jeunesse et adultes) d’Emili Teixidor a été traduite par lui-même en espagnol.

[3] Serra d’or : revue consultable à la BEC

Enfer et Paradis

Entre paradis et enfer : Mourir au Moyen Age, 600-1600. Sous la direction de Sophie Balace et Alexandra de Poorter. Bruxelles : Musées royaux d’art et d’histoire, 2010.
Un catalogue d’exposition sur la mort au Moyen Age dans les fonds de Michelet.

Très Belles Heures Notre-Dame - Scène de Martyrs - Louvre RF2023r

Prière aux Saints Martyrs : Scène de martyrs, extraite du livre de prière de Turin des Très Belles Heures de Notre-Dame du duc Jean de Berry / Maître du Groupe de Saint-Jean-Baptiste. Photo RMN, domaine public, via Wikimedia Commons.

Au Moyen Age la mort occupe une place centrale. Elle est partout et peut survenir à chaque instant. Il y a bien sûr les maladies de l’enfance, les disettes, mais aussi les périodes de guerre et les grandes épidémies. Si bien que l’homme médiéval est obsédé par son salut. Depuis sa naissance l’Église lui enseigne qu’il y a des gentils et des méchants. Et c’est plus par peur de l’enfer, enfer cent fois représenté par les peintres et les poètes, que véritable désir  de plaire au curé qui le pousse à vouloir se ranger parmi les premiers. Localisé dans les entrailles de la terre sous forme d’un gouffre, le supplicié prisonnier des flammes voit son âme broyée par une roue édentée. Cette vision brandie par l’Église est à l’homme médiéval parfaitement épouvantable. Pour gagner le paradis, ou tout est calme et volupté, il a une série de petites astuces. Et l’Ars moriendi  « l’art de bien mourir » en est la forme la plus aboutie. Après les livres d’heures qui l’aident à prier, ce manuel du XIVe siècle conçu sur un essai de Jean Gerson, chancelier de l’université de Paris, fait le pari ultime d’aider le mourant en le préparant lui et son entourage à la mort. Avec pour seul remède l’unique consigne : mener une vie sage et vertueuse.

Les dernières tractations

Pour aller au paradis, mieux vaut ne pas se montrer trop cupide, ou au moins faire semblant de ne pas trop s’attacher aux biens de ce monde. Pour montrer sa bonne volonté on fait des dons. A l’église surtout. Des coussins, des calices, des chaussures, des retables. Et bien sûr ces dons, il va de soi ne sont pas tout à fait gratuits. Outre leur fonction honorable, ils ont pour but que moines et hommes d’Église prient pour leur âme et s’attirent ainsi les bonnes grâces de Dieu. Le nec plus ultra est la concession d’obits. Sorte de pack tout en un qui comprend : office de prière pour le mourant, messe de requiem, puis visite de la tombe. De même les dernières paroles du moribond, loin de s’attacher à quelque marque d’affection à la famille par un dernier je t’aime implorant, n’ont plus que pour ultime obsession l’appel convulsif à la Vierge et au Saint Michel peseur d’âmes. Croyance encore que peut-être le défunt dans une ultime chance se verra accorder la dernière miséricorde. Quoi qu’il en soit son dernier ordre se résumera à cette action : prier pour lui. Et sa famille s’exécutera sans la moindre résistance.

Châsse de Saint Potentin. Musée du Louvre. Photo : Catherine Zérini.

La mise en terre

Le commun des mortels est enterré dans le cimetière paroissial. Le défunt est inhumé sur le dos et paré d’un linceul. D’abord en pleine terre, puis à la fin du Moyen Age dans un  cercueil. A partir du XIIIe siècle, les nobles obtiennent le privilège de se faire inhumer au cœur de l’église, dans la nef ou l’abside, tout près des reliques afin d’accroitre les chances de salut. Les plus pauvres ont évidemment un sort moins glorieux : ils sont tout simplement enterrés dans la fosse commune. Une place à part est faite aux enfants. Comme si il leur fallait compenser le bonheur volé qu’ils n’auront pas la chance de connaître sur terre, l’Église leur réserve la meilleure part. Sur le parvis, le long du mur des églises,  dans le chœur, là s’établit leur dernière demeure. Et en dernier lieu il y a encore des exceptions : le cimetière opère encore une dernière discrimination voulant reléguer bien loin les mauvais morts qui auraient souillés sa terre : les criminels non repentis, les chevaliers morts au combat et les juifs.

Crossbones (PSF)

Pearson Scott Foresman. Domaine public, via Wikimedia Commons.

Le cimetière

Tout comme la mort est au cœur de la vie, le cimetière est au cœur de la ville. Si le mort est toujours aimé il peut parfois être redouté. Et circule à voix basse ces histoires où on aurait vu le mort sortir attaquer le passant. On prend alors très vite l’habitude, de planter près des tombes des accoudoirs de bois pour prier, en s’asseyant au passage sur les dalles funéraires. Et à vrai dire on se bouscule un peu. Car au Moyen Age le cimetière est un lieu de grande fréquentation. On a toutes les chances de traverser le cimetière au moins une fois par jour. Et y faire ses petites affaires. Car ils sont nombreux à faire commerce de pains, de poissons, viandes, là étalés sur les tombes. Les artisans eux-mêmes n’hésitent pas à installer leur atelier. Le curé y fait école et dans certains coins à l’abri des herbes hautes, des parties de boules ont lieu avec la plus grande ferveur. Certains vont même jusqu’à y bâtir leur résidence, sans doute très pratique pour le futur. Mais le cimetière est aussi le lieu de pratiques inavouables : les prostituées aguichent les passants, les criminels, sûrs d’y trouver un lieu d’asile s’y réfugient. Et quand, lassés de tourner en rond, ils quittent l’enceinte, sont par malheur attrapés par les gardes, eh bien ils peuvent être emprisonnés sur place dans une cellule de pierre accolé à l’église. Bref le cimetière sert à tout !

Vous pouvez trouver cet ouvrage à la cote : Cat M 2010-9