Accueil > Accès ouvert > Et l’or alors ? La voie des revues ouvertes pour l’accès aux publications savantes

Et l’or alors ? La voie des revues ouvertes pour l’accès aux publications savantes

La publication de revues en accès ouvert constitue l’autre approche pour ouvrir l’accès aux publications savantes.

Contrairement aux archives ouvertes, les éditeurs de ces revues continuent à proposer les services habituels d’une revue scientifique : sélection des articles, évaluation par les pairs, organisation et hiérarchisation du contenu, sollicitation des auteurs, gestion de l’image de marque, labellisation/certification, etc.

Le contexte numérique a réduit les coûts de fabrication et de distribution par rapport à une revue imprimée, mais les revues en accès ouvert doivent couvrir le coût de ces diverses prestations. A fortiori, le passage en accès ouvert d’une revue préalablement diffusée par abonnement nécessite l’organisation d’une délicate transition pour passer d’un modèle économique à l’autre. En contrepartie, la plupart des études montrent un fort accroissement de l’impact d’une revue après son passage en accès ouvert.

Le passage à l’accès ouvert se traduit, sur le plan économique, par le renversement du mode de financement : ce sont les personnes ou les institutions intéressées par la diffusion du savoir qu’elles produisent qui financent en amont la publication, et non en aval les lecteurs. Même si on évoque souvent un modèle auteur-payeur pour caractériser le fonctionnement des revues ouvertes (perception d’une compensation financière lors de la soumission ou de la publication d’un article), dans les faits, les modèles économiques sont bien plus variés : subvention par des organismes de recherche ou la puissance publique, parrainage et publicité, vente de produits ou de services dérivés, collecte de fonds, etc.

Cette voie dorée vers l’accès ouvert présente l’intérêt de rompre moins nettement avec les modes traditionnels de la communication scientifique, argument efficace auprès des auteurs, spécialement dans les communautés scientifiques les moins engagées dans l’usage des réseaux numériques. Il n’empêche qu’il risque de se traduire par un surcoût global du passage à l’accès ouvert pour les établissements de recherche ou leurs sources de financement (double financement des archives ouvertes et des publications dans des revues ouvertes).

Il faut enfin signaler que les revues ouvertes peuvent souvent proposer des conditions de réutilisation des résultats de la recherche plus libres que les archives ouvertes, dans lesquelles les auteurs ne peuvent pas toujours recouvrer l’intégralité des droits qu’ils ont été amenés à céder lors d’une publication traditionnelle.

Le DOAJ (Directory of open access journals) répertorie les revues en accès ouvert, au nombre de plus de 8300 à ce jour, correspondant à près d’un million d’articles publiés. Sur le même site, la moitié des titres signalés dans le répertoire sont interrogeables au niveau de l’article.

On compte dans le DOAJ plus de 1300 revues dans les diverses disciplines des humanités (art et architecture : 225, histoire et archéologie : 268, langues et littératures : 535, philosophie et sciences religieuses : 278). Ces disciplines sont particulièrement concernées par l’extension de l’accès ouvert aux collections de monographies ou aux manuels universitaires, en particulier dans les programmes d’édition des presses universitaires, comme l’atteste par exemple le lancement récent d’un Directory of open access books (DOAB).

En Francerevues.org du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) assiste et héberge sur son site un ensemble de près de 250 revues ouvertes en sciences humaines et sociales, dont la moitié environ suivent un modèle mixte, avec un embargo de 1 à 3 ans sur leurs derniers fascicules avant le passage en accès ouvert.

Le Cléo promeut un modèle économique hybride, en commercialisant des services à valeur ajoutée (OpenEdition Freemium) parallèlement à la publication des revues en accès ouvert. Il collabore avec la plate-forme Persée pour le signalement des archives de revues savantes françaises.

Categories: Accès ouvert Tags:
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks