Accueil > Accès ouvert, Actualités > Open Access Week 2012 : les dépôts d’archives HAL/SHS et TEL

Open Access Week 2012 : les dépôts d’archives HAL/SHS et TEL

Toujours dans le cadre de l’Open Access Week, voici un focus sur deux dépôts incontournables pour tout chercheur ou doctorant en sciences humaines.
L’archive ouverte HAL-SHS (Hyper Article en Ligne – Sciences de l’Homme et de la Société) se présente comme une bibliothèque numérique hébergeant et diffusant les productions intellectuelles du monde de la recherche dans les disciplines des SHS. HAL-hal.archives-ouvertes.fr

HAL-SHS s’inscrit dans le mouvement international en faveur du libre accès. L’autoarchivage est encouragé afin d’optimiser la visibilité, l’accessibilité, la rapidité de diffusion et l’impact des productions déposées.
HAL-SHS est un des nombreux portails alimentant l’archive ouverte HAL qui compte de nombreuses autres disciplines scientifiques. C’est une réalisation du CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe). Les Sciences Humaines représentent environ 20% des dépôts dans HAL, soit 40 327 documents.

Contrairement à certaines idées reçues sur les dépôts d’archives ouvertes, HAL n’est pas une base de qualité médiocre.Les documents déposés sont de niveau scientifique : « Un texte déposé sur Hal doit décrire un travail de recherche solide comparable aux manuscrits que les chercheurs soumettent pour publication aux comités de lecture de revues scientifiques, d’actes de colloque, etc.. »
De même, les documents sont déposés définitivement, ceci afin de responsabiliser les contributeurs pour garantir le niveau scientifique de l’archive, mais aussi assurer la stabilité des dépôts et des URLs. Le droit à l’ « erreur » scientifique est cependant reconnu et les chercheurs ont la possibilité de déposer une nouvelle version avec des commentaires explicatifs

HAL n’est pas davantage une zone de non-droit. « Dans un contexte de diffusion électronique, tout auteur conserve ses droits intellectuels, notamment le fait de devoir être correctement cité et reconnu comme l’auteur d’un document. » (mention lisible dès la page d’accueil de HAL).

Enfin HAL n’est pas un réservoir isolé : grâce au protocole OAI-PMH, les documents sont indexés par les moteurs de recherche du type Google et il existe des liens avec d’autres archives ou bases scientifiques
Trois dépôts de laboratoires de Paris-Sorbonne sont recensés dans HAL-SHS :
Laboratoire d’Etudes sur les Monothéismes
l’UMR 8167 Orient & Méditerranée
Centre André Chastel : Laboratoire de recherche en histoire de l’art
Les dépôts de chaque laboratoire sont rassemblés par « collection », ce qui permet de mettre en valeur sa production scientifique, d’identifier l’ensemble des publications de ses chercheurs, de proposer une interface de consultation personnalisée et enfin de disposer de statistiques sur ces documents.

Le serveur TEL (pour Theses  En Ligne) est un environnement particulier de HAL et permet de rendre rapidement et gratuitement disponibles des documents scientifiques, mais en se spécialisant aux thèses de doctorat et HDR (habilitations à diriger des recherches). Le CCSD n’effectue aucune évaluation scientifique des thèses, puisque ce rôle revient au jury de chaque université. TEL est donc le complément de Theses.fr, le portail national des thèses développé par l’ABES (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur) qui donne accès à la version officielle de soutenance des thèses, validée par les universités. Dans le cas de TEL, l’auteur est seul responsable de la version du document qu’il dépose.

La procédure est simple et gratuite : il suffit de se créer un compte personnel sur le site et suivre ensuite les procédures de dépôt de fichier. Il est possible de diffuser une thèse n’ayant pas été soutenue récemment.
Attention, seules les thèses non confidentielles peuvent être diffusées. Si la thèse a été déclarée confidentielle, il faut respecter la durée de confidentialité décidée par le jury. Il est important de souligner que diffuser sa thèse en ligne n’empêche nullement de signer ensuite un contrat avec un éditeur commercial.
30 865 documents en texte intégral sont actuellement comptabilisés. Les données de l’archive TEL sont exportées dans le portail DART-Europe E-theses et la bibliothèque numérique Europeana assurant ainsi une visibilité accrue aux thèses autoarchivées.

Une preuve de plus que les archives ouvertes sont  désormais incontournables pour toute recherche de niveau scientifique, et que loin de la déligitimer, elles contribuent à son rayonnement et renforcent les liens entre communautés de chercheurs.

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks