Archive

Archives pour 10/2012

Note de lecture sur La lecture

La lecture / Jin Si Yan ; Jean-François Sené, Presses artistiques et littéraires de Shanghai, Paris, Desclée de Brouwer, 2012, 183 p.

«Nuit, je te suis. Je retourne à des lointains infinis, je marche vers le proche le plus lointain. »

« L’homme devrait jouir de la liberté. Plus encore devrait-il comprendre ce qu’est la liberté. Et dans le mot liberté j’y vois, moi, liber, désignant le livre en latin. » (Jin Si Yan )

Dans la première partie, Serrer la main des ancêtres, Jin Si Yan évoque ses souvenirs à partir de son enfance au milieu des années 60, c’est-à-dire au début de la révolution culturelle. À l’époque, seuls les écrits de Mao, Lénine, Marx, Engels avaient droit de cité. Les autres livres étaient enfermés dans les bibliothèques ou brûlés. Mais Jin Si Yan se souvient des lectures que son père psalmodiait à ses filles en cachette. Il leur faisait découvrir tant les classiques chinois antiques que Hamlet ou Platon. Il disait : « Serrez la main des ancêtres et le chemin de vos vies sera tracé. » C’est son père et surtout son grand-père, professeur d’école « stigmatisé pour avoir acheté des champs », qui lui apprirent à lire et à calligraphier.

Traditionnellement, pour la plupart des filles, lire ou aller à l’école était moins indispensable que savoir tisser mais la mère de Jin Si Yan ne voulut pas que sa fille soit tisserande. C’est ainsi que Jin Si Yan, grâce à son amour de la lecture, put poursuivre ses études bien au-delà de l’école et devenir plus tard institutrice puis professeur de littérature chinoise en France…

Mélange émouvant et merveilleux de souvenirs personnels et de rappels de lectures faisant appel à la mémoire collective, le récit de Jin Si Yan constitue pour le lecteur une sorte d’initiation à la civilisation chinoise à travers :

-l’histoire du livre et de ses divers supports : carapaces de tortues, vases de bronze, sur pierre, sur tablettes de bois et de bambou, l’invention du papier attribuée à Cai Lun ;

-la pensée chinoise : Confucius, Lao Zi, le taoïste Dongfang Shuo, le Sūtra du Lotus (Bouddha, Maitreya et ses disciples), les maîtres bouddhistes (Zhi Xu …) ;

-la mythologie : mythe de Pan Gu, empereurs légendaires Fu Xi et sa sœur Nüwa, L’Empereur Jaune  Huang et son devin à quatre yeux Cang Jie, Zhongli Quan (un des 8 immortels) mythe des constellations de la Tisserande et du Bouvier ;

Par inconnu (http://classes.bnf.fr/dossiecr/my-chine.htm) [Public domain], via Wikimedia Commons

-les grandes encyclopédies et la littérature classique et moderne (voir quelques titres ci-dessous) ;

-d’autres figures d’artistes remarquables : calligraphes, lettrés, poètes, peintres, etc. dont Han Yu, Zhang Zhi, Su Dongbo, et une femme, Cai Wenji, également musicienne.

Cai Wenji. Domaine public. Via Wikimedia commons.

Les sauts allègres d’une période à une autre ainsi que les nombreux chevauchements entre anecdotes historiques et légendaires, peuvent paraître assez déroutants, surtout si l’on n’a pas la moindre idée de la chronologie générale de l’histoire de la Chine depuis les temps mythologiques et la succession des différentes dynasties jusqu’à l’époque contemporaine. Mais n’est-ce pas le meilleur moyen de nous faire partager son « vertige de la lecture » en plongeant dans l’océan et en effaçant les limites séparant le temps et l’espace ? En stimulant ainsi l’imaginaire du lecteur, Jin Si Yan donne envie d’en connaître davantage et de se familiariser avec ce patrimoine culturel immense que le temps et les multiples vicissitudes politiques n’ont jamais réussi à effacer.

Principaux noms et titres d’œuvres cités :

Classiques chinois (d’obédience confucéenne) : Les Quatre Livres, Entretiens de Confucius ; Les Cinq Classiques, Livre des rites, Livre des Mutations (Yi Jing), Livre le plus vénérable, Livre des Odes, Le Cérémonial
Annales des Printemps et des Automnes (Lüshi Chunqiu)
Lao Zi (Lao Tseu) : Livre de la Voie et de la Vertu (Dao De Jing)
Hanfeizi (Han Fei Zi) : Yinshu yanshuo
L’Encyclopédie de l’ère Yongle

Par Asb (Transferred from de.wikipedia). [Public domain], de Wikimedia Commons


La Bibliothèque complète en quatre sections (Siku quanshu)
Liu Yi Qing : Anecdotes contemporaines et nouveaux propos (Shishuoxinyu)
Xiao Ji : Grand système des cinq agents (Wuxing dayi)
Cao Xueqin : Le Rêve du Pavillon rouge (Hóng lóu mèng)
Fleur en fiole d’or (Jin Ping Mei)
Li Ruzhen : Romance des fleurs en miroir  

*

Dans la seconde partie, La lecture, cette drogue douce, Jean-François Sené se souvient des premières lectures qui ont marqué son enfance, notamment en classe où l’un de ses instituteurs avait l’habitude de lire à haute voix telle fable de Jean de La Fontaine, ou des extraits d’oeuvres de Selma Lagerlöf, Marcel Aymé, Louis Pergaud, Jules Renard, Jack London, James Oliver Curwood, Robert Louis Stevenson, Jules Verne… et cela sans les commenter ni en faire un exercice de travail, simplement pour éveiller la curiosité et donner l’envie de poursuivre la lecture.

Pour Jean-François Sené, le plaisir de la lecture, et de la lecture à haute voix en particulier, provient, de son caractère désintéressé, mais également du pouvoir magique, hypnotique, lié au pouvoir de l’oralité. Les contes des Mille et Une nuits et le personnage de Schéhérazade en fournissent un bon exemple, tout comme celui de Flaubert et de son « gueuloir ».

Si l’écrivain, le poète travaille son texte en musicien, à chaque lecteur d’en être l’interprète ou le co-auteur et de recréer à chaque fois un nouveau texte. Chaque partie de cet essai tourne autour d’un aspect de la lecture, le dépaysement, la connaissance de l’autre, la bibliothèque, l’écriture, etc., chaque thème étant introduit par une citation d’auteur. Ainsi après Alain, Shakespeare, Montaigne…, Mme de Sévigné nous rappelle que la lecture apprend aussi à écrire, ce qui en ce siècle où l’image et le son prédominent, devrait nous inciter à revenir à des formes plus lentes et plus riches de divertissements instructifs.

Pour J.-F. Sené, peu importe de quelle manière vient le goût de lire, cela peut être par l’intermédiaire d’albums illustrés ou de bandes dessinées.

Mais il est des cas où le plaisir fragile de la lecture risque de s’émousser ou d’être détruit, soit par excès d’exégèse ou de vice de lecture critique, soit par certaines méthodes d’apprentissage fastidieuses, ou encore si le but est de transmettre un message édifiant.

S’inspirant de Cicéron et de sa conception du bonheur, J.-F. Sené consacre ailleurs quelques belles pages aux bibliothèques, lieux ouverts ainsi que des jardins (Bibliothèque d’Alexandrie, Eco, Borges, Journal intime de Samuel Pepys).

La rencontre de deux auteurs, l’un chinois et l’autre français, qui fait l’originalité de la collection « Proches Lointains », ne serait pas pleinement réalisée si Jean-François Sené ne parlait pas (comme Jin Si Yan l’a fait en première partie en évoquant ses contacts avec l’Occident) de son vif intérêt pour la Chine où il a voyagé à plusieurs reprises. Il se souvient notamment de son émerveillement devant une librairie de Shanghai, en ressortant avec un recueil de nouvelles de Lu Xun. J.-F. Sené ne manque pas de louer chaleureusement le travail des traducteurs grâce à qui les grands auteurs et poètes classiques aussi bien que des livres de littérature populaire de l’Asie et de la Chine commencent à affleurer en Occident, tandis que les Chinois prennent plaisir à lire la littérature et la poésie occidentale.

Au XVIe siècle, le missionnaire Matteo Ricci, surnommé le « lettré d’Occident », auteur d’un Traité de l’Amitié, apparaissait comme un précurseur dans ce rapprochement des cultures. Au XXIe siècle, François Cheng, comme Jin Si Yan, par exemple, sont passés maîtres de tels « dialogues transculturels ».

Ce très riche double essai sur la lecture (dont je n’ai fait que donner un bref et partiel aperçu), ouvre à la reconnaissance de l’universalité des sentiments : « C’est aussi le pouvoir ou la fonction de la lecture : vous aider à accueillir vos frères humains tels qu’ils sont, à vous identifier à eux et à mieux vous connaître en vous montrant que les espérances et les passions qui les hantent sont universelles. » (Jean-François Sené)

Nathalie Cousin
septembre 2012

————————————————————————————————————————

Quelques ouvrages sur la calligraphie et l’art chinois à la Bibliothèque Michelet :

Billeter, Jean-François.   L’art chinois de l’écriture : essai sur la calligraphie / Jean-François Billeter. Milan : Skira, 2001. Michelet : Magasin    – 709.59 BIL

Escande, Yolaine.   Traités chinois de peinture et de calligraphie. 1. Les textes fondateurs (des Han aux Sui) / traduits et commentés par Yolaine Escande. [Paris] : Klincksieck, impr. 2003. Michelet : Magasin    – 8 AA 257-1

Murck, Alfreda.   Words and images : Chinese poetry, calligraphy, and painting / edited by Alfreda Murck and Wen C. Fong. New York : Metropolitan Museum of Art, c1991. Michelet : Magasin    – 4 AA 10

Polastron, Lucien Xavier. Le trésor des lettrés / Lucien X. Polastron. Paris : Imprimerie nationale éd., impr. 2009. Michelet : Magasin    – 4 AA 349

———————————————————————————————————————–

Tous nos remerciements à Jean-François Sené.

Zoom sur… la bibliothèque d’Études Anglaises, Irlandaises et Nord-américaines

La bibliothèque d’Études Anglaises, Irlandaises et Nord-américaines rattachée à l’UFR d’Anglais se dénomme aussi Bibliothèque Louis Bonnerot, du nom d’un professeur à la Sorbonne  et fondateur de la revue Etudes Anglaises première revue française généraliste d’études du monde anglophone.

En 1969, après la scission de l’Institut d’anglais de la Faculté des Lettres et sciences Humaines de Paris, l’Université de Paris IV commence à monter son propre fonds. Dès 1974, la bibliothèque disposant d’un fonds conséquent ouvre aux étudiants.

Située en Sorbonne au 1, rue Victor Cousin, esc G , 2eme étage, le fonds de la bibliothèque concerne les domaines de la Linguistique, des civilisations et littératures Britannique, Américaine, Irlandaise, Ecossaise, d’Art et  de Théâtre accessible en salle de lecture (32 places) et se répartit  sur plusieurs salles de cours servant de magasins. Un certain nombre de documents sont ainsi en accès indirect : périodiques, monographies.

Comptant environ 9 300 ouvrages et 119  titres de périodiques, correspondant aux programmes d’enseignement et de recherche de l’UFR, la bibliothèque s’est construite au fil des ans et enrichie en dons. Une partie des collections a été constituée à partir de legs de professeurs : Louis-François Cazamian, professeur-adjoint à l’Université de Bordeaux puis titulaire d’une chaire d’anglais à la Sorbonne (1877 – 1965) ; Louis Bonnerot, Professeur à la Sorbonne (1955-1969) mais aussi  des dons du British Council , du Musée de la Coopération Franco Américaine  et du Collège de France. La bibliothèque compte en moyenne 50 acquisitions par an de monographies avec deux abonnements en cours : la Revue des études anglaises  (l’éditeur en chef Pascal Aquien est professeur de littérature anglaise à l’UFR d’anglais),  et la Revue française d’études américaines (le directeur de la publication Marc Amfreville est professeur de Littérature américaine à l’UFR d’anglais)

Des documents audiovisuels complètent la collection, certains mis à disposition par les enseignants qui participent ainsi activement à l’actualisation du fonds en fonction des programmes.

La bibliothèque constitue un instrument de recherche et est ouverte en priorité à la communauté universitaire : étudiants à partir de la Licence III, enseignants, chercheurs, personnel de l’Université de Paris Sorbonne , tout en accueillant d’autres publics. La carte d’étudiant ou la carte professionnelle permettent l’accès et l’inscription au service. Les horaires d’ouverture de la bibliothèque sont fixés pour chaque année universitaire. La salle de lecture compte 35 places assises.

La bibliothèque accueille également après l’ouverture aux étudiants, des centres de recherches tels que  VALE (Voix Anglophones Littérature et Esthétique) qui fédère depuis 2006 l’ensemble des chercheurs en littérature et en esthétique du domaine anglophone de l’université de Paris-Sorbonne. VALE est composé de plusieurs axes de recherche structurés autour de deux approches complémentaires : la théorie du texte et la théorie des genres (voir la page de présentation du centre sur le site de l’université).

La bibliothèque accueille également « Les Sorbonne Scholars », groupe international majoritairement formé d’étudiants en lettres, en anglais et en musicologie, et d’enseignants-chercheurs. Constitués en association en 1998, ils sont à l’origine issus du séminaire en littérature élisabéthaine dirigé par Pierre Iselin, professeur de littérature anglaise et spécialiste des rapports entre théâtre et musique à l’époque de Shakespeare.

La bibliothèque de l’UFR est une bibliothèque associée au SCD Paris Sorbonne qui a contribué à l’informatisation de son catalogue ; accessible via le site officiel de la Sorbonne  ; et le SUDOC.

Il est à noter que la bibliothèque conserve dans ses collections quelques ouvrages de grande valeur patrimoniale tels que :

[The Bible, that is, the Holy Scriptures conteined in the Olde and New Testament, translated according to the Ebrew and Greeke, and conferred with the best translations in divers languages, with most profitable Annotations upon all the hard places, and other things of great importance]. – Imprinted at London : by the Deputies of Christopher Barker, printer to the Queenes most excellent Majestie, 1599. 1 vol.

An essay on the history of civil society / by Adam Ferguson. – 6th ed. – London : Printed for T. Cadell and W. Creech ; Edinburgh : Bell and Bradfut, 1793. 1 vol.

Photos : Annick Bouderlique

Categories: Question de fonds Tags: ,

Documentation de base pour les étudiants en premières années de musicologie (dictionnaires et histoires de la musique)

Music lesson Staatliche Antikensammlungen 2421

By Phintias (User:Bibi Saint-Pol, own work, 2007-02-10) [Domaine public], via Wikimedia Commons

Voici une sélection d’ouvrages, essentiellement des dictionnaires et histoires de la musique en langue française, qui vous seront sans doute très utiles pour commencer vos études musicologiques.

La plupart sont en libre accès soit à la Bibliothèque Clignancourt (Championnet), soit à Michelet, soit à Malesherbes, en attendant le regroupement de tous les fonds musicaux à Clignancourt en 2013. Vous les trouvez en général sous la cote Dewey 780.3 (dictionnaires) ou 780.9 (histoires de la musique). (D’autres exemplaires peuvent se trouver en magasins, être en cours d’acquisition). Il existe souvent plusieurs rééditions, nous ne les notons pas systématiquement.

Dictionnaires de la musique

Honegger, Marc. Dir. Dictionnaire de la musique. Les hommes et leurs oeuvres / publ. sous la dir. de Marc Honegger. [Paris] : Bordas, 1986, 2 vol. Clignancourt : 780.3 HON

et Honegger, Marc. Dir. Science de la musique : technique, formes, instruments / sous la dir. de Marc Honegger,…. Paris : Bordas, 1990, 2 vol. Michelet 780.3 HON (Ces Bordas ne sont malheureusement plus édités).

Tubeuf, André. Dictionnaire amoureux de la musique, Plon, Paris, 2012.

Vignal, Marc. Dir. Dictionnaire de la musique / sous la direction de Marc Vignal. Paris : Larousse, 2005, (nouv. présentation, 2011).

N. B. Il existe une foule de dictionnaires musicaux généraux et spécialisés dans tous les pays. Les deux plus connus (surtout pour la suite de vos études) sont en anglais (The New Grove dictionary of music and musicians et autres « Grove ») et en allemand (Die Musik in Geschichte und Gegenwart) Voir à la fin de cet article pour la version électronique de Grove.

Quelques histoires générales de la musique

Beltrando-Patier, Marie-Claire. Dir. Histoire de la musique / sous la dir. de Marie-Claire Beltrando-Patier. [Paris] : Bordas, 2004. Clignancourt : 780.9 BEL

Denizeau, Gérard.   Les genres musicaux : vers une nouvelle histoire de la musique / Gérard Denizeau. Paris : Larousse, impr. 2006, cop. 2005. Clignancourt : 780.9 DEN

François-Sappey, Brigitte.   Histoire de la musique en Europe / Brigitte François-Sappey,…. 4e édition mise à jour. Paris : Presses universitaires de France, impr. 2005. Clignancourt : 780.94 FRA – Existe sous forme électronique (Voir accès direct à toute la collection « Que sais-je ? » dans la bibliothèque électronique de Paris IV

Jollet, Jean-Clément ; Carrillo, Olivier, L’histoire de la musique pour les nuls : du Moyen Age aux musique actuelles,  First Editions, Paris, 2011.

Massin, Brigitte. Histoire de la musique occidentale / [sous la dir. de] Brigitte et Jean Massin ; avec la collab. de Philippe Beaussant… [et al.]. Nouv. ed., rev. et augm. Paris : Fayard, 2000.
Clignancourt : 780.9 MAS

Rebatet, Lucien.   Une histoire de la musique : [des origines à nos jours] / Lucien Rebatet. [10e réimpr.]. Paris : R. Laffont, 1995. Clignancourt : 780.9 REB

Roland-Manuel. Dir.   Histoire de la musique / publ. sous la dir. de Roland-Manuel. Paris : Gallimard, 1986-1988. Clignancourt : 780.9 ROL 2/2

Quelques histoires de la musique par périodes

Moyen Age

Cullin, Olivier. Brève histoire de la musique au Moyen Age / Olivier Cullin. [Paris] : Fayard, DL 2008. Clignancourt 780.902 CUL

Hoppin, Richard H. La musique au moyen âge / Richard H. Hoppin ; trad. de l’anglais par Nicolas Meeùs et Malou Haine. Bruxelles : Mardaga, 1991. Michelet 780.902 HOP

Renaissance

Guide de la musique de la Renaissance / sous la direction de Françoise Ferrand ; avec la collaboration d’Ignace Bossuyt, Gabrielle Bouley, Philippe Canguilhem, [et al.]. [Paris] : Fayard, impr. 2011. Clignancourt 780.903 1 gui

Baroque

Anthony, James R. La Musique en France à l’époque baroque : de Beaujoyeulx à Rameau / James R. Anthony ; traduit de l’américain par Béatrice Vierne. Nouv. éd. rev. et augm. Paris : Flammarion, 2010.

Classique

Pestelli, Giorgio.   La Musique classique : l’époque de Mozart et de Beethoven / Giorgio Pestelli ; trad. de l’italien par Michel Roubinet. Paris : Lattès, 1989. Michelet : 780.903 3 PES

Rosen, Charles. Le style classique : Haydn, Mozart, Beethoven / Charles Rosen ; trad. de l’anglais par Marc Vignal et Jean-Pierre Cerquant. Édition augmentée. [Paris] : Gallimard, impr. 2000.

Romantique

Plantinga, Leon.   La Musique romantique : histoire du style musical au XIXe siècle en Europe / Leon Plantiga [i.e. Plantinga] ; trad. de l’américain par Dennis Collins. [Paris] : J-C. Lattès, 1989. Michelet : 780.903 4 PLA

Rosen, Charles.   La génération romantique : Chopin, Schumann, Liszt et leurs contemporains / Charles Rosen ; trad. de l’anglais par Georges Bloch. [Paris] : Gallimard, impr. 2002. Clignancourt et Michelet : 780.920 34 ROS

XXe siècle
Weid, Jean-Noël von der.   La musique du XXe siècle / Jean-Noël Von Der Weid. Paris : Hachette littératures, 2005. Clignancourt : 780.904 WEI

Langues musicologiques
Whitfield, Charles.   L’anglais musicologique : l’anglais des musiciens / Charles Whitfield,…. Paris : Beauchesne, 1989. Clignancourt : 780.14 WHI

Quelques collections (en langue française)

Orchestra

Par : Orchestra of the 18th Century [Domaine public], via Wikimedia Commons

Harmoniques. La Musique en France (ed. Flammarion)
Horizons (ed. Bleu nuit) : monographies de grands compositeurs
Les Indispensables de la musique (ed. Fayard)
Musique – Musicologie (ed. Champion)
Musique – Musicologie (ed. Mardaga)
Musique ouverte (ed. Minerve)
Musique et Musicologie [et autres collections concernant la musique] (ed. L’Harmattan)
MusicologieS (ed. Vrin)…

Pour aller plus loin

Le Service commun de la documentation offre d’importantes ressources en ligne. Voir sur le site de l’Université la rubrique « Les bibliothèques »
Pour la musique, les ressources les plus indispensables pour toute la durée de vos études sont :
Oxford Music online qui regroupe : Grove Music Online, The Oxford Companion to Music, The Oxford Dictionary of Music et l’Encyclopedia of Popular Music

Music Online et Naxos : discothèque numérique en ligne

-Signets du Service commun de la documentation en musique et musicologie.

Bonne lecture et bonne musique !

Rencontre autour de l’histoire coloniale à la bibliothèque Serpente

En lien avec le programme d’agrégation d’histoire contemporaine 2012/2013, la bibliothèque Serpente organise le jeudi 18 octobre à 18h une rencontre avec les professeurs Jacques Frémeaux et Dominique Barjot. Ces derniers viendront présenter leurs ouvrages :

- Les sociétés coloniales à l’âge des Empires : des années 1850 aux années 1950 sous la direction de Dominique Barjot et Jacques Frémeaux,  ed.  Armand Colin
- Les empires coloniaux : une histoire-monde de Jacques Frémeaux, chez CNRS-Editions

Le programme d’agrégation porte en effet cette année sur « les sociétés coloniales : Afrique, Antilles, Asie (années 1850 – années 1950) »

La bibliothèque Serpente, spécialisée en histoire du XIXème et contemporaine, possède un fonds relativement important sur l’histoire de la colonisation et de la décolonisation. Il paraissait donc logique de valoriser cette thématique dans l’optique du concours, d’autant que l’acquisition récente d’une vingtaine de titres figurant sur la bibliographie officielle sont venus l’actualiser et l’enrichir.

Et pour faire « vivre » un fonds ou une bibliographie, une bibliothèque ne peut espérer mieux que d’inviter des auteurs à parler de leurs ouvrages, afin de confronter des points de vue voire susciter des questionnements. Cette rencontre pourrait bien en être l’occasion, surtout si l’on considère que l’épisode colonial n’est pas seulement une annexe de la « grande histoire », mais a préparé les phénomènes actuels, si débattus, de la mondialisation.

 Cette présentation est ouverte à tous, dans la limite des places disponibles !

Un petit apéritif sera offert à cette occasion par la bibliothèque

Les sociétés coloniales à l’âge des Empires : des années 1850 aux années 1950 est un  manuel de préparation aux concours et  offre des clés de lecture pour comprendre les sociétés coloniales de 1850 à 1950, depuis l’origine de la colonie jusqu’aux inégalités politiques et sociales et aux transformations culturelles qu’elle a engendrées.

Les empires coloniaux : une histoire-monde propose une histoire totale des empires coloniaux à leur apogée, dans l’entre-deux guerres : démographie, organisation politique, structure économique, phénomène d’acculturation, montée des nationalismes, etc. (Précédemment paru sous le titre : Les empires coloniaux dans le processus de mondialisation)

Historien, Professeur des universités (Paris IV Sorbonne), membre de l’Institut universitaire de France, Jacques Frémeaux est l’un des plus grands spécialistes de l’histoire coloniale

Dominique Barjot est professeur d’histoire économique contemporaine de l’Université Paris-Sorbonne, spécialiste de l’histoire de l’entreprise et des entrepreneurs aux XIXe-XXe siècles.

 Les livres au programme de l’agrégation présents à Serpente sont repérables par une pastille jaune et font l’objet d’un prêt court non renouvelable.

Des cathédrales sur vos rayonnages !

Où toute la légèreté de la pierre se retrouve à portée de main dans la salle de lecture de la bibliothèque Michelet… Une très belle collection d’ouvrages parus à La Nuée Bleue, aux contributions soutenues, est actuellement disponible à la consultation et pour certains, au prêt à domicile :

        

« Lyon, primatiale des Gaules » disponible aux cotes 726.6 BAR et/ou 4 JE 210

« Strasbourg, la grâce d’une cathédrale » disponible aux cotes 726.6 JOR et/ou FOL JE 23/1

« Reims, la grâce d’une cathédrale » disponible aux cotes 726.6 JOR et/ou FOL JE 23/2

Les deux derniers volumes de la collection, tout juste reçus, portent sur les cathédrales de Rouen et d’Amiens.

Bonne lecture:)

La fête de la science à l’IUFM

A l’occasion de la fête de la science (10 – 14 octobre 2012), la bibliothèque de l’IUFM va présenter des documents extraits de ses collections (dans des vitrines, présentoirs, projections, etc.) sur son site Molitor. Afin de vous en offrir une succincte illustration, nous vous proposons d’observer le traitement d’un exemple de sujet scientifique – la pesanteur – dans différents documents de la bibliothèque.

Le XIXème siècle a connu un essor de publication d’ouvrages de vulgarisation scientifique. L’un des plus célèbres, « La science amusante », de Tom Tit a d’ailleurs été réimprimé à 46 reprises. Chaque volume propose 100 expériences facilement réalisables chez soi, illustrées de gravures sur bois et accompagnées d’un petit texte explicatif présentant le concept abordé. Le troisième volume s’ouvre sur le thème de la pesanteur, expliquant le concept d’équilibre stable au travers d’un système permettant de faire tenir droites des bougies de Noël en faisant contre-poids avec des noix.

Un manuel de « leçons de choses » pour le cours élémentaire paru en 1933 propose d’observer la pesanteur dans la vie de tous les jours (« tous les corps tombent »), d’en déduire une application pratique (peser un objet avec une balance de Roberval) avant d’élargir un peu la vision de l’enfant à l’échelle de la planète (« La pesanteur est une force qui attire tous les corps vers le centre de la Terre. »).

Un ouvrage de 1900 recueille des compositions écrites de sciences telles qu’elles auraient pu être demandées au baccalauréat classique de cette époque. Le sujet concernant la pesanteur la définit comme un cas particulier du principe de gravitation universelle de Newton. Elle reprend le principe de la verticale (la direction de la pesanteur, fournie par le fil à plomb), puis évoque le concept de centre de gravité et de la mesure des poids des corps.

Dans les manuels actuels, on ne parle plus de pesanteur mais uniquement de gravitation universelle. Par exemple, dans un manuel de seconde de 2010, si quelques illustrations reprennent des exemples de la vie quotidienne (la chute d’une balle de tennis), le sujet de la gravitation s’inscrit surtout dans le contexte du système solaire et de l’attraction entre les corps célestes.

 

Les ouvrages présentés :

  • La Science Amusante (Troisième série) – 100 nouvelles expériences, par Tom Tit, Librairie Larousse, 1893
  • Notions élémentaires de sciences (Leçons de choses) avec applications usuelles à l’Industrie à l’Agriculture et à l’Hygiène – cours élémentaire et classe de 8è des lycées et collèges, par M. Peschard, Librairie A. Hatier, 1933
  • Compositions écrites de sciences traitées conformément aux derniers programmes officiels suivies de questions d’oral posées aux examens et classées dans un ordre méthodique, par Henri Bastide, E. Euzet éditeur, 1900
  • Physique Chimie 2de – programme 2010, sous la direction de Mathieu Ruffenach et Sophie Decroix, Bordas, 2010

L’art, le pouvoir, l’argent

Une enquête passionnante de Ariane Warlin, journaliste, sur le musée du Louvre vient de paraître aux éditions Michalon :

« La face cachée du Louvre : enquête sur les dérives du musée le plus célèbre au monde. »

La journaliste pénètre les coulisses d’un monstre muséal…  et met en lumière les performances, les contradictions et les zones d’ombre d’un des plus grands musées mondiaux.

Quelle est l’indépendance du Louvre vis à vis de l’État ? Quels sont les dessous du Louvre Abu Dhabi ? Du Louvre Lens ? Comment un musée peut-il dégager de larges bénéfices sans fonctionner comme une entreprise ? Gère-t-on un musée pour dégager des bénéfices ou pour respecter des objectifs culturels ? Autant de questions fondamentales auquel cet ouvrage tente de répondre ! « La face cachée du Louvre » est disponible à la bibliothèque Michelet et au prêt à domicile à la cote : 708.01 WAR.

Et si on testait… Communication & mass media complete

Cette base de données est en test à la bibliothèque du Celsa jusqu’à la fin du mois de décembre 2012.

Il s’agit d’une ressource en ligne, consacrée à la communication et aux médias anglo-saxons, qui donne accès au texte intégral des articles de plus de 550 titres et dans laquelle plus de 750 revues sont dépouillées.

La plupart de ces titres sont peu accessibles en France, voire pas du tout, comme Women language ou Journal of media research. Un thésaurus permet de faciliter la recherche.

Vous pouvez y accéder à partir des postes de travail situés dans les locaux du Celsa, et en particulier dans les espaces de la bibliothèque. L’accès à distance n’a pas pu être ouvert dans le cadre de ce test.

Tous à vos souris et à vos commentaires !

Accès à Communication & mass media complete [locaux du Celsa]

 

Categories: Documentation électronique Tags:

Plus de livres en prêt à domicile à Michelet

A la bibliothèque Michelet d’histoire de l’art, d’archéologie et de musicologie, des milliers de livres ont été mis en prêt à domicile dans la salle de lecture ! L’été, période de moindre affluence, est l’occasion de poursuivre des chantiers engagés nécessitant du temps et du personnel !

Bibliothèque Michelet, livres en prêt

L’accent a été mis, suite aux demandes de nombreux lecteurs, à une large ouverture du prêt à domicile des ouvrages de la salle de lecture qui représente environ 15 % des collections. Se poursuit le chantier de la mise en prêt à domicile des ouvrages en magasins, c’est à dire dans les réserves, que vous demandez au bureau de la communication.

Facilement reconnaissables, les ouvrages en prêt à domicile ont une bande violette fluo !

Photos : Fabrice Cicard

RAIMON, un chanteur catalan à découvrir

Par Llapissera. CC : BY-SA. Source : http://ca.wikipedia.org

 Le 17 Octobre prochain à 20h, le chanteur valencien Raimon va se produire  en concert au Grand amphithéâtre du Centre Malesherbes de l’Université Paris-Sorbonne. [1]

Raimon Pelegero Sanchis (Xàtiva 1940) a commencé à chanter en public à l’Université de Valence en 1961, où il a fait ses études d’Histoire.

Il chante à Barcelone l’année suivante et publie son premier disque en 1963, un album éponyme qui contient la chanson « Al vent » [Au vent], qui a connu immédiatement un grand succès dans toute l’Espagne.

Ses chansons et ses positions politiques font de lui l’un des référents de la lutte démocratique contre la dictature franquiste.

À partir de 1979, sans les limites imposées par la censure et les interdictions de la dictature, la carrière de Raimon se développe plus librement.

En chantant en catalan, sa langue maternelle, Raimon a connu un important succès en Espagne et dans le monde, salué par des quotidiens comme, entre autres, El País, la Vanguardia, The New York Times, Le Monde, Frankfurter Allgemeine Zeitung, et le quotidien japonais Akahata…

Des écrivains tels que Joan Fuster, Josep M. Castellet, Salvador Espriu, Pere Quart, Josep Pla, Manuel Sacristán, Manuel Vázquez Montalbán, Manuel Vicent, José Luis Aranguren, Eduardo Galeano, Guiseppe Tavani, Claude Roy, Jorge Semprún et Irwin Silber ont commenté son œuvre.

En attendant le concert, vous pourrez venir découvrir Raimon  à la bibliothèque du Centre d’études catalanes avec les documents suivants:

  • Nova integral [Musique Imprimée] / Raimon. – Barcelona : Picap, 2000. – 10 disques compacts. [cote CD 78 RAI]
  • Raimon / Joan Fuster. – Barcelona : Ed. Alcides, 1964 [cote 92 (RAI) FUS]
  • Poemes i cançons / Raimon ; nota de Manuel Sacristán. – Barcelona : Editorial Ariel, c1974. [cote 78 (RAI) RAI]
  • Raimon / Joan Fuster ; pròleg de Josep M. Castellet. – Barcelona : Ed. de la Magrana, 1988. [cote 859 (RAI) (3) FUS]

[1] Pour pouvoir assister au concert de Raimon la réservation est obligatoire auprès du secrétariat du Centre d’études Catalanes.