Archive

Archives pour 10/2013

Venir à la bibliothèque du Celsa

La bibliothèque est spécialisée dans les domaines suivants : sciences de l’information et de la communication, gestion des ressources humaines et management, communication des entreprises, marketing, publicité, médias et journalisme.

BIBLIO_0012_Calque 25

Elle conserve 2200 mémoires d’étudiants portant sur ces domaines de recherche. Vous pouvez retrouver dans le catalogue des bibliothèques de Paris-Sorbonne tous ces documents.

La bibliothèque du Celsa ne fait des prêts uniquement aux étudiants du Celsa mais vous pouvez venir consulter les ouvrages sur place. Il faut prendre rendez-vous avec le bibliothécaire par mail ou par téléphone et se présenter à la bibliothèque avec sa carte d’étudiant.

La bibliothèque accueille le public du lundi au jeudi de 10h à 19h, le vendredi de 10h à 18h.

Categories: Question de fonds Tags:

Un Festival du Film ? Universitaire? Et Pédagogique !!! Mais où? ??

logo-ffup_web

Source : http://www.ffup.fr/

En effet, le festival du film universitaire pédagogique, dont le but est de mettre en exergue le rôle des médias audiovisuels en tant que transmetteurs de connaissances contribuant « à la réussite et à l’insertion professionnelle des étudiants », met en lumière le « numérique » mis  au service de la réussite des étudiants. Ce festival se veut le lieu où « l’on verra qu’écrire un scénario, imaginer une animation graphique, filmer une expérimentation participent de la mise en œuvre de l’égalité des chances entre étudiants, quels que soient leurs particularités, disciplines et territoires ».

La 1ère manifestation du festival a eu lieu à Lyon en 2012. Cette année, la nouvelle édition se tient sur le campus des Cordeliers de l’Université Pierre et Marie Curie à Paris où sont exposées « des œuvres numériques singulières et innovantes en présence de leurs auteurs et producteurs » et où différents établissements d’enseignement supérieur sont mobilisés : les universités numériques thématiques ainsi que les producteurs audiovisuels.

Intéressés ? Rendez-vous au festival du mercredi 23 au vendredi 25 octobre 2013 sur le campus des Cordeliers de l’UPMC (Université Pierre et Marie Curie) au 21 rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris. L’entrée est libre et gratuite sur inscription. Inscrivez-vous vite !

Pour plus d’information : http://www.ffup.fr/programme/

Vies d’enseignants

9782296969742rSi la Médiathèque de l’ESPE propose de nombreuses ressources pour former les futurs enseignants, elle présente également en rayon une section dédiée aux écrits et aux témoignages des professeurs en poste. En effet, au cours du XXe siècle, les enseignants se sont souvent exprimés sur les difficultés et les joies d’exercer leur métier. La sélection d’ouvrages qui suit permettra de rendre compte de leurs  conditions de travail dans différents milieux, qu’il s’agisse des ZEP ou des écoles de Guyane, que les auteurs soient professeurs, personnels de direction ou inspecteurs.

 

Les enseignants du fleuve : journal d’un formateur dans les écoles du Maroni, par Jean-Pierre Perrin. L’Harmattan, 2012

Ce témoignage reprend différentes missions d’enseignement d’un conseiller pédagogique en Guyane, sur le fleuve Maroni. Rejoignant les villages en pirogue, le conseiller intervient auprès des jeunes enseignants, participe à des actions de sécurité routière, tout en faisant face aux spécificités du climat de Guyane.

Itinéraire d’un professeur stagiaire : essai sur le métier d’enseignant, par Eve Quesnel. L’Harmattan, 2008

L’auteur narre sa toute première année dans l’enseignement : ses craintes lors des réunions parents-professeurs, ses rapports avec les élèves, les activités pédagogiques qu’ils apprécient, l’inspection… et rend compte du cheminement qui fait peu à peu d’elle, jeune stagiaire inquiète, une enseignante bien en poste.41G3+PK+tIL

 

Du fond de la classe : réflexions d’un inspecteur général, par Jean Moussa. HD, 2011

Jean Moussa, inspecteur général, se remémore avec bienveillance ses inspections les plus marquantes, qu’elles aient pour objet des établissements ou des enseignants. Parcourant toute la France, il a eu l’occasion de découvrir des situations très différentes, où les collèges et lycées sont tour à tour calmes ou agités, les enseignants brillants ou en difficulté. Toujours encourageant, l’auteur revient sur certaines situations qui l’ont touché ou l’ont amené à réfléchir sur la situation de l’enseignement en France.

 

69236386_pMadame la principale : une envie de collège, par Francine Saucier. Les éditions de l’atelier, 2003

Principale mue par le désir de réveiller l’envie d’apprendre des collégiens, Francine Saucier décrit une année agitée dans un collège parisien. Soucieuse de répondre de son mieux aux besoins de tous, elle fait le lien entre parents, élèves et professeurs et tâche de faire face aux situations diverses qui se présentent.

 

Mots de tête, par Dominique Resch. Autrement, 2011

L’auteur raconte le quotidien des enseignants et de leurs élèves, dans un lycée réputé difficile du quartier Nord de Marseille. Si certaines situations sont délicates, l’ensemble des séquences racontées est savoureux et drôle. Les rapports entre élèves et enseignants sont particulièrement bien retranscrits.

 

Tous ces documents sont disponibles sur le site Molitor des médiathèques de l’ESPE, à la cote 370.14.

Categories: Question de fonds Tags: ,

L’Open Access Week, c’est pour bientôt !

L’Open Access Week se déroule cette année à Paris et au Luxembourg la semaine du 21 octobre ! Ouverte à tous, c’est un lieu de rendez-vous pour discuter des enjeux de l’Open Access.

Mais c’est quoi, d’abord, l’Open Access ?

Open_Access_logo_PLoS_white.svgUn cadenas ouvert, donc…

Mais encore ?

« Le libre accès (en anglais : open access) est la mise à disposition en ligne de contenus numériques, qui peuvent eux-mêmes être soit libres (Creative commons, etc.), soit sous un des régimes de propriété intellectuelle. L’open access est principalement utilisé pour les articles de revues de recherche universitaires, sélectionnés par des pairs. On devrait, en réalité, distinguer le libre accès (libre open access en anglais) et l’accès ouvert (gratis open access), afin de distinguer plus nettement ce qui est « simplement » en accès gratuit pour l’internaute (accès ouvert) et ce qui est en accès gratuit et libre, parce que soumis à une licence d’utilisation dite libre (Creative commons, par exemple). » Wikipedia

Cette année, les rendez-vous à Paris :

  • le 21 octobre à la Maison des sciences de l’homme, pour une conférence à 18h de M. Hervé le Crosnier sur l’Open Access pour tous.
  • le 23 octobre à l’École des Hautes études en sciences sociales, pour une série de conférences à partir de 18h, sur l’Open Access pour la recherche, avec notamment la question du rôle des éditeurs scientifiques, suivies d’une table-ronde sur l’Open Science.
  • le 24 octobre à l’Université Pierre et Marie Curie, pour des conférences à partir de 18h (amphi 25) sur l’Open Access et les nouveaux média de communication : Digital Humanities ; Réseaux sociaux et Open Access ; Open Data Access, suivies d’une table ronde sur l’évaluation de la recherche.
  • Tous ces évènements seront suivis d’un pot d’échange (Open Buffet pour les puristes)…
  • Des ateliers seront également programmés pour cette semaine, en partenariat avec l’URFIST (unité régionale de formation à l’information scientifique et technique) dont le programme sera communiqué via la page web de l’Open Access Week (Paris 2013)

Organisée avec My Science Work,  la 7ème édition de l’Open Access Week est ouverte à tous, venez nombreux !

 

 

 

 

Albert Jacquard… puis le silence : hommage !

Dans son ouvrage intitulé De l’angoisse à l’espoir : leçon d’écologie humaine, Albert Jacquard définit l’entropie comme étant la dégradation de la qualité structurelle d’une matière isolée en fonction du temps. En d’autres mots, « le niveau de désorganisation » intrinsèque de toute matière isolée. Ce terme d’entropie est connu comme le « second théorème de la thermodynamique », mais cette entropie ne s’impose que pour les structures isolées. « Seuls les êtres vivants sont épargnés », soumis à l’influence des structures voisines et grâce à leur « porosité » et à « l’intensité de leurs échanges avec l’environnement », les êtres vivants évoluent et s’enrichissent d’une complexité conséquente.

Albert Jacquard rappelle dans son ouvrage qu’une partie de l’évolution des espèces n’est que le résultat de la victoire non pas des « meilleurs » mais des « ratés ». Jacquard raconte l’histoire du cerveau, qui est très riche en ramifications et en intelligence, seulement parce qu’il avait été le produit d’un handicap : un cerveau trop gros. « La complexité d’une structure matérielle est la caractéristique lui permettant de manifester des performances nouvelles. »

En ce qui concerne les races, Albert Jacquard signale qu’on définit les races en fonction du contenu de la dotation génétique. Or « la plupart des gènes sont présents dans la plupart des populations », la méthode scientifique adoptée pour regrouper les espèces vivantes n’est pas valide pour l’être humain, car la distance entre les différentes dotations génétiques humaines est beaucoup trop faible pour pouvoir les regrouper en races. « Le concept de race est donc non opérationnel pour l’espèce humaine », conclut Albert Jacquard.

En lisant ces idées, on pourrait remettre en question des notions et des concepts entiers… L’ouverture vers autrui ? L’acceptation de l’autre ? L’identité ? L’origine ? … et les races ?

Albert Jacquard est décédé le 11 septembre 2013 à l’âge de 87 ans. Le net fourmille de littérature lui rendant hommage ; signalons particulièrement le reportage réalisé dans le journal Libération en 2006 (Entretien mené par Laure NOUALHAT, le numéro du 30 août 2006) où figure un portrait de cette figure exceptionnelle de la science et de la pensée, en un mot, de l’humanisme.

 

Pour lire Albert Jacquard à la Bibliothèque de Clignancourt, voici quelques pistes :

– Nouvelle petite philosophie [Texte imprimé]   / Albert Jacquard ; 2007. Sous la cote : 102 JAC

– L’explosion démographique [Texte imprimé] / Albert Jacquard ; 2006. Sous la cote : 304.6 JAC

– Les probabilités [Texte imprimé]   / Albert Jacquard ; 1974. Sous la cote : 519.5 JAC

– De l’angoisse à l’espoir [Texte imprimé] : leçons d’écologie humaine / Albert Jacquard ; 2002. Sous la cote : 910.157 727 JAC

– L’héritage de la liberté [Texte imprimé] : de l’animalité à l’humanitude / Albert Jacquard ; 1986. Sous la cote : 576 JAC

– Au péril de la science ? : interrogations d’un généticien / Albert Jacquard ; 1984. Sous la cote : 576 JAC

– Éloge de la différence [Texte imprimé]   : la génétique et les hommes / Albert Jacquard ; 1978. Sous la cote : 576 JAC

– Génétique des populations humaines / Albert Jacquard,… ; 1974. Sous la cote : 576 JAC

Et finalement, en DVD :

– L’ABC d’Albert Jacquard / Guy Beauché, réal.; Albert Jacquard, participant ; 2009. Sous la cote 102 JAC

Categories: Actualités Tags:

Ateliers de Recherche Documentaire à la Bibliothèque Michelet

Du 2 octobre au 19 décembre 2013, la Bibliothèque Michelet propose aux étudiants d’Art et d’Archéologie des ateliers de recherche documentaire.

Vous pouvez vous y inscrire à l’accueil de la Bibliothèque. Les ateliers ont lieu le mercredi de 12h30 à 14h ou le jeudi de 10h à 11h30.

Il s’agit d’exercices pratiques sur le maniement des catalogues et autres ressources en ligne les plus utiles pour vos recherches, principalement dans les domaines de l’art et de l’archéologie.

Nous vous invitons également à suivre les visites de la bibliothèque ; celles-ci ont lieu du lundi au vendredi de 10h à 10h20, jusqu’au 31 octobre. (Vous n’avez pas besoin de vous inscrire à l’avance pour ces visites.)

Venez nombreux ! Merci.

Les médiathèques de l’ESPE fêtent la science

capture-site-web

Comme l’an dernier, les médiathèques de l’ESPE mettent les sciences à l’honneur à l’occasion de la Fête qui leur est consacrée. Vous pourrez retrouver, en vitrine et en rayon, de nombreux documents sur l’enseignement des sciences à tous les niveaux.

La Fête de la science célèbre tous les ans les échanges entre la communauté scientifique et le grand public. Créée en 1991 par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, elle rassemble chaque année environ 7000 chercheurs et plus d’un million de visiteurs autour de très nombreuses animations, expositions ou débats.

Tous sont bien sûr invités à consulter le programme de la manifestation afin de participer aux festivités ; mais les enfants sont particulièrement mis en avant et on peut remarquer en particulier que les évènements à destination des scolaires se multiplient. Les enseignants sont d’ailleurs invités à inscrire leurs classes afin de participer à ces animations.

La fête de la science peut aussi être l’opportunité de se pencher, en classe ou ailleurs, sur la thématique nationale. Cette année, le thème retenu est « De l’infiniment grand à l’infiniment petit ». Nous vous proposons de découvrir trois documents portant sur ce thème, disponibles dans les médiathèques de l’ESPE.

chat-nombres

 

Le Chat au pays des nombres est une fiction amusante permettant d’aborder la notion d’infini avec des enfants à partir de 6 ans. Son auteur, Yvar Ekeland, professeur de mathématiques et d’économie à l’Université de British Columbia, s’associe à l’illustrateur John O’Brien pour expliquer avec humour des notions parfois difficile à saisir.

 

Au pays des nombres, l’Hôtel Infini, tenu par M. et Mme Hilbert, peut avoir toujours plus de chambres alors que celles-ci sont toutes occupées. Mais comment est-ce possible ? Le chat, lui, n’y comprend rien et n’en dort plus la nuit…

petite-histoire

 

 

 

 

Des neutrinos aux trous noirs, du big-bang à l’antimatière, dans Petite histoire de la matière et de l’univers, Hubert Reeves et quelques uns de ses amis astrophysiciens et physiciens s’interrogent et s’émerveillent des questions surprenantes soulevées par les sciences. Quelle est la forme de l’univers ? Est-il fini ou infini ? De quoi la matière est-elle faite ? Et qu’en est-il de la matière sombre ?

 

 

renovation-enseignement

 

Dans Rénovation de l’enseignement des sciences physiques et formation des enseignants : regards didactiques, Jean-Marie Boilevin s’attaque à deux grandes problématiques. Dans une première partie, il passe en revue les apports de la recherche en didactique des sciences sur la définition des contenus d’enseignement du secondaire. Dans la seconde, il s’interroge quand à la désaffection pour les études scientifiques, montre que les facteurs en sont multiples et propose d’agir sur les contenus d’enseignements et de formation des enseignants pour contrer le phénomène.

 

Categories: Actualités Tags:

Bibliothèque Clignancourt : dites bonjour à l’automate !

Automate RFID en fonctionnement à la bibliothèque ClignancourtLa bibliothèque Clignancourt dispose depuis sa réouverture de deux automates fonctionnant avec la technologie RFID, permettant aux utilisateurs d’enregistrer eux-mêmes leurs prêts et leurs retours. A terme, quatre bornes (dont deux accessibles aux personnes à mobilité réduite) seront mises en service pour offrir davantage d’autonomie aux usagers de la bibliothèque, libérer le personnel d’une partie de ces tâches pour lui permettre de consacrer plus de temps au renseignement et à la formation, et rendre plus fluide la circulation aux alentours de la banque d’accueil.

La technologie RFID (Radio Frequency IDentification, ou identification par radio-fréquence) est une méthode consistant à identifier des objets par ondes radio au moyen de marqueurs (ou radio-étiquettes) : ces marqueurs contiennent en effet une puce électronique associée à une antenne, et sont ainsi capables de transmettre des informations à un lecteur RFID situé à proximité.

Les automates mis à votre disposition à la bibliothèque Clignancourt sont composés d’un écran tactile et d’une platine RFID fixée à l’intérieur du meuble, au niveau de l’emplacement délimité par un carré. L’ensemble des collections de la bibliothèque ayant été équipé d’étiquettes RFID en fin d’année 2012, les platines sont ainsi capables d’identifier les exemplaires déposés sur cet emplacement pour les enregistrer sur le compte d’un lecteur lors d’un prêt ou les en retirer lors d’un retour, tout en activant ou en désactivant l’antivol selon le cas.

Pour ne pas perturber le fonctionnement des automates, nous vous conseillons de déposer vos piles de documents à distance des platines et de ne pas vous accouder ou déposer vos sacs sur les emplacements qui délimitent leur présence. Les documents que vous empruntez ou que vous restituez à la bibliothèque doivent être déposés un à un sur l’un de ces emplacements au moment ou l’automate vous y invite : à l’écran, un message vous indique que la transaction est bien enregistrée. Enfin, n’oubliez pas d’imprimer un ticket pour conserver la liste des documents enregistrés sur votre carte et la date limite de retour !

Et si vous craignez de mettre en péril les missions de vos chers bibliothécaires en ayant recours aux automates, pas d’inquiétude : nous restons indispensables et incontournables pour répondre à vos questions de tous ordres, vous inscrire pour vous permettre de bénéficier du prêt et des services de la bibliothèque, vous assister dans l’utilisation des bornes… et les remplacer dans tous les cas auxquels elles ne sauront faire face !

Photo : Loïc Jouan
Categories: Actualités Tags: ,

La revue DADA

dada2

La revue DADA est un outil incontournable pour qui veut aborder les arts plastiques auprès du jeune public. Destinée aux plus jeunes mais utilisable par tous les publics, elle permet de découvrir l’essentiel de l’oeuvre de nombreux grands artistes.

Le titre de la revue, « DADA », fait autant référence au mouvement littéraire et artistique qu’au monde de l’enfance.

La revue

Une année de Dada comprend 9 numéros thématiques, ainsi que des numéros hors-série. Le dernier numéro, dédié à Roy Lichtenstein, est le n°184.

Bien que plus précisément tournée vers les enfants, Dada peut être consultée par tous :

  • Les plus jeunes, dès 6 ans auxquels sont proposés des ateliers et des jeux ;
  • Les adolescents par le biais de textes clairs et vivants ;
  • Les adultes désirant découvrir l’essentiel d’un artiste.

Chaque numéro présente un artiste célèbre, alors que l’illustration et la mise en page sont confiées à un jeune artiste.
La pédagogie proposée par les numéros de DADA est résolument active, basée sur des activités autour de l’œuvre des artistes abordés.
Certaines rubriques particulièrement didactiques permettent de présenter l’histoire des arts sous un angle original :  l’abcd’art, approche didactique d’un artiste via un abcdaire en lien avec celui-ci ; les artualités couplent bande dessinée et analyse d’image ; les ateliers proposent des activités en lien avec l’artiste présenté.
Devant le succès de la revue, DADA édite également des numéros sélectionnés sous la forme de livres à couverture cartonnée, et a lancé ses premières application iPad, permettant de découvrir un artiste tout en jouant.

Les rédacteurs

La revue DADA réunit une équipe de passionnés d’art et de création, qui partagent la même envie de rendre cet univers accessible à tous, y compris aux plus jeunes. Parmi celle-ci, un comité pédagogique veille à la qualité de chaque numéro. Il est composé de représentants de la commission arts plastiques de l’Association Nationale des Conseillers Pédagogiques, ces enseignants chargés d’accompagner les professeurs débutants lors de leurs stages.

Les thèmes des derniers numéros :

  • Le Cyclop de Tinguely (Hors-Série 1), Buren (Hors-Série 2), Roy Lichtenstein n°184, Miro n°183, Keith Haring n°182, Chagall n°181, Hokusai- Hiroshige / Ukiyo-e n°180, Van Gogh n°179.

Le site de la revue :

Il présente l’ensemble des ressources DADA de façon dynamique, des extraits des derniers numéros sous forme numérique, l’ensemble du catalogue dont les applications, les actualités et les ateliers.

Dans les bibliothèques du réseau :

Vous pouvez retrouver Dada dans les deux médiathèques de l’ESPE de Paris.

  • A Batignolles : vous retrouverez les 5 dernières années de Dada en salle de lecture.
  • A Molitor : les numéros de Dada sont conservés en réserve depuis 2003 et vous trouverez les 2 dernières années à l’espace bleu.

Bonne lecture !