Archive

Archives pour 01/2014

Une histoire de la Maison de la Recherche

Ne vous êtes-vous jamais demandé quelle pouvait bien être l’histoire de cet étonnant bâtiment qu’est la Maison de la Recherche occupée par l’Université de Paris-Sorbonne et situé 28 rue Serpente dans le 6ème arrondissement de Paris ?

Prenez le temps de prendre votre temps, même quelques instants et levez la tête :

rue Danton - Hôtel des Sociétés Savantes - 1900 - DR

Vous voilà devant l’ancien Hôtel des Sociétés Savantes, construit en 1900 par Paul Sédille, l’architecte des magasins du Printemps.

L’édifice présente une longue façade qui se développe autour des rues Danton (dénommée ainsi le 18 avril 1890 et ouverte le 6 décembre 1895) et Serpente et composée autour de deux rotondes monumentales.

Il s’agit de la dernière œuvre de Paul Sédille qui devait mourir peu après.

Remarquez la porte d’entrée de la Société centrale des architectes français, composition néo-renaissance qu’il dessina et que sculpta André-Joseph Allar.
Approchez-vous un peu plus près, levez la tête, que lisez-vous ? :
La devise des architectes « Le beau, le vrai, l’utile».
Au-dessus de cette dernière, la figure allégorique de l’Architecture coiffée d’une couronne de monuments de différentes époques, est entourée par des motifs de fleurs, de fruits et de végétaux.

Les photos qui alimentent ce billet, nous montrent l’Hôtel des Sociétés Savantes au début du XXème siècle. Sur la 1ère photo ci-dessous, nous apercevons la coupole correspondant à l’entrée actuelle du lieu et ayant pour adresse le 28 rue Serpente, vue depuis la rue Mignon (partie aujourd’hui disparue). La 2ème photo nous offre une vue de la seconde coupole, ayant pour adresse aujourd’hui le 8 rue Danton.

Rue Danton, vue de l'hôtel des sociétés savantes - 1900          3595146

© Archives de Paris – Fonds UPF                     © D.R/L.L

 Cote : 11FI3268

L’Hôtel des Sociétés Savantes est situé sur l’emplacement de l’hôtel de Thou qui fut l’hôtel des États de Blois sous Louis XV. L’escalier subsiste encore, quant à la cour des carrosses et des écuries, elle a été métamorphosée en salle de conférences …

Un nombre étonnant de sociétés y on établi leur siège. En 1910 on trouve, en plus de la société d’architecture, la société de médecine publique et d’hygiène professionnelle, la société d’ophtalmologie, la Société pour l’instruction et la protection des sourds-muets, la Société zoologique de France, la Société française de navigation aérienne, la Société française d’hygiène, la Société d’Hypnologie, la Société de sociologie de Paris mais aussi et surtout la Société Astronomique de France créée par Camille Flammarion le 28 janvier 1887 rue Cassini, dans son appartement. Ce dernier, devenu trop exigu, la Société fut transférée rue Danton à l’Hôtel des Sociétés Savantes.

Toutefois qui, mieux que Mme Gabrielle Camille Flammarion, femme de l’astronome, bachelière (fait rarissime pour l’époque) et scientifique de renom,  pour évoquer ce lieu au mois de juin 1958 ? :

« Dans quelques jours, à partir du 1er juillet, presque tous les locataires de l’Hôtel des Sociétés Savantes auront dû déguerpir, tous, sauf notre Société Astronomique de France, solidement campée sous les toits, à l’abri de ses deux coupoles.

Les Domaines ont acheté l’Hôtel des Sociétés savantes, qui gardera son nom, pour le compte de l’Université de Paris et la Faculté des Lettres, trop à l’étroit dans la Sorbonne, va établir l’une de ses branches sous notre toit.

( …) Nous resterons chez nous, haut perchés avec les coupoles. Heureusement ces coupoles nous appartiennent et elles jouent un rôle important dans la vie de notre Société. On peut en juger par le fait que les 18 visites spéciales, organisées par M. Tartois, administrateur de notre observatoire, ont connu un effectif de 337 visiteurs.»

Reconnue d’utilité publique, la Société Astronomique de France a pour but de promouvoir le développement et la pratique de l’astronomie. Premier présidente de la Société, Mr Camille Flammarion éditera un bulletin mensuel « L’Astronomie », revue qui paraît toujours aujourd’hui.

A la suite du passage de la Comète de Halley dans la nuit du 18 au 19 mai 1910 (Comète qui aurait dû frôler la Terre mais qui resta invisible), Mr Camille Flammarion en fera le sujet de l’une de ses « causeries » dans la grande salle, bondée, de l’Hôtel des Sociétés Savantes, le 1er juin 1910.

fin du monde 1910

Aujourd’hui, le souvenir de cette aventure astronomique de l’Hôtel des Sociétés Savantes  n’est plus présent que par, peut-être, un petit clin d’œil : une fois encore, il va vous falloir lever la tête mais à la nuit tombée cette fois …

Soyez curieux et vous aurez la tête dans les étoiles !

Bibliographie Serpente :

Camille Flammarion de Philippe de La Cotardière, Patrick Fuentes.

Paris : Flammarion, 1994

Cote : 944.070 92 FLA

Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France : XIXe-XXe siècles

De Jean-Pierre Chaline

Paris : Éd. du CTHS, 1995

Cote : 060 CHA

Les bandes dessinées à la bibliothèque Malesherbes (suite)

 

Outre les bandes dessinées allemandes (billet du 17 décembre 2013),  la bibliothèque Malesherbes propose également une sélection de BD italiennes, néerlandaises, polonaises, russes et tchèques ainsi que des ouvrages sur l’histoire de la bande dessinée russe ou italienne par exemple. Tous ces ouvrages sont empruntables.

Ils se trouvent soit dans le hall de la bibliothèque, soit en libre acces salle B en 741.

Baci dalla provincia 741(45) GIP

Baci dalla provincia 741(45) GIP

Multatuli’s Woutertje Pieterse  741(492) MUL

Multatuli’s Woutertje Pieterse 741(492) MUL

 

 

 

 

 

 

Fumetto! : 150 anni di storie italiane 741(45) BON

Fumetto! : 150 anni di storie italiane 741(45) BON

Лошадиный суп / Владимир Сорокин 741(47) SOR

Лошадиный суп 741(47) SOR

Ještě jsme ve válce : příběhy 20. století 741(437) FAN

Ještě jsme ve válce 741(437) FAN

Русский комикс: [сборник статей / сост. Ю. Александров, А. Барзах] RU-27399

Русский комикс RU-27399

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous souhaitez que la bibliothèque fasse l’acquisition d’autres titres, n’hésitez pas à remplir le formulaire de suggestions en cliquant sur ce lien:  Formulaire en ligne

Par ailleurs, se déroule en ce moment à la Cité de l’histoire de l’immigration une exposition en lien avec la bande dessinée : Des histoires dessinées entre ici et ailleurs

immigration

L’exposition de la Cité de l’Histoire de l’Immigration sera présentée jusqu’au 2 février, ne la manquez pas !

« À travers plus de 400 pièces et documents originaux, planches de bande dessinée, esquisses et croquis préparatoires, films d’animation, entretiens filmés et autres photographies et documents d’archives, l’exposition Des histoires dessinées entre ici et ailleurs se propose d’envisager le phénomène migratoire dans la bande dessinée. »

S’y rendre :
Palais de la Porte Dorée,
293 Avenue Daumesnil
75012 Paris
station Porte Dorée (ligne 8)
 
Et pour les passionnés, le 41e festival international de la BD du 30 janvier au 2 février 2014 à Angoulême vous attend!
festival-bd-angouleme-2014-ov62

Affiche réalisée par l’illustrateur Willem.

2014 : l’année Rameau, et les autres …

Alberic Magnard (debout, а gauche) en compagnie du violoniste Eugиne Ysaye (debout, fumant la pipe) et du compositeur Guy Ropartz, dans le bureau de ce dernier alors directeur du Conservatoire de Nancy, vers 1911

Alberic Magnard (debout, à gauche) en compagnie du violoniste Eugène Ysaye (debout, fumant la pipe) et du compositeur Joseph Guy Ropartz, dans le bureau de ce dernier  vers 1911. By Photo by Ruck [Public domain], via Wikimedia Commons

En 2014, l’UFR de musique et musicologie va fêter en grande pompe l’année Rameau. En effet, une installation, pilotée par Raphaëlle Legrand, est prévue au sein de la bibliothèque, en lien avec l’Abbaye de Royaumont, dont nous vous donnerons des détails dans un prochain billet.

Pourtant il ne faudrait pas oublier les autres grands compositeurs français qui ne figurent pas dans les célébrations officielles. Parmi eux, Maurice Ohana et J.G. Ropartz.
Or aujourd’hui  la bibliothèque possède quelques d’ouvrages de et sur ces compositeurs du XXème siècle, qui n’appartenaient à aucune « école » musicale particulière.
Parmi eux, je vous recommande l’excellent ouvrage sur Ohana :

Maurice Ohana / François Porcile, Edith Canat de Chizy. Paris : Fayard, impr. 2005 (cote 780.920 4 OHA por)

et une nouvelle acquisition  sur J. G. Ropartz en tant que musicien breton (ouvrage bilingue français-breton) :

Musique classique bretonne : Cras, Ladmirault, Le Flem, Le Penven, Ropartz… = Sonerezh klasel Breizh : Ar C’Hraz, Ladmirault, Ar Flemm, Ar Penven, Roparzh… / Mikael Bodlore-Penlaez, Aldo Ripoche; traducteur Divi Kervella; musique interprétée par L’Instant en trio

vous trouverez ce dernier à la cote 780.944 BOD

Chez les compositeurs étrangers, à ne pas oublier non plus : Carl Philipp Emmanuel Bach, le fils le plus connu de Jean-Sébastien,  et Christoph Willibald Gluck, nés tous deux il y a 300 ans :

pour C.P.E. Bach : Les fils Bach / Marc Vignal. Paris : Fayard, 1997 (cote  780.920 32 BAC vig)

pour Gluck, qui a fait sa carrière en France, plongez-vous avec délices dans les écrits de Berlioz : Critique musicale, 1823-1863. Volume 1. 1823-1832 / Hector Berlioz  (780.920 34 BER 1/6)

D’ailleurs la « lettre du musicien » partage les mêmes craintes que moi  dans son  dernier numéro en ligne : « Mais il est à craindre que Carl Philipp Emanuel Bach ou même Richard Strauss ne retiennent guère l’attention. Et qu’espérer pour Magnard, Ropartz ou Ohana ? Qui, enfin, osera faire redécouvrir la seule compositrice de cette sélection, Marguerite Labori ? »

http://www.lalettredumusicien.fr/s/articles/2536_202_anniversaires-en-2014  (article disponible pour les abonnés)

Enfin n’oublions pas qu’Adolphe Sax, l’inventeur de la famille d’instruments qui porte son nom, a le droit aussi à son anniversaire cette année, puisqu’il est né en 1814. Vous en trouverez une biographie en libre-accès

Rorive, Jean-Pierre.   Adolphe Sax : 1814-1894 / Jean-Pierre Rorive. [Bruxelles] : Ed. Racine, 2004.  (cote 780.92 ROR)

Bonnes lectures

 

Quelques révélations sur le « secret » (et une bibliographie sur le thème)

soldat-cherche-espion

Soldat français recherchant un espion durant la Grande Guerre.
Crédits : Agenre Rol/ Gallica

Le « secret » n’est plus ce qu’il était. Il suffit de regarder la une des journaux. L’activité de l’agence d’espionnage américaine et les télégrammes rendus publique par WikiLeaks continuent d’ébranler les plus hautes sphères du pouvoir et les relations internationales. Car à l’ère de l’information et d’internet, les fuites de documents émanant des Etats se font de plus en plus abondantes et leur diffusion de plus en plus large et rapide.

Toutefois, il faut savoir que dans le champ de l’histoire, le secret fait l’objet de réflexions depuis déjà une vingtaine d’années. Parmi les pionniers de ces études, on pourrait citer Christopher Andrew et Michael Herman pour le monde anglophone et Sébastien Laurent et Olivier Forcade pour la France. Ce dernier est d’ailleurs professeur d’Histoire contemporaine à Paris-Sorbonne, où il consacre l’un de ces séminaires au thème « renseignement et diplomaties ».

Ces chercheurs ont ainsi analysé comment les États collectent et exploitent les informations dites « secrètes », comment ils protègent leurs propres données et activités (le contre-espionnage), les retombées de la découverte et de la possession du « secret » sur la décision politique et les rapports interétatiques, la coopération internationale en matière de renseignement en temps de guerre mais aussi en temps de paix, entre beaucoup d’autres sujets. Ainsi, même si le champ reste encore à creuser, une bibliographie considérable est actuellement à notre disposition.

Nous vous proposons ci-dessous une sélection d’ouvrages sur l’histoire du secret, ainsi que sur les imbrications entre secret et relations internationales. Ces ouvrages sont disponibles soit en format papier à la bibliothèque Serpente, soit en format numérique via la bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne ou via la bibliothèque en ligne de la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) ou encore en accès libre.

 

A la bibliothèque Serpente

Coeuré, Sophie. La mémoire spoliée : les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique (de 1940 à nos jours). Paris : Payot, 2006
Cote : Salle de lecture – 944.081 6 COE

Forcade, Olivier et Laurent, Sébastien. Secrets d’État : pouvoirs et renseignement dans le monde contemporain. Paris, Armand Colin, 2005.
Cote : Salle de lecture – 327.12 FOR

Lacoste, Pierre. Services secrets et géopolitique. Panazol (Haute-Vienne), Lavauzelle, 2éd., 2002.
Cote: Salle de lecture – 327.12 LAC

Alexander, Martin. Knowing your friends : intelligence inside alliances and coalitions from 1914 to the Cold War. London, Frank Cass, 1998.

Andrew, Christopher. The missing dimension : governments and intelligence communities in the twentieth century. London, Macmillan, 1984.
Cote : Salle de lecture – 327.12 mis

Herman, Michael. Intelligence power in peace and war. Cambridge, Royal Institute of International Affairs, 1996.
Cote : Salle de lecture – 327.12 HER

 

En ligne sur Cairn.info via la bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne

Dossier « Secret et relations internationales », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, Automne 2012 (n° 36)
http://www.cairn.info/revue-bulletin-de-l-institut-pierre-renouvin-2012-2.htm

Dossier « Espionnage », Le Temps des médias, 2011/1 (n° 16)
http://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2011-1.htm

Sébastien Laurent, « Pour une autre histoire de l’État : le secret, l’information politique et le renseignement», Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 3/2004 (no 83), p. 173-184.
www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2004-3-page-173.htm

Sébastien Laurent « Aux origines de la ‘guerre des polices’ : militaires et policiers du renseignement dans la République (1870-1914) », Revue historique 4/2005 (n° 636), p. 767-791.
http://www.cairn.info/revue-historique-2005-4-page-767.htm

 

En ligne sur Numérique premium via la bibliothèque en ligne de la BIS

Forcade, Olivier. La République : secrète histoire des services spéciaux français de 1918 à 1939, Paris, Nouveau Monde, 2008.
http://www.numeriquepremium.com.janus.biu.sorbonne.fr/content/books/9782847362299

Gênet, Stéphane. Les Espions des Lumières : actions secrètes et espionnage militaire au temps de Louis XV, Paris, Nouveau Monde, 2013.
http://www.numeriquepremium.com.janus.biu.sorbonne.fr/content/books/9782365833707

Bauermeister (Lieutenant). La Guerre dans l’ombre : souvenirs d’un officier du service secret du haut commandement allemand, Paris, Nouveau Monde, 2013.
http://www.numeriquepremium.com.janus.biu.sorbonne.fr/content/books/9782369430001

Melnik, Constatntin. De Gaulle, les services secrets et l’Algérie. Paris, Nouveau Monde, 2010.
http://www.numeriquepremium.com.janus.biu.sorbonne.fr/content/books/9782847364996

Rivet, Louis (général). Carnets du chef des services secrets (1936-1944). Paris, Nouveau Monde, 2010.
http://www.numeriquepremium.com.janus.biu.sorbonne.fr/content/books/9782847364033

Albertelli, Sébastien. Les services secrets de la France Libre : le bras armé du général de Gaulle. Paris, Nouveau Monde, 2012.
http://www.numeriquepremium.com.janus.biu.sorbonne.fr/content/books/9782365833387

 

En accès libre

Coeuré Sophie, Monier Frédéric, Naud Gérard. « Le retour de russie des archives françaises. Le cas du fonds de la sûreté », Vingtième Siècle. Revue d’histoire. N°45, janvier-mars 1995. pp. 133-139.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1995_num_45_1_3390

Dossier « Economie politique du secret », Politix, Vol. 14 (n°54). 2e trimestre 2001. pp. 15-153
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/polix_0295-2319_2001_num_14_54

« Le défi du renseignement », Cahiers de la Sécurité, INHESJ, n°13, septembre 2010
http://www.inhesj.fr/fr/qui-sommes-nous/les-publications/les-cahiers-de-la-securite/13

« Le renseignement », Revue historique des armées, SHD, n° 247, 2007
http://rha.revues.org/413

« Transparence et secret », Pouvoirs, n° 97, 2001, 181 p.
http://www.revue-pouvoirs.fr/-97-Transparence-et-secret-.html

 

L’Université Paris-Sorbonne, c’est aussi une maison d’édition !

La bibliothèque Serpente expose désormais des nouveautés parues aux Presses de l’université Paris-Sorbonne dans une vitrine près de l’accueil. La proximité avec le siège des PUPS, situées également à la Maison de la Recherche, favorise une collaboration qui a pour but de mieux faire connaitre la production de cette maison d’édition auprès du lectorat de la bibliothèque de niveau majoritairement master ou doctorat.

Dirigées par le professeur Olivier Forcade, les PUPS « ont pour mission de publier les travaux personnels et collectifs de la communauté scientifique et d’établir une politique générale de l’édition cohérente avec la politique de la recherche de l’université ».
Sorbonne Editeur Imprimeur depuis 1470

Des dizaines de collections, réparties en grandes disciplines, sont au catalogue des PUPS :
1/histoire, géographie et d’archéologie : « Histoire maritime », « Mondes contemporains », « Cultures et civilisations médiévales », « Rome et ses renaissances »…
2/langue et littérature étrangère : « Mondes anglophones », « Monde germanique », « Iberica »…
3/linguistique : « Travaux de linguistique et de stylistique françaises », « Lingua Latina »…
4/littératures françaises et comparée : « Lettres françaises », « Lettres francophones », Genesis, Revue Voltaire…
5/musique et arts : « Art’hist », « Musique »…
6/religion, philosophie et anthropologie : « Philosophie appliquée », « Études spinozistes », « Religions dans l’histoire »…

Les titres en exposition actuellement à Serpente donnent bien une idée de cette diversité du catalogue (cf notes 1 et 2) :
Cézanne. Joindre les mains errantes de la nature de Jean Colrat
L’Idée d’Europe.Prendre philosophiquement au sérieux le projet politique européen, dir. Jean-Marc Ferry
L’Envie, une passion démocratique au XIXe siècle, de Fabrice Wilhelm
Vers la science de l’art. L’esthétique scientifique en France 1857-1937, dir. Jacqueline Lichtenstein, Carole Maigné et Arnauld Pierre
La Chair du livre. Matérialité, imaginaire et poétique du livre fin-de-siècle, d’Evanghélia Stead
Matière et esprit du journal. Du Mercure galant à Twitter, dir. Alexis Lévrier et Adeline Wrona
Penser le système international (XIXe-XXIe). Autour de l’oeuvre de Georges-Henri Soutou, dir. Éric Bussière, Isabelle Davion, Olivier Forcade et Stanislas Jeannesson

Certains de ces titres font du reste l’objet d’événements signalés aussi sur le site web des PUPS

À savoir : les PUPS diffusent également des ouvrages numériques au format E-Pub (5 sont actuellement inscrits à leur catalogue).

Notes :
(1) Deux d’entre eux font partie des collections de la bibliothèque Serpente, puisqu’ils correspondent à sa politique documentaire : L’Idée d’Europe et Penser le système international
(2) Si vous souhaitez les acheter, il vous suffit de vous rendre à la libraire situé dans le hall : Du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30

Categories: Actualités, Ils publient Tags: ,

Mille et une thèses électroniques !

L’Université Paris-Sorbonne a adopté le dépôt électronique des thèses en septembre 2009. Quatre ans plus tard, la bibliothèque Serpente et le bureau de la Valorisation fêtent leur millième thèse électronique traitée.

A cette occasion, voici un petit mémo pour la consultation des thèses électroniques :

Pour rappel, afin de respecter les droits d’auteur des docteurs, il est interdit de photocopier ou d’imprimer la totalité d’une thèse. Il est possible de photocopier ou d’imprimer 10 pages dans le corps de la thèse ainsi que le sommaire et la bibliographie.

Et pour trouver encore plus de thèses en ligne :

Pour plus d’informations : marie-alix.massa@paris-sorbonne.fr

Filmique (II)

Pour celles et ceux qui n’auraient encore eu le plaisir de le découvrir, le cycle de projections intitulé « Filmique » a lieu pour la 2è année consécutive dans le Grand Amphi de l’Institut d’Art et d’Archéologie Michelet.

Ce cycle, initié et programmé par notre enseignant Arnaud Maillet, se propose d’aborder le cinéma conçu par les artistes. Très tôt, les artistes du XXè siècle se sont emparés de ce nouveau medium, apte à capter la vitesse, les mouvements des machines, de la ville en construction, de l’inconscient humain.

Entre leurs mains, la caméra s’est révélée un extraordinaire outil de créations de nouvelles formes. Les grands mouvements d’avant-garde tels que le cubisme, le futurisme ou le surréalisme eussent-ils été les mêmes sans le cinéma ? Cet œil mécanique et magique qui enregistre en direct la beauté fulgurante du monde en marche, qui fonce comme un train à travers la nuit de la modernité.

Après s’être penché, lors du premier « Filmique », sur la construction et la déconstruction de l’image-film – via des procédés d’inversion, de superposition, d’exposition et de défilement de la pellicule -, après s’être arrêté sur les reflets, la lumière, le découpage du cadre, et autres effets hypnotiques, Arnaud Maillet se consacre cette année aux aspects graphiques du film, notamment à travers les différentes interactions entre le film et la peinture.

Nous vous invitons à venir visionner ces œuvres rares, choisies et agrémentées des commentaires pertinents de notre enseignant. Gageons que cette rêverie éveillée saura troubler vos sens et vos esprits.

Filmique (II) – Les vendredis de 12h à 14h – Grand Amphi.
Programme détaillé à retrouver sur le site de Paris-Sorbonne et en version papier à la bibliothèque Michelet

Categories: Actualités Tags:

La photographie : un fonds à découvrir et à emprunter !

Le fonds photographie du Service commun de la documentation est riche d’un millier d’ouvrages : vous pouvez les trouver à la bibliothèque Michelet et quasiment tous les emprunter !

A l’occasion d’une très belle exposition qui a lieu en ce moment à la Maison européenne de la photographie sur Sebastião Salgado jusqu’au 5 janvier 2014, vous pourrez consulter les ouvrages sur l’immense photographe brésilien à la bibliothèque.

salgadoEn voici une sélection, en attendant le catalogue de l’exposition :-)

-Sebastião Salgado : territoires et vies / sous la direction d’Anne Biroleau et Dominique Versavel; avant-propos de Salman Rushdie ; Paris : Bibliothèque nationale de France, impr. 2005. Cote : 8 P 155

-L’œuvre de Sebastiâo Salgado : un art de combat / Alice Bouvattier; sous la dir. de Serge Lemoine, Françoise Ducros et Arnaud Pierre 2002. Mémoire de maîtrise. Cote : C/M 2002-21

-Sebastião Salgado  : [photographies] / introduction par Christian Caujolle ; Paris : Centre national de la photographie, 2001. Cote : 770.3 PHO-55

-Ecoutez voir : neuf entretiens avec des photographes : Raymond Depardon, Robert Frank, Ralph Gibson, Duane Michals, Helmut Newton, Sebastiao Salgado, Alice Springs, Arthur Tress, Joël-Peter Witkin / Patrick Roegiers ; Paris audiovisuel, 1989. Cote : 770.9 ROE

Bonnes découvertes !