Accueil > Boîte à outils > Bonjour, je ne trouve pas le Boléro de Ravel, ou comment chercher une partition de poche à la Bibliothèque Clignancourt

Bonjour, je ne trouve pas le Boléro de Ravel, ou comment chercher une partition de poche à la Bibliothèque Clignancourt

La première étagère de partitions, face aux revues d'art

La première étagère de partitions, face aux revues d’art. Photographie de Jean-Baptiste Devouassoux

Fidèles lecteurs et / ou collègues de la Bibliothèque Clignancourt, vous n’êtes pas sans avoir remarqué qu’il est parfois difficile de comprendre cet espace où sont regroupés ces documents étranges que l’on appelle des partitions. En effet, entre les revues d’art (y compris la musique), et « the » piano, se trouvent trois étagères dédiées à ces documents, rangés par auteur, et dont la cote commence (presque) toujours par Pa 780. Ainsi la première partition que l’on trouve est « Iberia » d’Albeniz, à la cote Pa 780 ALB 3 ibe, et ainsi de suite jusqu’à « Der Zwerg » d’Alexander Zemlinsky, dans sa réduction pour piano chant, Pa 780 ZEM 3 zwe .

Viennent ensuite quelques méthodes de solfège, d’analyse ou d’instruments, classés respectivement de Pa 781… à Pa 788...

Oui mais, me direz-vous, je ne trouve pas le « Boléro » de Ravel, qui devrait être logiquement après la « Barque sur l’Océan », du même compositeur, à moins qu’il n’ait coulé en route ??? Rassurez-vous, c’est beaucoup plus simple! La partition du Boléro, étant donné son format, a été rangée avec toutes les autres partitions dites « de poche », juste derrière le piano, dans des étagères qui permettent, comme dans une librairie musicale, de les « feuilleter » plus facilement. Elle sont aussi classées par auteur, et tant pis pour le bibliothécaire trop pointilleux, car cette fois-ci, ça ne « colle » pas toujours à la cote. En effet, si vous remettez l’ouverture de « Fidelio » après les concertos de Beethoven au lieu de la replacer dans les ouvertures, est-ce que l’usager suivant vous en voudra, franchement ?

Les partitions de poche, en "feuilletage", comme dans un grand magasin qu'on ne nommera pas...

Les partitions de poche, en « feuilletage », comme dans un grand magasin qu’on ne nommera pas… Photographie de Jean-Baptiste Devouassoux

Donc, si vous cherchez l’opéra complet « Fidelio », dans l’édition Dover (grand format), vous vous trouvez en face des périodiques en art, mais si vous cherchez seulement l’ouverture chez Eulenburg (petit format), vous tournez le dos au piano. Facile, non ?

Enfin n’oubliez pas que la responsable des acquisitions en musicologie est toujours là pour vous aider …

A bientôt au premier étage, donc!

  1. 27/06/2014 à 10:31 | #1

    pas facile en effet de s’y retrouver dans les méandres des classifications musicales , bravo pour ton article bien dans ton style !

  1. Pas encore de trackbacks