Archive

Archives pour 06/2014

Promenons-nous dans les bois…

C’est le retour des beaux jours, et vous ressentez une folle envie de nature ? Seulement, il faut l’avouer, vous ne la connaissez pas beaucoup, et vous n’osez donc pas vous aventurer dans les sous-bois… Pas de panique ! Votre bibliothèque Clignancourt a la solution !

th

Le fonds de géographie possède une cote regroupant les ouvrages traitant de l’écologie des forêts (910.157 73). C’est là que vous pourrez trouver Le guide de la forêt pour tous. Ce petit ouvrage de format poche vous accompagnera dans vos excursions.
Il vous fournira en outre quantité d’informations sur des sujets aussi divers que les plantes, les fleurs, les arbres, mais également toute la faune : des insectes aux loups en passant par les araignées et les écureuils. Impossible de vous prédire si vous croiserez toutes les espèces décrites dans le guide… A défaut, vous pourrez profiter des belles photos qui s’y trouvent !

D’autre part, les auteurs nous mettent en garde et nous informent sur le dépérissement de ces espaces, espérant que nous pourrons nous y rendre encore longtemps : « parce que nous pensons que le fait de voir, de s’étonner et de vivre les choses, permet de libérer des forces pour comprendre et agir ».

Des lieux et des ressources : la BouUssole pour guide

Laissez la BoUssole vous guider dans les bibliothèques d'Île-de-France (source Bibliothèques de Paris-Sorbonne)

Il ne vous a pas échappé que lorsque vous souhaitez des renseignements spécifiques sur Rue des Facs, un onglet « BoUssole » se trouve à portée de clic.  Cet outil permet de trouver des lieux où se trouve la documentation qui vous est nécessaire et que vous ne trouvez pas dans vos bibliothèques habituelles.

Cela permet de préparer un itinéraire intramuros ou une escapade documentaire en Ile de France (d’autant plus que le week end la RATP a eu la brillante idée de pratiquer le dézonage). Ainsi, il vous sera permis de vous rendre dans des endroits auxquels vous n’auriez pas pensé sans cette précieuse assistance numérique. Car il faut bien le dire, cette orientation vers les lieux où est conservé le savoir vous permettra de garder le cap dans la complexe géographie des bibliothèques d’Ile-de-France

(source Wikipédia)

Plan de Paris vers 1740 (source Wikipédia)

Tous les domaines disciplinaires sont couverts : philosophie, sciences économiques et de gestion, droit, sciences politiques, arts, histoire et géographie, sciences humaines et sociales, médecine et odontologie, sciences, pharmacie, STAPS … et bien sûr sont à la croisée de vos propres recherches. Vous gagnerez un temps précieux à anticiper si vous allez vers le sud, le nord, l’est ou l’ouest dans les champs des savoirs en utilisant la BoUssole, cette fidèle alliée, dont il serait difficile de se passer dans le maquis des BU, des centres de documentation appartenant à des fondations ou autres espaces conservant des données précieuses. Bien que l’éparpillement des ressources puisse poser un problème lorsque l’on réside dans la capitale, pensez que c’est aussi un atout d’avoir tout à portée de BoUssole. Si la préparation de son parcours d’orientation documentaire prend du temps, elle vous met en condition de chercheur, voire de traqueur d’information. Et quel bonheur de trouver ce dont on a besoin pour compléter ses recherches, et de se faire aider par un personnel compétent travaillant en ces lieux .

Salle de lecture de la Bibliothèque Mazarine (source Wikipédia)

Salle de lecture de la Bibliothèque Mazarine (source Wikipédia)

Prenons par exemple une recherche que vous souhaiteriez approfondir. Le plus simple serait d’opter pour Wikipédia lové confortablement dans un fauteuil bien moelleux ou vous rendre dans votre bibliothèque préférée pour y utiliser internet. L’idéal serait aussi d’entreprendre tout un périple basé sur vos sens pour y consulter des archives. Compliqué, coûteux mais aussi limitatif car, dès que l’on met ne serait-ce qu’une once de réflexion sur un sujet, celui-ci vous entraîne au-delà d’un mot et vous conduit vers des termes génériques et/ou spécifiques . Pour cerner votre sujet, vous devrez vous rendre dans différents lieux comme la Bibliothèque de l’Institut national  d’histoire de l’art (INHA), la Bibliothèque Mazarine, voire même aller consulter les collections documentaires de la bibliothèque du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), et la liste peut être longue de tous ces réservoirs d’informations. D’un clic sur la BoUssole, soit on choisit de rester dans son quartier et cela demeure très limité au niveau des ressources trouvées, soit on estime qu’il faut dépasser les limites de son arrondissement et glaner plus loin les précieuses et parfois rares informations sur un  sujet.

Galerie Colbert (INHA) (source Wikipédia)

Galerie Colbert (INHA) (source Wikipédia)

Ainsi, un parcours de recherche bien construit au vu des informations contenues sur chaque page de présentation des bibliothèques (adresse, horaires, disciplines, public accueilli) vous fera gagner un temps précieux et vous apportera beaucoup de satisfaction quant aux données récoltées. Et qui sait, vous ouvrir tous les champs des possibles dépassant même ceux pour lesquels vous vous étiez fixé des objectifs.

Colonies françaises en 1891 (Le Monde Illustré) (source Wikipédia)

Mais où trouver des documents sur les Colonies françaises en 1891 ? (Le Monde Illustré) (source Wikipédia)

 

Il existe un outil semblable sur le site de la BPI : Oriente Express.  A l’image de la BoUssole de Rue des facs, il y est répertorié plus de 400 bibliothèques et autres centres de ressources documentaires recouvrant un domaine très vaste. Dans ce répertoire, se trouvent également certaines  bibliothèques  universitaires. Du fait de leurs spécificités, ces fonds conservés dans les bibliothèques spécialisées de Paris et de sa région, complètent ou parfois se substituent en raison de leur rareté et de leur préciosité, à ceux que l’on peut trouver dans les BU.  De la Bibliothèque du Centre Sèvres où se trouve un fonds jésuite ancien et important  (dont des manuscrits et imprimés des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles), en passant par la Bibliothèque Kandinsky où sont réunis des ouvrages sur les arts des XXe et XXIe siècles (Arts plastiques, design, architecture, cinéma expérimental,  Vidéo et photographie), puis en prenant la direction de la Bibliothèque de l’Académie des sciences d’outre-mer, là où sont  conservés de riches collections sur l’Afrique, Madagascar, l’Indochine et le Pacifique, vous pourrez aisément assouvir votre appétit documentaire.

Bonnes recherches !

 

Les Bas-fonds – Histoire d’un imaginaire par Dominique Kalifa

Nouveauté Bibliothèque Serpente – Cote Serpente : 305.568 KAL

Bas fonds kalifa © Collection KHARBINE-TAPABOR

L’envers et les dessous de notre société sont peuplés de criminels, de souteneurs, de prostituées, de mendiants, de bagnards et bien plus encore … tristement réels et parfois imaginaires, ces bas-fonds et leur exploration offrent une plongée obscure et captivante dans les bas quartiers de Paris et ses mystères, à la rencontre des gueux de la Cour des Miracles, des trottoirs de Buenos Aires en passant par les quartiers périlleux et interlopes de Londres.

Si le mot « bas-fonds » en lui-même est aisé à comprendre, c’est une autre affaire que d’essayer d’en tirer une cartographie, une représentation claire et concise tant ce terrain est vague, opaque, mystérieux et meuble.

Acquise depuis 1840, l’expression dans son sens social émerge chez des auteurs comme Balzac et Honoré Frégier dans son ouvrages sur les « Classes dangereuses de la population des grandes villes. »

A partir de cette année 1840, l’expression va se répandre comme une traînée de poudre chez des auteurs comme Eugène Sue dans ses « Mystères de Paris » ou bien encore Victor Hugo qui chapitrera une partie de ses « Misérables » sous cette expression.

Ce décor dans lequel Dominique Kalifa* s’est posé depuis plus de 20 ans, lui l’historien du crime et des marges sociales, a cessé désormais de n’être qu’un décor pour devenir son nouvel objet d’études et d’interrogations : Synonyme de crimes organisés, les « bas-fonds » du monde entier sont des lieux clandestins voués au crime, à la débauche et au complot.

Mais, et pour ne citer que Dominique Kalifa : « Ces bas-fonds et ces gueux existent-ils vraiment ? Qu’il y ait des pauvres, des voleurs, des prostituées et des bandes organisées ne fait malheureusement aucun doute, qu’ils ressemblent aux descriptions pittoresques et horrifiées qu’en offrent les principaux récits, demeure plus incertain. »

* Professeur à la Sorbonne, Dominique Kalifa est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages consacrés à l’histoire du crime, des transgressions et de la culture de masse. Il enseigne également à Science Po et à New York University.

Un fonds méconnu : la bibliothèque Dagens

La Bibliothèque d’histoire des religions possède un fonds rare légué par le Professeur Jean Dagens. Il s’agit d’une belle collection de près de trois mille ouvrages qui traitent du christianisme depuis la renaissance jusqu’à la fin du Grand siècle. Dans le choix des titres, le biographe du Cardinal de Bérulle réunit avec une rare unité de vue les livres qui témoignent de la naissance de l’école de spiritualité française sans omettre de précieuses études sur la formation de l’esprit rationnel de l’âge classique.

DAGENS 001

 

Il faut noter l’importance des écrits mystiques et des anciennes traductions des Pères de l’Église qui donnent un tableau complet de la culture ecclésiastique d’un siècle qui fut grand, non seulement par ses œuvres, mais aussi par ses hommes, qu’inspirait l’esprit des premiers siècles du christianisme. Ainsi, le lecteur peut consulter un fonds d’une parfaite cohérence où se retrouvent, aux côtés d’opuscules peu connus, les classiques et les mémoires oubliées des contemporains.

 

Ancienne traduction de Denys l'Aréopagite

Ancienne traduction de Denys l’Aréopagite

 

Le fond ancien compte quelques 500 titres conservés pour la plupart dans leurs reliures d’origine. Certain in-folio dans un parfait état de conservation sont aux armes d’évêques du XVIIe siècle. On y trouve, entre autre, la correspondance de Richard Simon et de nombreux volumes de polémiques encore peu étudiées. Nous espérons vivement que cette riche collection soit plus connue des spécialistes et notamment des historiens du jansénisme. A cet effet, nous souhaitons à l’avenir, donner au public un catalogue détaillé de ce fonds encore inexploré.

Histoire ecclésiastique de Lenain de Tillemont

Histoire ecclésiastique de Lenain de Tillemont

Categories: Question de fonds Tags: