Accueil > Histoire(s), Nouvelles acquisitions > Les Bas-fonds – Histoire d’un imaginaire par Dominique Kalifa

Les Bas-fonds – Histoire d’un imaginaire par Dominique Kalifa

Nouveauté Bibliothèque Serpente – Cote Serpente : 305.568 KAL

Bas fonds kalifa © Collection KHARBINE-TAPABOR

L’envers et les dessous de notre société sont peuplés de criminels, de souteneurs, de prostituées, de mendiants, de bagnards et bien plus encore … tristement réels et parfois imaginaires, ces bas-fonds et leur exploration offrent une plongée obscure et captivante dans les bas quartiers de Paris et ses mystères, à la rencontre des gueux de la Cour des Miracles, des trottoirs de Buenos Aires en passant par les quartiers périlleux et interlopes de Londres.

Si le mot « bas-fonds » en lui-même est aisé à comprendre, c’est une autre affaire que d’essayer d’en tirer une cartographie, une représentation claire et concise tant ce terrain est vague, opaque, mystérieux et meuble.

Acquise depuis 1840, l’expression dans son sens social émerge chez des auteurs comme Balzac et Honoré Frégier dans son ouvrages sur les « Classes dangereuses de la population des grandes villes. »

A partir de cette année 1840, l’expression va se répandre comme une traînée de poudre chez des auteurs comme Eugène Sue dans ses « Mystères de Paris » ou bien encore Victor Hugo qui chapitrera une partie de ses « Misérables » sous cette expression.

Ce décor dans lequel Dominique Kalifa* s’est posé depuis plus de 20 ans, lui l’historien du crime et des marges sociales, a cessé désormais de n’être qu’un décor pour devenir son nouvel objet d’études et d’interrogations : Synonyme de crimes organisés, les « bas-fonds » du monde entier sont des lieux clandestins voués au crime, à la débauche et au complot.

Mais, et pour ne citer que Dominique Kalifa : « Ces bas-fonds et ces gueux existent-ils vraiment ? Qu’il y ait des pauvres, des voleurs, des prostituées et des bandes organisées ne fait malheureusement aucun doute, qu’ils ressemblent aux descriptions pittoresques et horrifiées qu’en offrent les principaux récits, demeure plus incertain. »

* Professeur à la Sorbonne, Dominique Kalifa est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages consacrés à l’histoire du crime, des transgressions et de la culture de masse. Il enseigne également à Science Po et à New York University.

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks