Archive

Archives pour 07/2014

Moi, Auguste, empereur de Rome

aug

 

 A  l’occasion du bimillénaire de la mort d’Auguste, le Grand Palais propose jusqu’au 13 juillet une grande exposition sur le premier empereur romain en collaboration avec le Musée du Louvre, l’Azienda Speciale Palaexpo – Scuderie del Quirinale et les Musei Capitolini de Rome.

300 œuvres sont exposées. Des statues, des reliefs et des fresques viennent illustrer la vie à l’époque d’Auguste et particulièrement l’image qu’il voulait imposer de lui-même à Rome et dans les provinces, l’image d’un pouvoir stable et généreux annonçant le début d’un nouvel âge d’or.

On retrouve aussi de nombreux objets de la vie quotidienne comme de l’argenterie, de la verrerie, des bijoux qui complètent ce panorama et donnent un aperçu de l’aménagement et du confort des maisons romaines.

 Le catalogue de cette exposition présente tous les objets exposés ainsi que le contexte historique et artistique du règne d’Auguste :

Auguste [Texte imprimé]   : [exposition], Paris, Grand Palais, Galeries nationales, 19 mars – 13 juillet 2014 / 1 vol. (319 p.)

 Disponible :

à la bibliothèque Clignancourt : 1 Arts, Musicologie   – 709.37 AUG

à la bibliothèque Michelet : Salle de lecture   – 709.015 AUG

à la bibliothèque Serpente 709.37 aug.

Les Bibliothèques de Paris-Sorbonne vous souhaitent de bonnes vacances

Après une saison pleine d’aventures, où nous avons eu le plaisir de faire un tour dans les expositions de l’année, d’apprendre à utiliser les photocopieurs des bibliothèques, de relayer les outils de recherche à disposition, et de nous égarer dans le passé des bâtiments que nous occupons, il est temps de vous souhaiter à tous et à tous de très bonnes vacances.

Bonnes vacancesVoici les dates de fermeture (et de réouverture) des bibliothèques de Paris-Sorbonne pour cet été :

Bibliothèque Clignancourt : 25 juillet – 18 août

Bibliothèque Malesherbes : 25 juillet – 25 août

Bibliothèque Michelet : 25 juillet – 25 août

Bibliothèque Serpente : 25 juillet – 1er septembre

Bibliothèque Marcel Bataillon : 25 juillet- 25 août

Bibliothèque du CELSA : 18 juillet – 25 août

Bibliothèque de l’ESPE : 24 juillet – 20 août

Vos bibliothécaires partent se reposer pour mieux vous accueillir en septembre, mais retrouvez cet été sur le blog tous les mercredis une sélection de nos meilleurs articles !

Illustration :Plage par Nitram de Lyon, via Flickr. CC BY-NC-SA 2.0

Categories: En coulisses, Non classé Tags:

Mais que font vos bibliothécaires…

…quand ils ne sont pas dans les salles de lecture ?

Vos bibliothécaires sont présents à tour de rôle dans la salle de lecture pour vous orienter, vous renseigner, enregistrer vos prêts et vos retours, vous inscrire, etc. Mais savez-vous quelles sont leurs missions lorsqu’ils quittent la salle pour rejoindre leurs bureaux ?

Petit tour d’horizon de ces activités que nous menons dans l’ombre.

Afin que vous ayez à votre disposition dans les bibliothèques, physiques et numériques, des livres, des manuels, des CDs, des DVDs, etc., les bibliothécaires commandent les documents dont vous avez besoin. Pour cela, ils établissent des veilles sur toutes les parutions liées à leurs domaines d’acquisition puis sélectionnent celles qui sont pertinentes pour les formations et les missions de recherche de l’université. Pour les ressources électroniques, et le multimédia en général, se pose également la question des modes d’accès et des droits relatifs à ces ressources que le bibliothécaire doit prendre en compte. Le tout en gérant un budget défini à l’avance.

Ensuite, comme il faut que vous puissiez savoir que ces ouvrages sont présents dans vos bibliothèques, les bibliothécaires rédigent une description des documents en respectant des normes précises. C’est cette opération qui vous permet de rechercher par titre, par auteur, par sujet…les documents qui vous intéressent à partir du catalogue de la bibliothèque. Cette description est détaillée et complexe. Par exemple, le bibliothécaire a dû utiliser cette écriture codifiée :

Interface professionnelle du SUDOC

Interface professionnelle du SUDOC

 

afin que vous ayez accès à cette vue dans votre catalogue :

Notice de document dans le catalogue du SCD Paris-Sorbonne

Notice de document dans le catalogue du SCD Paris-Sorbonne

Vitrine du hall de la Médiathèque Molitor

Vitrine du hall de la Médiathèque Molitor, par Marion Brunetti, CC BY-SA

Pour que les ouvrages physiques résistent aux multiples manipulations ou lorsqu’il faut les réparer, certains d’entre nous équipent (plastifier, relier, coter, mettre une puce…) et renforcent les ouvrages. Si vous avez envie d’en connaître un peu plus sur ces activités, cet article ainsi que celui-ci ou encore celui-là vont vous intéresser.

L’activité de rangement est également très prenante : un livre bien rangé c’est un livre que vous trouverez tout de suite.

Les bibliothécaires ont de nombreuses autres tâches : gérer les plannings, vous former en amphi ou en TD à l’utilisation des ressources électroniques, réaliser des expositions, mettre des documents en valeur sur les présentoirs…

Un bibliothécaire gère généralement plusieurs des missions présentées. Ainsi, même quand ils ne sont pas face à vous pour répondre à vos questions, ils œuvrent afin que vous puissiez trouver la documentation adéquate pour vos études et recherches.

Oh, j’allais oublier une activité importante de vos bibliothécaires : rédiger des articles pour vous sur le blog In-Quarto !

 

 

 

 

Voyage au coeur des bibliothèques singulières et merveilleuses

La Salle de Travail de la Bibliothèque Nationale – Site Richelieu

La bibliothèque fut installée au cours de la première moitié du 18e siècle.

De 1854 à 1875, c’est Henri Labrouste qui, après avoir réalisé la Bibliothèque Sainte-Geneviève, va faire construire les espaces spécifiquement adaptés au fonctionnement de la bibliothèque et réaliser notamment une salle de travail, connue sous le nom de Salle Labrouste, ainsi que le magasin central des imprimés.

Site Richelieu : « Par là on va au magasin central, je m’installe d’habitude à côté du pilier où j’ai fait une croix » – Début XXème siècle. © AKR – DR

cliquer sur l’image pour l’agrandir

Bibliothèque de l’Abbaye d’Admont

La construction de l’Abbaye d’Admont, en Autriche, remonte au 11ème siècle. Sa bibliothèque rococo somptueuse fut achevée en 1776. Joyaux de l’abbaye dominicaine, elle abrite une importante collection de manuscrits et d’incunables (livres imprimés entre 1405 et 1501).

Ses dimensions sont gigantesques : 13 mètres de haut, 79 mètres de long et 14 mètres de large, le tout surmonté de sept coupoles décorées de fresques en trompe-l’œil de Bartolomeo Altomonte (1701-1783). La Mort, Le Jugement dernier, le Paradis et l’Enfer parsèment le sol de marbre en damier : sculptures figurant les Quatre Dernières choses.

Avec environ 180 000 ouvrages dont 1 400 manuscrits et 530 incunables, cette incroyable bibliothèque garde précieusement des œuvres rares comme l’édition originale de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1758) ou la Bible de Martin Luther.

Bibliothèque de l’abbaye d’Admont © Admont Benedictine Monastery

cliquer sur l’image pour l’agrandir

Les Bibliothèques aux fers

Le tout premier livre à être accessible au public n’est autre que la Bible, qui était enchaînée à la chaire des églises. Des lecteurs pouvaient venir y faire la lecture aux analphabètes. Puis lorsque les bibliothèques (les librairies dit-on au Moyen Age) furent ouvertes au public et non plus réservées aux étudiants de l’université, les livres ne sont consultables que sur place et afin d’éviter les vols, chaque ouvrage était enchaîné et posé sur un pupitre.

A Paris, l’Abbaye de Saint Victor fondée au XIIème siècle et dont l’emplacement se situe aujourd’hui entre la Seine, les rues des Fossés-Saint-Bernard, de Jussieu et Cuvier, avait une riche bibliothèque ouverte au public. Dans la salle de consultation, les manuscrits étaient enchaînés : 85 % des 1081 manuscrits notés dans le catalogue du XIVe siècle de ces livres enchaînés, ont été récupérés par la Bibliothèque Nationale. D’autres possessions comme, les manuscrits liturgiques étaient conservés au chœur, d’autres près du réfectoire, pour la lecture à haute voix, à l’infirmerie à destination des malades et mourants, et d’autres encore constitués de doubles réservés par le bibliothécaire.

Wimborne Minster © Andrew Williams 1891

cliquer sur l’image pour l’agrandir

De nos jours, il ne subsiste plus que 5 bibliothèques de ce genre dont une aux Pays-Bas et une en Angleterre (cf photos).

La Librije des Pays-Bas est une bibliothèque publique du XVIe siècle. Une bonne partie de la collection des livres originaux existe encore. Trois cents livres environ peuvent être placés sur l’ensemble des pupitres. Le catalogue contient à peu près 750 titres. La partie essentielle de la collection se compose d’achats pendant la première moitié du XVIe siècle. La plus grande partie de la collection originale se trouve sur les pupitres: les livres du XVe siècle et XVIe siècle, assemblés de reliures en cuir magnifiques avec des sceaux et des ferrures.

Pays-Bas – Bibliothèque aux fers © Erik Kwakkel

cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lectures estivales

Cet été,  la bibliothèque Malesherbes vous propose  une sélection de romans et essais critiques sur la littérature fantastique et la science fiction.

John Henry Fuseli - The Nightmare@Wikipédia

John Henry Fuseli – The Nightmare@Wikipédia

 

Au menu,
des apéritifs slaves:  Mikhaïl Boulgakov, Arcadi et Boris Strougatski, Stanislaw Lem, Sergueï Loukianenko,  Ievgueni Ivanovitch Zamiatine…

Solaris / Stanislas Lem

Solaris / Stanislas Lem

 Day Watch : Les sentinelles du jour / Sergueï Loukianenko

Day Watch : Les sentinelles du jour /
Sergueï Loukianenko

Le maître et Marguerite /Mikhail BOULGAKOV

Le maître et Marguerite /Mikhail BOULGAKOV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

des entrées italiennes:  Dino Buzzati,  Italo Calvino,  Valerio Evangesti…

Il segreto del bosco vecchio/ Dino Buzzati

Il segreto del bosco vecchio/ Dino Buzzati

 

des plats de résistance français: René Barjavel, Guy de Maupassant, Prosper Mérimée, Edgar Poe traduit par Baudelaire, Jules Verne… (pour découvrir la bibliographie complète cliquer ici)

Couverture de l'édition 1908, illustrée par William Julian-Damazy.

Couverture de l’édition 1908, illustrée par William Julian-Damazy.

des desserts germaniques et nordiques: Hanns Heinz Ewers, Alfred Kubin, Alexander Lernet-Holenia, Leo Perutz, Georges Rodenbach…

Le comte Luna / Alexander Lernet-Holenia

Le comte Luna / Alexander Lernet-Holenia

Le tout accompagné d’un zeste de titres anglophones: Isaac  Asimov, George Orwell, Oscar Wilde…

 

N’hésitez pas à venir picorer, vous pourrez les emprunter jusqu’au 15 septembre!

 

 

Jean Jaurès, juillet 1914

Une du journal L'Humanité du 1er août 1914

Une de L’Humanité, 1er août 1914 – Source : Gallica.fr

« JAURÈS ASSASSINÉ » : ainsi s’ouvre le journal L’Humanité du samedi 1er août 1914, au lendemain de la mort du dirigeant socialiste, victime de deux coups de feu porté par un étudiant nationaliste alors qu’il dînait avec des collaborateurs au Café du Croissant.

Depuis 1912, date à laquelle il écrivait dans la Dépêche de Toulouse que « l’odeur de charnier commence à se répandre sur toute l’Europe », Jaurès s’inquiétait de la montée des nationalismes en Europe et prônait le pacifisme face aux rivalités à l’œuvre entre les grandes puissances, notamment à l’occasion des guerres balkaniques des années 1912-1913. Il s’était alors illustré à travers de nombreux discours et articles de presse destinés à convaincre ses compatriotes de se mobiliser en faveur du maintien de la paix, et s’était ardemment opposé à l’augmentation à 3 ans de la durée du service militaire, mesure défendue par certains députés en prévision d’un éventuel conflit avec l’Allemagne.

Mais en ce début d’été 1914, avec l’attentat de Sarajevo du 28 juin, puis l’ultimatum autrichien envoyé à la Serbie le 23 juillet, les tensions politiques et économiques entre grandes puissances prennent une tournure nouvelle, et le jeu des alliances entraîne toute l’Europe dans une guerre que l’on imagine encore violente, mais brève.

Dès le lendemain de sa mort, Jaurès, qui prédisait le massacre, les ruines et la barbarie, fait figure de visionnaire. Il est aussitôt reconnu et salué par ses contemporains comme un homme politique engagé, tribun exceptionnel et avocat des grandes luttes sociales de son époque. Le jour même de sa mort, il se préparait à écrire pour L’Humanité, journal qu’il avait fondé en 1904 et qu’il dirigeait depuis, un article décisif, une sorte de nouveau « J’accuse » dans lequel il envisageait de dénoncer les causes et les responsables de la crise à laquelle il assistait, et qui deviendrait quelques jours plus tard la première Guerre Mondiale.

Dans le cadre du projet « 2014, année Jaurès », labellisé par la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, plusieurs manifestations sont à suivre cet été, dont le programme complet est en ligne sur le site de la Fondation Jean Jaurès.

Les Archives nationales lui consacrent une exposition à découvrir sur le site de l’Hôtel de Soubise jusqu’au 7 juillet. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site des Archives nationales.

Enfin, Arte diffusera le mardi 8 juillet en soirée un documentaire de Jean-Noël Jeanneney et Bernard George, réalisé en 2013 et intitulé Jaurès est vivant !, convoquant images d’archives, reconstitutions et évocations actuelles pour un portrait animé et inspirant.

Vous trouverez par ailleurs dans les collections de la bibliothèque Clignancourt plusieurs documents consacrés à Jean Jaurès, dont quelques nouveautés parues à l’occasion du centenaire de sa mort. En voici une petite sélection :

  • Jaurès 1859-1914 : la politique et la légende / Vincent Duclert. Paris : Autrement, 2013.

Cote : 944.08 JAU

  • Jaurès : la parole et l’acte / Madeleine Rebérioux. Paris : Gallimard, 1999.

Cote : 944.08 JAU

  • Jaurès : la passion du journaliste / Charles Silvestre. Paris : le Temps des cerises, 2010.

Cote : 070.92 JAU

  • Jaurès & Clémenceau : un duel de géants / Paul Marcus. Toulouse : Ed. Privat, 2014.

Cote : 944.081 MAR

  • Jean Jaurès / Gilles Candar et Vincent Duclert. Paris : Fayard, 2014.

Cote : 944.081 JAU

  • Jean Jaurès : l’assassinat, la gloire, le souvenir / Jacqueline Lalouette. Paris : Perrin, 2014.

Cote : 944.08 JAU