Archive

Archives de l'auteur

La revue DADA

dada2

La revue DADA est un outil incontournable pour qui veut aborder les arts plastiques auprès du jeune public. Destinée aux plus jeunes mais utilisable par tous les publics, elle permet de découvrir l’essentiel de l’oeuvre de nombreux grands artistes.

Le titre de la revue, « DADA », fait autant référence au mouvement littéraire et artistique qu’au monde de l’enfance.

La revue

Une année de Dada comprend 9 numéros thématiques, ainsi que des numéros hors-série. Le dernier numéro, dédié à Roy Lichtenstein, est le n°184.

Bien que plus précisément tournée vers les enfants, Dada peut être consultée par tous :

  • Les plus jeunes, dès 6 ans auxquels sont proposés des ateliers et des jeux ;
  • Les adolescents par le biais de textes clairs et vivants ;
  • Les adultes désirant découvrir l’essentiel d’un artiste.

Chaque numéro présente un artiste célèbre, alors que l’illustration et la mise en page sont confiées à un jeune artiste.
La pédagogie proposée par les numéros de DADA est résolument active, basée sur des activités autour de l’œuvre des artistes abordés.
Certaines rubriques particulièrement didactiques permettent de présenter l’histoire des arts sous un angle original :  l’abcd’art, approche didactique d’un artiste via un abcdaire en lien avec celui-ci ; les artualités couplent bande dessinée et analyse d’image ; les ateliers proposent des activités en lien avec l’artiste présenté.
Devant le succès de la revue, DADA édite également des numéros sélectionnés sous la forme de livres à couverture cartonnée, et a lancé ses premières application iPad, permettant de découvrir un artiste tout en jouant.

Les rédacteurs

La revue DADA réunit une équipe de passionnés d’art et de création, qui partagent la même envie de rendre cet univers accessible à tous, y compris aux plus jeunes. Parmi celle-ci, un comité pédagogique veille à la qualité de chaque numéro. Il est composé de représentants de la commission arts plastiques de l’Association Nationale des Conseillers Pédagogiques, ces enseignants chargés d’accompagner les professeurs débutants lors de leurs stages.

Les thèmes des derniers numéros :

  • Le Cyclop de Tinguely (Hors-Série 1), Buren (Hors-Série 2), Roy Lichtenstein n°184, Miro n°183, Keith Haring n°182, Chagall n°181, Hokusai- Hiroshige / Ukiyo-e n°180, Van Gogh n°179.

Le site de la revue :

Il présente l’ensemble des ressources DADA de façon dynamique, des extraits des derniers numéros sous forme numérique, l’ensemble du catalogue dont les applications, les actualités et les ateliers.

Dans les bibliothèques du réseau :

Vous pouvez retrouver Dada dans les deux médiathèques de l’ESPE de Paris.

  • A Batignolles : vous retrouverez les 5 dernières années de Dada en salle de lecture.
  • A Molitor : les numéros de Dada sont conservés en réserve depuis 2003 et vous trouverez les 2 dernières années à l’espace bleu.

Bonne lecture !

Portrait de lecteurs : Laurent Jailly, étudiant préparant le CAPES de russe à la médiathèque Molitor de l’IUFM

photo laurent 002Un étudiant de russe

Laurent Jailly prépare le CAPES et le master 1 de Russe. Il aura 27 ans en septembre et fréquente régulièrement les bibliothèques universitaires depuis 2007.

Conjointement à l’utilisation de la médiathèque de l’IUFM site Molitor, il travaille  à la bibliothèque de l’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales). A la médiathèque Molitor, il consulte en priorité des ouvrages d’analyse de la langue russe des méthodes d’enseignement et des dictionnaires. Il navigue sur le web où il se familiarise avec différentes méthodes proposées en ligne. Il apprécie les DVD de cinéma. Il se rend très régulièrement à le médiathèque, une à deux journées par semaine.

Points forts / faibles de la Médiathèque

Pour Laurent, les atouts de la médiathèque sont :

  • la proximité de son domicile,
  • l’ouverture régulière,
  • la qualité de l’offre en russe – plus particulièrement l’offre pédagogique.

Les inconvénients pour lui se concentrent autour des problèmes rencontrés avec le parc informatique.

Laurent Jailly emprunte les documents  qui l’aident à aborder la littérature et la préparation au CAPES.

Des renseignements pratiques :

Merci à Laurent Jailly d’avoir accepté d’être présenté sur le blog « In Quarto »et bonne chance pour les concours !

Categories: Actualités, Entretiens Tags: , ,

Ouverture de nouveaux espaces de travail dans les médiathèques de l’IUFM de Paris

 

CIMG0627

  • A Molitor

Idéal pour ceux qui cherchent à travailler sur leur ordinateur portable ou à s’isoler, le nouvel espace, séparé par une cloison,  regroupe six places de travail (deux tables individuelles et deux tables doubles), équipées de prises électriques et de lampes personnelles.

 

CIMG0625

 

  • A Batignolles

Idéal pour le travail en groupe, le nouvel espace, fermé et vitré,  contient deux tables de quatre places, équipées de prises électriques. Le niveau sonore doit toutefois rester raisonnable.

photo Batignolles 1

Photo Batignolles 4

A bientôt dans ces nouveaux espaces, ouverts du lundi au vendredi de 9h30 à 19h.

 

Les « Cahiers pédagogiques » : décryptage d’une revue à son 500e numéro

 

Les « Cahiers pédagogiques » ont fêté leur numéro 500 le mardi 30 octobre 2012 par un colloque intitulé « Vous avez dit pédagogie ? L’école dans les médias et les réseaux sociaux » à Paris. C’est l’occasion de présenter cette revue devenue incontournable pour ceux qui s’intéressent à la pédagogie.

-          Une histoire :

La revue est une expérience singulière par sa durée : elle fait vivre les expériences éducatives depuis 1945 et la période de l’après-guerre, la pédagogie – « Pédagogie » pour l’art de conduire les enfants (Gustave Monod, Cahiers pédagogiques : les bonnes feuilles – 1945-2012)-, « la nouvelle éducation ». Ce périodique s’est d’abord appelé « Dossiers pédagogiques pour l’enseignement du second degré » puis les « Cahiers pédagogiques ». La revue en est donc à son numéro 500, ce qui en fait une somme importante de connaissances et d’expériences accumulées. Elle est éditée à raison de huit numéros par année scolaire.

-          Un principe :

Les lecteurs soumettent leurs articles, leurs témoignages. C’est une expérience singulière par ses rédacteurs : les inspecteurs et directeurs d’enseignement côtoient les simples enseignants et maîtres formateurs ; singulière par ses contenus : les synthèses d’expériences, les récits de vie – les biographies éducatives (« Cela avait pourtant mal commencé » par Florence Castincaud, Cahiers pédagogiques : les bonnes feuilles – 1945-2012) – se retrouvent en vis à vis avec des manifestes pédagogiques (« Méthodes nouvelles dans l’enseignement du second degré » François Goblot, Cahiers pédagogiques : les bonnes feuilles – 1945-2012), des méthodes ou de l’humour – les dessins de Charb. La revue aborde de façon différente le métier d’enseignant.

-          Une organisation / un support :

La revue est éditée par le CRAP (Cercle de Recherche et d’Action Pédagogiques) qui se définit comme « un mouvement pédagogique ouvert à tous les acteurs de l’école, de la maternelle à l’université [qui] défend les valeurs de l’éducation nouvelle[et] milite pour une réelle démocratisation de l’école et une rénovation du métier d’enseignant. » (D’après le site des cahiers) Le CRAP édite donc les « Cahiers pédagogiques », organise aussi des rencontres une fois par an ainsi que des manifestations autour des questions d’actualité. Le CRAP fonctionne grâce à ses bénévoles.

-          Des contenus :

Dans l’éditorial du numéro 380, qui se veut comme une synthèse de ce que sont les Cahiers (Cahiers pédagogiques, « Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre », n°380) trois points sont mis en avant : l’identité à construire, l’identité narrative ainsi que la biographie éducative. Ces thèmes peuvent être complétés par ceux abordés lors du colloque marquant le numéro 500 : la relation média / pédagogie ainsi que la propagation de la pédagogie. Ce sont parmi ces sujets et par des croisements d’expériences et de disciplines que s’organisent les contenus des « Cahiers Pédagogiques ».

Plus largement, les articles traitent dans une grande diversité d’approche de ce qui a un rapport avec l’enseignement.

  • Les ressources à l’IUFM :

La version papier des Cahiers pédagogiques : deux ans dans le hall en accès direct, les numéros antérieurs accessibles sur demande (voir le catalogue) ;  les hors-séries numériques : cinq ans dans le hall, antériorité en magasin,  les personnes référencées dans l’annuaire de l’établissement ont accès à la version numérique par l’ENF.

  • Les ressources utilisées pour la rédaction du billet :

Cahiers pédagogiques : les bonnes feuilles – 1945 – 2012, François Goblot, Gustave Monod, Roger Bazin, (…), octobre 2012.

Cahiers pédagogiques, n°380 « Notre métier, notre identité », janvier 2000, Paris.

Le programme du colloque « Vous avez dit pédagogie ? L’école dans les médias et les réseaux sociaux ».

Open Access Week 2012 : l’exemple de la pateforme Hypothèses

Lors de la semaine de l’open access, il est intéressant de se pencher sur l’exemple de la plateforme openedition comprenant «  Calenda », « revues.org », « hypothèses.org », qui fait autorité dans l’accès aux ressources numériques libres en sciences sociales en France.

  • « Calenda » est le premier né de cette série de ressources en ligne. Cette base de données est a été créée dans la seconde partie des années 1990. Elle consiste en un référencement des colloques et des séminaires en sciences sociales qui ont lieu en France. Calenda est l’agenda en ligne des rencontres scientifiques en sciences sociales pour les chercheurs.

  • Ensuite a été créé « revues.org » sur un site commun avec l’agenda « Calenda ». Cette base de données a pour but de référencer en ligne des revues scientifiques et de donner à lire les articles gratuitement. Un moteur interne permet de retrouver la revue cherchée, des titres de périodiques sont mis en avant selon un système tournant. Une présentation est faite pour chacun d’eux ou, à défaut, le lecteur est réorienté vers le site de la revue. Aujourd’hui, il existe plusieurs milliers d’articles en ligne et accessibles gratuitement, pour trois cents cinquante revues accessibles à partir de « revues.org ».

  •  « Hypothèses.org » est le dernier né des modules informatiques de la plateforme nommée « openeditions ». C’est un répertoire de carnets de recherche, sorte de référencement des blogs, sites ou carnets édités directement sur « hypothèses.org », qui permet de voir la recherche se faire en temps réel. « hypothèses.org » a dépassé dernièrement les cinq cents carnets référencés, une vingtaine de carnets sont mis en avant directement sur la page dédiée à « hypothèses.org ».

La plateforme « openedition » a des caractères particuliers :

  • Elle est implantée en France. Une petite équipe, mélangeant informaticiens et chercheurs basée un temps à Montpellier, puis dans d’autres centres universitaires la fait vivre. Aujourd’hui, la plateforme est rattachée au CNRS à l’université d’Avignon et à celle d’Aix-Marseille et à l’EHESS et se charge de faire vivre des ressources universitaires numériques en sciences sociales. A noter la présence de versions d’« hypothèses.org » en allemand et en espagnole.
  • Elle est née du web libre, donc gratuite à la consultation. Néanmoins, il est à noter que sur « revues.org », il faut pour certaines revues un certain délai avant de pouvoir lire gratuitement leurs articles en ligne. Le concept de ces trois bases de données a reçu le soutien du grand emprunt, dans le cadre des projets Idex.
  • C’est est un succès en termes d’image, de consultation et de référencement. Le fait que l’équipe soit bien implantée dans le milieu universitaire français est une donnée importante de ce succès. De même, sa diffusion et sa spécialisation dans le milieu de la recherche en sciences sociales répondent à une demande des étudiants, des chercheurs et des enseignants-chercheurs dans les différentes disciplines qui composent les sciences sociales.

le TBI à l’IUFM : une nouvelle manière d’enseigner

Le TBI : Tableau Blanc Interactif – ou TNI pour Tableau Numérique Interactif – est une nouvelle façon de présenter et de faire fonctionner le tableau blanc. Il permet l’interactivité entre l’enseignant ou l’élève au tableau et le logiciel projeté sur le tableau interactif. Il a pour vocation de ranger aux oubliettes les craies qui crissent et les feutres qui ne marchent jamais.

Expérimentation d’un TBI tactile à Melbourne :

2 kids at a 2Touch IWB in Melbourne 1

Par pablog61. CC : BY. Source : Flickr.

 

  • Le tableau blanc interactif (TBI, en anglais : IWB pour Interactive White Board) ou tableau numérique interactif (TNI) est un dispositif composé d’un ordinateur, d’un vidéoprojecteur et d’une surface de projection.
  • Loin d’être un gadget, il réunit des fonctionnalités jusqu’alors réparties sur différents appareils en permettant de montrer des images, des présentations et des vidéos et de faire écouter des fichiers audio. Mieux, à la différence d’un simple vidéoprojecteur, l’interactivité devient possible. A l’aide d’un stylo spécial, ou simplement du doigt pour certains modèles, le professeur ou l’élève fait apparaître les informations sur le tableau, ajoute des annotions sur des pages web, remplit des grilles, dessine des courbes… Les solutions des exercices peuvent être préparées à l’avance et être dévoilées seulement le moment venu. Un clic sur une image déclenche la lecture d’un son qui donne la prononciation dans une langue étrangère. Les possibilités d’une véritable scénarisation de l’enseignement sont ainsi très riches. De plus, d’un cours à l’autre, on retrouve vite ses marques parce qu’à la fin du cours, le résultat peut être sauvegardé.
  • Un outil zéro défaut donc ? Il y a bien le prix, assez élevé, mais des vidéoprojecteurs interactifs ou des tableaux mobiles offrent des alternatives abordables. Les ressources spécifiques sont souvent longues à créer, et leur partage n’est pas facile car chaque fabricant a développé son propre logiciel. Pour le moment, il n’existe pas de véritable format d’échange, mais à l’avenir, le logiciel open source Sankoré pourrait bien jouer ce rôle. On a pu reprocher aux TBI de favoriser un enseignement frontal, mais il est tout à fait possible de faire aussi la part belle à l’activité des élèves, d’autant plus que les tableaux nouvelle génération autorisent l’intervention simultanée de plusieurs stylos.
  • Les éditeurs de manuels scolaires sont par ailleurs nombreux à proposer une version TBI de leurs produits, avec des degrés d’interactivité variables. Certaines revues contiennent également des ressources pour une utilisation sur TBI.
  • Le Tableau Blanc interactif est un outil qui nécessite un apprentissage pour s’y familiariser. Les médiathèques et l’Espace Langues de l’IUFM mettent ce type de ressources à la disposition des lecteurs et leur donnent la possibilité de tester l’un des 3 TBI du site Molitor.

Voici des liens de ressources en ligne :

  • Des ressources didactiques mises à dispsition par le CRDP de Versailles, proposées selon la marque du tableau : http://www.intertni.fr/
Billet rédigé avec Ulrike Petzold

A l’IUFM, nouveaux horaires d’ouverture à la rentrée 2012 !

Les médiathèques de l’IUFM de Paris, école interne de l’université Paris-Sorbonne, étendent leurs horaires d’ouverture le soir et vous accueillent désormais de 9h30 à 19h du lundi au vendredi (jusque 18h pendant les congés scolaires).

Categories: Actualités Tags: ,

Portrait : Quiterie, une stagiaire à la médiathèque Molitor de l’IUFM de l’académie de Paris

  • Quiterie Landèche  a effectué un stage d’une durée d’un mois en juin à la médiathèque de l’IUFM de Paris, site Molitor, dans le cadre de sa première année à Sciences Po. Sa mission principale a consisté à participer à la politique de conservation des périodiques : les recenser, les diffuser, les mettre en boîte, faire un état des collections dans le logiciel Flora, ce qui lui a donné une vision de toutes les étapes du traitement des collections. Elle a également participé à l’organisation administrative et matérièle d’un concours. Pendant la durée du stage, elle a pu observer la plupart des postes de travail en bibliothèque.
  • Avant son stage, Quiterie n’était pas consciente de l’importance du travail de conservation des archives – ici les périodiques. Le fait que les bibliothécaires travaillent en réseau lui a plu, tout comme lui ont plues les conditions de travail au calme, dans une atmosphère agréable. Les enjeux de type scolaire étaient pour elle absents pendant ce mois de stage. C’est une première expérience professionnelle pour Quiterie, qui se différencie de ses multiples expériences associatives dans lesquelles elle a des responsablilité d’encardrement (Hand-ball, Association Sportive de Sciences Po.)
  • Par contre, elle a trouvé que respecter les horaires de cinq journées pleines par semaine était difficile. Ce rythme est différent de ce qu’elle vit durant ses études à Sciences Po. Quiterie trouve qu’elle a été sensibilisée à l’importance des livres, aux nouveaux projets des bibliothèques, les learning center, la numérisation des collections…
  • Son avenir en bibliothèque – postuler à des contrats de moniteur étudiant – dépend autant des disponibilités de son emploi du temps en 2ème année, que des opportunités proposées par la bibliothèque de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Après cette première expérience, Quiterie est toujours motivée par les bibliothèques, c’était ainsi qu’elle avait motivé sa candidature pour ce stage… Bonne chance Quiterie !

Les manuels ont une histoire : présentation de quelques manuels incontournables

Depuis qu’il y a enseignement, il existe des manuels. « In Quarto » propose de se pencher sur trois manuels importants dans l’enseignement en France :

  • Le Tour de France de deux jeunes enfants. (ARES34406) : Ce manuel du XIXe siècle est un récit qui emmène les jeunes lecteurs à travers la France en suivant les pérégrinations de deux enfants. C’est un prétexte pour apprendre la géographie, mais aussi l’histoire et toutes les autres disciplines. On retiendra la volonté d’inculquer profondément le sentiment patriotique, notamment par le rappel de la perte de l’Alsace et de la Lorraine par la France après la guerre de  1870 (les deux personnages principaux, André et Julien, sont d’ailleurs lorrains). Le manuel véhicule les préjugés de l’époque – par exemple sur le racisme. Il fonctionne de façon ludique. La période de sa première parution est marquée par deux mouvements : la forte scolarisation en primaire après les lois Ferry d’une part et le développement de l’industrie de l’édition d’autre part. Le Tour de France est un succès en terme de tirage. Il a marqué de nombreuses générations, jusqu’à la moitié du XXe siècle. Une édition en fac-similé a été publiée pour le centenaire du manuel en 1977.

Plus récemment, d’autres manuels ont marqué l’histoire de l’éducation :

 

  • Le « Malet et Isaac », Histoire est un manuel d’histoire (940.2 MAL) :  Issu de la rencontre entre un historien, Albert Mallet, et un jeune agrégé, Jules Isaac leur travail est devenu une institution. Il a formé en histoire plusieurs générations d’écoliers. Ces manuels proposent une histoire fidèle à la chronologie, à la narration, aux détails sur l’ensemble de la période historique, des premiers hommes à la période contemporaine. Ils sont issus des débats historiographiques du début du XXe siècle et sont fidèles aux différents programmes. Une réédition est proposée par Hachette dans un regroupement en 4 volumes de poche, supprimant les illustrations. Ce livre reprend la dernière édition de 1960. Chacun des volumes couvre une période bien distincte : de la fondation de Rome à 1492 pour le premier, de 1492 à 1789 pour le deuxième, de 1789 à 1848 pour le troisième et de 1848 à 1914 pour le quatrième.

  • Le  « Lagarde et Michard » :  la littérature présentée  en 5 volumes. (ARES 27561-27564, 27565) : présentation des textes classiques à étudier en classe, écrits en français moderne. Les volumes sont eux aussi découpés par périodes. Pour chaque thème, l’ouvrage propose une page de présentation de chaque auteur suivies d’extraits d’œuvres accompagnés d’un appareil didactique pour une utilisation en classe. La présentation des textes fait la part belle aux auteurs, à leur vie et leur psychologie. Les textes peuvent être coupés ou raccourcis. Le manuel propose de nombreuses illustrations.

  •  La Méthode Boscher ou La journée des tout petits (LE CP BEL) est un manuel d’apprentissage de la lecture selon la méthode syllabique. Très utilisée dans les années 1920 à 1950, cette méthode est tombée en désuétude dans les années 1960 avec l’arrivée de la méthode globale. Bien que toujours controversée, la décrédibilisation récente de la méthode globale a poussé Belin a rééditer à de nombreuses reprises la Méthode Boscher, l’accompagnant de divers cahiers d’exercices, ardoises effaçables et autres supports ludiques. Ses illustrations et ses textes d’un autre temps (« Toinon garde ses oies », « allez chercher un béret chez le chapelier », « Leontine a déchiré le galon de son jupon »…) ont conquis de nombreux parents. Son succès est tel, qu’une version de cette méthode est sortie en 2009 pour la console Nintendo DS.

A consulter également en vitrine de la médiathèque Molitor :  Manuel de l’enseignement primaire : pédagogie, théorie et pratique, Eugène Rendu, Hachette, 1881 qui participe du fonds patrimonial de la bibliothèque.

Billet réalisé avec la participation d’Aurélie Gandour.

« La planète des sages : encyclopédie mondiale des philosophes et des philosophies » : un ouvrage qui fait réfléchir !

Cet ouvrage est réalisé par Jul pour la bande-dessinée et Charles Pépin pour les textes aux éditions Dargaud en partenariat avec Philosophie magazine.

  • Il propose un recensement des philosophes qui ont marqué l’histoire, avec une présentation sur une double page : une Bande-dessinée humoristique et un texte résumant la vie et la pensée de l’auteur. On passe de Confucius à Rousseau, de Pascal à Thomas More. Certaines écoles de pensées – par exemple les sceptiques – et certaines institutions – l’école normale supérieure – sont aussi analysées.
  • Autant Jul aborde ces portraits de façon humoristique, autant le texte est sérieux et rigoureux. Cet ouvrage permet à tout un chacun de pallier des manques de connaissance sur des philosophes ou de réviser ce que l’on sait sur d’autres. Les philosophes contemporains – Baudrillard, Debord, Jankélévitch…- côtoient les philosophes de l’âge classique – Aristote, Platon, Confucius, Leibniz… 

La planète des sages constitue un livre très intéressant pour l’apprentissage de la philosophie.

 

Categories: Actualités Tags: , ,