Archive

Archives de l'auteur

Google Art Project

Vous souhaitez visualiser les plus grands chefs-d’œuvre de la peinture et découvrir leur technique picturale ?

Depuis le 1er février, grâce  au lancement d’Art Project par Google, il est possible de visiter les plus grands musées du monde et de découvrir leurs œuvres phares.

Via sa technologie inédite Street View (images 360 degrés), ce nouveau service permet de visionner en panoramique les galeries de 17 musées dans 11 villes et 9 pays.

17 tableaux, emblèmes du patrimoine pictural mondial, ont été photographiés à l’aide d’un appareil photographique de plusieurs gigapixels. Ce procédé de capture d’image, associé à un zoom puissant, permet de voir des détails restés invisibles même à l’œil nu. Ainsi, des indications sur le procédé pictural ou sur l’état de conservation, des données sur la couleur  pourront être mises à jour.

Pour le reste, on peut avoir accès à 1061 œuvres de 468 artistes, dans une résolution moins précise, mais qui sont tout autant significatives d’une tendance, d’un mouvement.

Dès lors, pour ne citer qu’eux au hasard des pérégrinations, on peut visualiser les Ambassadeurs d’Holbein le Jeune à la National Gallery de Londres, Marie Antoinette de Elisabeth Vigée Le Brun au Château de Versailles,  La Cathédrale de Kupka au musée Kampa à Prague, Les Moissonneurs de Peter Bruegel au Metropolitan Museum of Art de New York, Dans le conservatoire d’Édouard Manet à la Alte Nationalgallerie de Berlin, La Bouteille d’anis de Juan Gris au musée Reina Sofia à Madrid.

Chaque œuvre s’accompagne d’une brève histoire et de quelques notes permettant d’en comprendre la genèse et la symbolique et de la replacer dans le contexte de l’époque.

Il est possible de se constituer une galerie en ayant la possibilité de partager les œuvres ainsi collationnées.

Pour l’heure, seul un petit nombre de musées a été mis en ligne. Mais le projet est amené à évoluer dans les mois qui viennent. Google a en effet multiplié les partenariats avec d’autres musées pour étoffer son offre.

***

Notez bien que ces images ne sont pas réutilisables. Si vous souhaitez réutiliser librement des images, dans le cadre d’un exposé par exemple, vous pouvez utiliser entre autres les ressources de Wikimedia commons. N’oubliez pas de mentionner la source de vos documents dans ce cas.

Wikimedia Commons, une base d’images réutilisables

Wikimedia Commons comprend à ce jour pas moins de huit millions de fichiers multimédia. Cette base de données gigantesque permet d’avoir accès à une multitude de photographies, dessins, schémas, musiques, peintures, textes écrits et parlés, animations et vidéos réutilisables concernant tous les domaines de la connaissance et choisis pour leur valeur encyclopédique reconnue.

Pour chaque catégorie, il est facile de procéder à de multiples recherches croisées. Pour exemple, dans la catégorie art, pas moins de 29 sous-catégories sont présentes. Il est ainsi possible d’effectuer une recherche par genre, par période, par technique, par pays, par collection… À la fin de votre requête, vous aurez accès à des documents mis en ligne par des institutions comme des musées, des bibliothèques, des fondations, des maisons d’éditions ou par tout autre internaute contributeur. Hormis par catégories, il est toujours possible d’effectuer une recherche par lieu, sujet, source, auteur.

Cette médiathèque en ligne vous permettra aussi, en plus de la simple consultation, de copier et de réutiliser gratuitement les fichiers, en mentionnant la source de votre illustration. À noter que la recherche par catégories se fait en anglais.

La richesse de cette médiathèque est que, comme tout wiki, elle est en perpétuelle évolution et est amenée à se développer constamment, car 200 000 nouveaux fichiers sont mis en ligne chaque mois.

ARTbibliographies modern (ABM)

ARTbibliographies modern (ABM), base de données bibliographique couvrant tous les aspects de l’art moderne et contemporain, est désormais en ligne via la bibliothèque électronique.

Elle représente à ce jour la principale source d’information pour tous les domaines de l’art couvrant la période de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui.

 

Elle recense de multiples ressources en peinture, gravure, dessin, mais aussi dans des médias plus récents comme la photo, l’art vidéo, la performance, l’informatique, l’art électronique, le body art et les travaux d’installation. Les arts décoratifs, l’artisanat, la mode, les arts de la rue y trouvent également leur place. La décoration d’intérieur, la poterie, la conception de musées, la conservation, les arts ethniques, le graffiti, les arts graphiques, la calligraphie, les livres d’artistes y sont largement représentés.

ABM couvre tous les mouvements et tendances de la période précitée, des plus connus aux plus obscurs, des artistes les plus célèbres aux moins notoires. La couverture chronologique de cette base de données commence en 1974.

L’interface intuitive vous permettra de faire une recherche simple ou approfondie, par mots clés, sujet, période, type de document ou type de source. Il vous sera alors proposé la référence complète et un résumé (le plus souvent en anglais) des publications correspondant aux résultats. Celles-ci couvrent aussi bien les publications académiques, thèses et mémoires, encyclopédies et travaux de référence, que les monographies, essais, critiques, catalogues, articles de revues.

La possibilité de se créer un compte en fait un outil très pratique. Il est alors facile d’enregistrer ses recherches, de taguer les ressources et de les envoyer par courriel. De plus, la configuration d’un fil rss vous avisera lorsque de nouveaux résultats de recherche seront disponibles.

Bref, c’est une véritable mine d’or pour l’étudiant en art, avec la présence de plus de 400 000 références en février 2011. Et l’offre tend à se développer encore, pas moins de 13 000 nouvelles entrées sont recensées chaque année.

Pour y accéder : http://search.proquest.com/artbibliographies?accountid=13088