Archive

Archives de l'auteur

Une bibliothèque de papyrus à la Sorbonne ?

Voilà qui pourrait paraître incroyable ! Car la Sorbonne, c’est certes une des universités de sciences humaines les plus prestigieuses, mais de là à avoir ce que même la mythique bibliothèque d’Alexandrie n’a plus …
Et pourtant, la réponse serait plutôt du genre normande « A la fois oui et à la fois non ! ».

I/ L’Institut de Papyrologie de la Sorbonne :
C’est à « l’Institut de Papyrologie de la Sorbonne » que vous trouverez l’épicentre de cette énigme. Il fut créé en 1920 par Pierre Jouguet qui est l’initiateur de la papyrologie en France. (cette discipline existait en effet depuis bien plus longtemps en Allemagne et en Italie) Buste Jouguet (Institut Papyrologie)
Mais qu’est-ce que la papyrologie ? Quel est au fond le travail d’un papyrologue ? Il semble utile de repréciser certaines choses.
L’Antiquité – qu’elle soit grecque, latine, égyptienne ou autre – peut être aujourd’hui connue et étudiable en grande partie grâce à l’archéologie, qui fait bien sûr ressurgir par exemple des sanctuaires, mais exhume aussi de temps en temps des traces écrites, reflets directs de ces cultures anciennes. Ces traces peuvent être non seulement gravées sur pierre (il s’agit dans ce cas d’épigraphie), mais aussi rédigées à l’encre sur des morceaux de poterie (on parle alors d’« ostraca ») ou encore mieux sur l’ancêtre du papier. Autrement dit, non pas sur du parchemin, mais encore plus ancien : sur du papyrus, réalisé à partir des tiges découpées puis assemblées de cette plante fort répandue dans l’Antiquité du delta du Nil.
Pas de quoi en fonder un Institut, vous direz-vous, puisqu’il y a déjà l’archéologie en temps que telle ? Sauf que – en admettant que vous ayez déjà fait du grec ou du latin – allez déchiffrer ce type de support ! Car les papyrus arrivent rarement jusqu’à nous en bon état.. Dentelle (Institut Papyrologie). Et même une excellente restauration ne parvient jamais à contrer l’effacement dû au temps, aux intempéries, aux éraflures … ni même à reformer les trous laissés par les souris ou autres vermines (comme par hasard, toujours dans les passages les plus intéressants. Ajoutez à cela la fâcheuse manie qu’avaient ceux qui ont rédigé ces documents d’imiter les griffonnements votre médecin sur une ordonnance… Ecriture médecin (Institut Papyrologie)
Aujourd’hui encore, l’Institut est une équipe de recherche, chargée à la fois de ce travail d’étude des papyrus et de la transmission universitaire de ces savoirs. Evidemment, un tel travail nécessite un bon paquet d’ouvrages, permettant de résoudre – et encore, rarement de façon complète ! – les différentes énigmes posées par toute cette documentation d’époque.

II/ La bibliothèque de l’équipe de recherche : C’est ainsi que dès sa fondation, l’Institut fut doté d’une bibliothèque, continuellement agrémentée jusqu’aux 10 000 livres et quelques d’aujourd’hui. Si vous passez nous rendre visite, vous découvrirez qu’elle comporte différentes sections.
La plus prestigieuse, certainement, est ce que nous appelons le « corpus ». En effet, les papyrus sauvés du désert égyptien ou des cendres d’Herculanum sont conservés dans plusieurs endroits dans le monde : à Berlin, à Vienne, à Oxford, à Ann Arbor, à Florence, au Caire, etc. A chaque lieu le devoir de publier ses trésors, afin de pouvoir les diffuser au propre pour les autres savants du monde entier. Il n’est pas rare, grâce à ces volumes d’édition, de constater que son fragment de papyrus se raccorde à un autre, conservé à quelques milliers de kilomètres de distance !
La dernière grande section de notre bibliothèque offre de nombreuses monographies, sur divers sujets permettant d’éclairer les contenus des papyrus par rapport à leur contexte historique, économique ou social. Elle est la première bibliothèque associée du Service Commun de Documentation à être intégralement cataloguée informatiquement (janvier 2009). Ainsi, tous nos ouvrages apparaitront lors de vos recherches sur le catalogue du SCD. Vous trouverez toutes les informations utiles sur notre page.
Nous vous proposons dans un second billet à paraitre ultérieurement de vous présenter la collection de papyrus de la Sorbonne.