Archive

Archives de l'auteur

Quelques révélations sur le « secret » (et une bibliographie sur le thème)

soldat-cherche-espion

Soldat français recherchant un espion durant la Grande Guerre.
Crédits : Agenre Rol/ Gallica

Le « secret » n’est plus ce qu’il était. Il suffit de regarder la une des journaux. L’activité de l’agence d’espionnage américaine et les télégrammes rendus publique par WikiLeaks continuent d’ébranler les plus hautes sphères du pouvoir et les relations internationales. Car à l’ère de l’information et d’internet, les fuites de documents émanant des Etats se font de plus en plus abondantes et leur diffusion de plus en plus large et rapide.

Toutefois, il faut savoir que dans le champ de l’histoire, le secret fait l’objet de réflexions depuis déjà une vingtaine d’années. Parmi les pionniers de ces études, on pourrait citer Christopher Andrew et Michael Herman pour le monde anglophone et Sébastien Laurent et Olivier Forcade pour la France. Ce dernier est d’ailleurs professeur d’Histoire contemporaine à Paris-Sorbonne, où il consacre l’un de ces séminaires au thème « renseignement et diplomaties ».

Ces chercheurs ont ainsi analysé comment les États collectent et exploitent les informations dites « secrètes », comment ils protègent leurs propres données et activités (le contre-espionnage), les retombées de la découverte et de la possession du « secret » sur la décision politique et les rapports interétatiques, la coopération internationale en matière de renseignement en temps de guerre mais aussi en temps de paix, entre beaucoup d’autres sujets. Ainsi, même si le champ reste encore à creuser, une bibliographie considérable est actuellement à notre disposition.

Nous vous proposons ci-dessous une sélection d’ouvrages sur l’histoire du secret, ainsi que sur les imbrications entre secret et relations internationales. Ces ouvrages sont disponibles soit en format papier à la bibliothèque Serpente, soit en format numérique via la bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne ou via la bibliothèque en ligne de la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) ou encore en accès libre.

 

A la bibliothèque Serpente

Coeuré, Sophie. La mémoire spoliée : les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique (de 1940 à nos jours). Paris : Payot, 2006
Cote : Salle de lecture – 944.081 6 COE

Forcade, Olivier et Laurent, Sébastien. Secrets d’État : pouvoirs et renseignement dans le monde contemporain. Paris, Armand Colin, 2005.
Cote : Salle de lecture – 327.12 FOR

Lacoste, Pierre. Services secrets et géopolitique. Panazol (Haute-Vienne), Lavauzelle, 2éd., 2002.
Cote: Salle de lecture – 327.12 LAC

Alexander, Martin. Knowing your friends : intelligence inside alliances and coalitions from 1914 to the Cold War. London, Frank Cass, 1998.

Andrew, Christopher. The missing dimension : governments and intelligence communities in the twentieth century. London, Macmillan, 1984.
Cote : Salle de lecture – 327.12 mis

Herman, Michael. Intelligence power in peace and war. Cambridge, Royal Institute of International Affairs, 1996.
Cote : Salle de lecture – 327.12 HER

 

En ligne sur Cairn.info via la bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne

Dossier « Secret et relations internationales », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, Automne 2012 (n° 36)
http://www.cairn.info/revue-bulletin-de-l-institut-pierre-renouvin-2012-2.htm

Dossier « Espionnage », Le Temps des médias, 2011/1 (n° 16)
http://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2011-1.htm

Sébastien Laurent, « Pour une autre histoire de l’État : le secret, l’information politique et le renseignement», Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 3/2004 (no 83), p. 173-184.
www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2004-3-page-173.htm

Sébastien Laurent « Aux origines de la ‘guerre des polices’ : militaires et policiers du renseignement dans la République (1870-1914) », Revue historique 4/2005 (n° 636), p. 767-791.
http://www.cairn.info/revue-historique-2005-4-page-767.htm

 

En ligne sur Numérique premium via la bibliothèque en ligne de la BIS

Forcade, Olivier. La République : secrète histoire des services spéciaux français de 1918 à 1939, Paris, Nouveau Monde, 2008.
http://www.numeriquepremium.com.janus.biu.sorbonne.fr/content/books/9782847362299

Gênet, Stéphane. Les Espions des Lumières : actions secrètes et espionnage militaire au temps de Louis XV, Paris, Nouveau Monde, 2013.
http://www.numeriquepremium.com.janus.biu.sorbonne.fr/content/books/9782365833707

Bauermeister (Lieutenant). La Guerre dans l’ombre : souvenirs d’un officier du service secret du haut commandement allemand, Paris, Nouveau Monde, 2013.
http://www.numeriquepremium.com.janus.biu.sorbonne.fr/content/books/9782369430001

Melnik, Constatntin. De Gaulle, les services secrets et l’Algérie. Paris, Nouveau Monde, 2010.
http://www.numeriquepremium.com.janus.biu.sorbonne.fr/content/books/9782847364996

Rivet, Louis (général). Carnets du chef des services secrets (1936-1944). Paris, Nouveau Monde, 2010.
http://www.numeriquepremium.com.janus.biu.sorbonne.fr/content/books/9782847364033

Albertelli, Sébastien. Les services secrets de la France Libre : le bras armé du général de Gaulle. Paris, Nouveau Monde, 2012.
http://www.numeriquepremium.com.janus.biu.sorbonne.fr/content/books/9782365833387

 

En accès libre

Coeuré Sophie, Monier Frédéric, Naud Gérard. « Le retour de russie des archives françaises. Le cas du fonds de la sûreté », Vingtième Siècle. Revue d’histoire. N°45, janvier-mars 1995. pp. 133-139.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xxs_0294-1759_1995_num_45_1_3390

Dossier « Economie politique du secret », Politix, Vol. 14 (n°54). 2e trimestre 2001. pp. 15-153
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/polix_0295-2319_2001_num_14_54

« Le défi du renseignement », Cahiers de la Sécurité, INHESJ, n°13, septembre 2010
http://www.inhesj.fr/fr/qui-sommes-nous/les-publications/les-cahiers-de-la-securite/13

« Le renseignement », Revue historique des armées, SHD, n° 247, 2007
http://rha.revues.org/413

« Transparence et secret », Pouvoirs, n° 97, 2001, 181 p.
http://www.revue-pouvoirs.fr/-97-Transparence-et-secret-.html

 

Formation aux ressources numériques en histoire

Illustration de 1786 disponible sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF

L’informatique occupe de plus en plus une place fondamentale dans les pratiques des historiens. C’est pourquoi l’Urfist de Paris organise entre la fin de cette année et le début de l’année 2014 un cycle de formations sur les ressources numériques utiles à la recherche en histoire. Le premier atelier aura lieu le jeudi 12 décembre, à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS), de 9h30 à 12h30. Les inscriptions sont gratuites et se font en ligne directement sur le site de l’Urfist.

L’objectif principal de cette première séance est de présenter aux professionnels de l’information et aux historiens, toutes périodes confondues, un panorama critique des ressources documentaires numériques qui leur sont actuellement disponibles : instruments de recherche, bases de données, périodiques électroniques, entre autres.

Les intervenants, tous issus de centres de références dans le domaine, feront également connaître l’offre proposée par leurs établissements. Il s’agit de Gaëlle Béquet, directrice de la bibliothèque de l’École nationale des chartes ; Catherine Breux-Delmas, de la BIS, responsable du CADIST[1] d’histoire médiévale et moderne ; Sébastien Dalmon, aussi de la BIS, responsable du CADIST Antiquité ; et Jean-Jacques Petit, de la bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), responsable du CADIST Relations internationales et monde contemporain.

A la fin de la rencontre, une table ronde sera aussi l’occasion d’échanger entre les intervenants et le public, ainsi que de discuter d’autres questions liées au thème, comme la complémentarité entre ressources papier et électroniques, le contexte et les changements inhérents au numérique, les licences nationales, etc.

Nous vous rappelons également que les bibliothèques de Paris-Sorbonne proposent aux étudiants en master et en doctorat des ateliers individuels de formation à la recherche documentaire électronique. Pour plus d’informations, adressez-vous aux moniteurs-étudiants Giovana Pastore et Juan Carlos Rendon.


[1] Un centre d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique (CADIST) est un établissement chargé, pour une discipline donnée,  d’acquérir et de diffuser la documentation française et étrangère la plus complète possible.

Le genre, nouveau thème de l’agrég, dans les fonds de Paris-Sorbonne

Adam et Ève, Pierre Paul Rubens (entre 1597 et 1600), Wikimedia Commons

Adam et Ève, Pierre Paul Rubens (entre 1597 et 1600), Wikimedia Commons

Ce n’est qu’à partir des années 1980 aux États-Unis et des années 1990 en Europe que les Gender Studies se sont consolidés comme un champ de recherche. Depuis lors on assiste à un foisonnement de travaux analysant le monde à travers le prisme du genre. De l’histoire des sexualités, aux inégalités hommes/femmes sur le marché du travail, en passant par les représentations du féminin et du masculin dans l’art et la littérature, les sujets de ces études sont multiples et témoignent de la diversité des recherches regroupées sous la bannière des « études sur le genre », ainsi que de la pluridisciplinarité de ce champ qui attire, entre autres, historiens, sociologues, politologues et théoriciens de l’art et des lettres.

En France aussi le nombre de recherches autour du genre ne cesse de croître, même si, ici, l’institutionnalisation de la discipline semble se faire de manière plus longue et difficile que dans les pays anglo-saxons[1]. Mais le processus est lancé et l’on voit bien que les chercheurs et les universités françaises s’approprient de plus en plus le concept en créant des départements, des équipes de recherche, des filières d’enseignement et des revues spécialisées sur le thème. Dans la sociologie française, l’interrogation sur ce qu’Isabelle Clair définit comme « la construction sociale de la différence hiérarchisée des sexes et/ou des sexualités »[2] est en train de devenir un sujet à part entière. La meilleure preuve en est que la « sociologie du genre » vient de faire son entrée dans le programme de l’agrégation en sciences économiques et sociales 2014.

Dans la bibliographie officielle sur le thème diffusée par le ministère de l’éducation nationale en janvier 2013, figurent 44 ouvrages. Les fonds des bibliothèques de Paris-Sorbonne, notamment ceux de Clignancourt et de Serpente, en détiennent 35, tous répertoriés dans la liste ci-dessous. Donc si vous préparez le concours ou si seulement ce domaine en pleine expansion suscite votre curiosité, n’hésitez pas à venir nous voir. Pour chaque référence de la liste, nous avons ajouté le nom de la bibliothèque où se trouve l’ouvrage, ainsi que la cote qui vous permettra de le localiser en rayon. Bonnes lectures !

 

1. Ayral, Sylvie. La fabrique des garçons : sanctions et genre au collège. Paris : Presses universitaires de France, 2011.

Clignancourt/ Serpente: 371 AYR

2. Baudelot, Christian. Allez les filles ! Paris : Ed. du Seuil, 1992.

Malesherbes : G-5472 (à demander au personnel de la bibliothèque)

Clignancourt : 371.822 BAU

3. Bereni, Laure. Introduction aux études sur le genre, 2e édition revue et augmentée. Bruxelles : De Boeck, 2012

Clignancourt : 305.3 int

4. Bourdieu, Pierre. La domination masculine. Paris : Seuil, 1998.

Clignancourt : 301.092 BOU 3 dom/ Malesherbes : 316 BOU/ Serpente : 305.3 BOU

5. Butler, Judith. Défaire le genre, traduit de l’anglais (États-Unis) par Maxime Cervulle, Paris : Éd. Amsterdam, 2012.

Clignancourt : 305.3 BUT

6. Butler, Judith. Trouble dans le genre : le féminisme et la subversion de l’identité, traduit de l’anglais (États-Unis) par Cynthia Kraus. Paris : la Découverte, 2006.

Serpente/ Clignancourt : 305.4 BUT

7. Chabaud-Rychter, Danielle. Sous les sciences sociales, le genre : relectures critiques, de Max Weber à Bruno Latour. Paris : la Découverte, 2010.

Serpente/ Clignancourt/ Celsa: 305.3 sou

8. Clair, Isabelle. Sociologie du genre. Paris : A. Colin, 2012.

Clignancourt/Serpente : 305.3 CLA

9. Delphy, Christine. Penser le genre. Paris : Éd. Syllepse, 2008

Clignancourt : 305.3 DEL

10. Falquet J., Hirata H. et Kergoat D. Le sexe de la mondialisation : genre, classe, race et nouvelle division du travail. Paris : Presses de Sciences Po, 2010.

Clignancourt : 305.4 FAL/ Malesherbes : G-13838 (à demander au personnel de la bibliothèque)

11. Ferrand, Michèle. Féminin Masculin. Paris : La Découverte, 2011

Clignancourt : 305.3 FER/ Serpente : 305.420 944 FER/ Bibliothèque électronique :

http://scd-ezproxy.paris-sorbonne.fr:2048/login?url=http://www.cairn.info/feminin-masculin–9782707131690.htm

12. Gélard M.-L. et Anstett E. Les objets ont-ils un genre ? : culture matérielle et production sociale des identités sexuées. Paris : A. Colin, 2012.

Serpente : 305.3 ANS

13. Guichard-Claudic Y., Kergoat D. et Vilbrod A. (dir.) L’inversion du genre : quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2008.

Clignancourt/Serpente : 305.3 inv

14. Guionnet, C. et Neveu E. Féminins / Masculins : sociologie du genre. Paris : A. Colin, impr. 2004.

Clignancourt et Serpente: 305.3 GUI/ Malesherbes : 300 GUI

15. Goffman, Erving. L’arrangement des sexes ; traduit de l’anglais (États-Unis) par Hervé Maury. Paris : La Dispute, 2002.

Clignancourt : 305.3 GOF/ Celsa : 305 GOF

16. Héritier, Françoise. Masculin-féminin. La pensée de la différence. Paris : O. Jacob, 1996.

Clignancourt : 305.3 HER/ Celsa : A.3269/1 (à demander au personnel de la bibliothèque)

17. Hirata H., Laborie F., Le Doaré H. et Senotier D. (dir.). Dictionnaire critique du féminisme. Paris : Presses universitaires de France, 2000.

Clignancourt : 305.4 dic/ Serpente : 305.403 dic

18. Hurtig, M.-C., Kail M. et Rouch H. (dir), Sexe et genre : de la hiérarchie entre les sexes, Paris : CNRS éditions, 2002.

Serpente : 305.3 sex

19. Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), Femmes et hommes : regards sur la parité, Paris : INSEE, coll. « références », 2012.

Clignancourt : 305.3 fem

20. Kergoat, Danièle. Se battre, disent-elles… Paris : La Dispute, 2012.

Clignancourt/ Celsa : 305.4 KER

21. Huppert-Laufer, Jacqueline. Le travail du genre : les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe. Paris : La Découverte, 2003.

Serpente : 306.36 LAU

22. Laufer J., Marry C. et Maruani M. (dir.), Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme. Paris : Presses universitaires de France, 2001.

Clignancourt/ Serpente : 305.3 mas

23. Laqueur, Thomas Walter. La fabrique du sexe : essai sur le corps et le genre en Occident ; traduit de l’anglais par Michel Gautier. Paris : Gallimard, 1992.

Clignancourt : ouvrage en traitement/ Malesherbes : G-5532 (à demander au personnel de la bibliothèque)

24. Lucas, Barbara. Les nouvelles frontières du genre : la division public/privé en question. Paris : l’Harmattan, 2010.

Serpente : 305.3 nou

25. Méda D.et Périvier H, Le deuxième âge de l’émancipation : la société, les femmes et l’emploi. Paris : Seuil, 2007.

Serpente : 305.4 MED

26. Maruani, Margaret (dir.). Femmes, genre et sociétés : l’état des savoirs. Paris : La Découverte, 2005.

Celsa : 305 FEM/ Clignancourt : 305.488 41 fem/ Serpente : 305.42 fem

27. Maruani, Margaret. Travail et emploi des femmes. 4ème édition. Paris : la Découverte, 2011.

Clignancourt : 306.36 MAR/ Malesherbes : 331 MAR/ Celsa : 305 MAR/ Serpente : 331.4 MAR/ Bibliothèque électronique : http://scd-ezproxy.paris-sorbonne.fr:2048/login?url=http://www.cairn.info/travail-et-emploi-des-femmes–9782707167804.htm

28. Maruani, Margaret. Les nouvelles frontières de l’inégalité : hommes et femmes sur le marché du travail. Paris : la Découverte, 1998

Serpente : 303.360 94 MAR (à demander au personnel de la bibliothèque)

29. Mennesson, Christine. Etre une femme dans le monde des hommes : socialisation sportive et construction du genre. Paris : L’Harmattan, 2005.

Serpente : 305.3 MEN

30. Milewski F. et Périvier H., Les discriminations entre les femmes et les hommes. Paris : Presses de Sciences Po, 2011.

Celsa : 305 DIS/ Clignancourt : 305.3 MIL/ Malesherbes : G-13727 (à demander au personnel de la bibliothèque)

31. Muller, Pierre (dir.). Genre et action publique : la frontière public-privé en questions. Paris : l’Harmattan, 2009.

Serpente : 305.3 MUL

32. Moreau, Marie-Pierre. Les enseignants et le genre : les inégalités hommes-femmes dans l’enseignement du second degré en France et en Angleterre. Paris : Presses universitaires de France, 2011.

Clignancourt : 371.1 MOR

33. Sénac-Slawinski, Réjane. L’ordre sexué : la perception des inégalités femmes-hommes. Paris : Presses universitaires de France, 2007.

Clignancourt/ Serpente : 305.3 SEN

34. Touraine, Alain. Le monde des femmes. Paris: Fayard, 2006.

Clignancourt/ Serpente : 305.4 TOU

35. Tronto, Joan C., Un monde vulnérable : pour une politique du « care » ; traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Hervé Maury. Paris : La Découverte, 2009.

Serpente : 305.3 TRO

 


[1] Laure Bereni, Introduction aux gender studies : manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, 2008.

[2] Isabelle Clair, Sociologie du genre. Paris, Armand Colin, 2012.

 

La Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne est de retour!

logo_bis1La Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) ouvrira à nouveau sur le bâtiment de la Sorbonne, le vendredi 15 novembre 2013, après trois ans de travaux. Tous les étudiants de Paris Sorbonne à partir du niveau L3 pourront s’y inscrire afin de profiter de l’un des fonds les plus importants de France en lettres et sciences humaines.

Pour votre grand plaisir, sachez aussi que tous les locaux ont été rénovés, soit  11 000 m2 environ, selon un projet de refonte globale de la bibliothèque qui vise à l’adapter aux nouvelles exigences de ce début de XXIe siècle et qui comprend, entre autres, la mise en sécurité et en valeur du bâtiment historique, la reformulation des modalités d’accès aux documents, la modernisation de l’accueil du public et l’élargissement des services proposés aux lecteurs, notamment en ce qui concerne la bibliothèque en ligne.

carte-bis

La nouvelle carte de lecteur

Il convient à ce sujet de vous rappeler que les ressources électroniques de la BIS sont accessibles à distance – pour y accéder il vous faudra votre carte de lecteur mise à jour pour l’année universitaire 2013-2014.

Et pour célébrer toutes ces bonnes nouvelles, la bibliothèque organise au mois de novembre des soirées thématiques : « Regards d’écrivains sur la bibliothèque de la Sorbonne » et « La Sorbonne et ses bibliothèques: perspective historique ». Inscriptions obligatoires.

Pour en savoir plus :

Issartel, Pascale, « La bibliothèque de la Sorbonne », BBF, 2013, n° 3, p. 69-76
[en ligne] <http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 31 octobre 2013

Le blog de la BIS

Le site de la BIS

Commençons par le commencement : les encyclopédies

photo-encyclopedies

L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert dans les rayonnages du bureau du directeur de l’École Nationale des Chartes, Paris.
CC : BY. Source : Marie-Lan Nguyen, Wikimedia Commons.

Lorsque vous débutez une recherche ou que vous vous lancez vers de nouveaux horizons, les ouvrages encyclopédiques peuvent vous être très utiles. Ils vous donnent une première idée de l’ampleur et des problématiques de la discipline ou du sujet que vous commencez à traiter et parfois même un état de l’art avec les grands auteurs, les ouvrages incontournables, les mouvements et écoles, etc. En outre, les encyclopédies les plus soigneuses ont l’habitude de fournir leurs sources bibliographiques à la fin des articles, ce qui peut être également bien profitable quand on fait les premiers pas d’un travail de recherche.

Il existe essentiellement deux types d’encyclopédies : les générales et les spécialisées. Bien évidemment les contenus de ces dernières sont plus complets et approfondis. Néanmoins, même dans les encyclopédies à vocation généraliste, vous pouvez trouver des textes pointus, notamment quand ils ont été écrits par des spécialistes, comme on en trouve souvent dans l’Universalis, qui reste la plus grande référence de la catégorie en langue française.

Quoi qu’il en soit, actuellement une grande partie des encyclopédies ont abandonné le format papier pour se consacrer uniquement aux formats électroniques. Ainsi, si vous voulez consulter l’Universalis ou bien des encyclopédies spécialisées en format numérique, vous pouvez le faire par le biais de la rubrique « Encyclopédies et biographies » de la bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne.

Dans cette page, vous trouverez les liens d’accès à une quarantaine de ressources. L’offre la plus étendue est celle proposée par la plate-forme Gale qui regroupe 23 encyclopédies en langue anglaise. A titre d’exemple, l’on peut citer l’Encyclopedia of philosophy, l’Encyclopedia of religion, le New Dictionary of the History of Ideas, lEncyclopedia of Russian history et l’Encyclopedia of modern China.

D’autres plateformes et titres isolés viennent compléter cette collection : les encyclopédies dédiées aux études arabo-musulmanes de l’éditeur Brill – l’Encyclopédie de l’Islam (en version française), l’Encyclopaedia of the Qur’ân, l’Encyclopedia of women and islamic cultures et l’Encyclopedia of Arabic language and linguistics – ; les divers dictionnaires et encyclopédies sur les arts disponibles chez Oxford art online et Oxford music online ; l’Encyclopedia of Language & Linguistics; The Garland Encyclopedia of World Music, entre autres.

Pour plus d’informations, consultez le site de la bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne et les signets sur les ressources encyclopédiques en accès libre.

E-books : Lancez-vous dans la lecture en ligne

e-book-wiki-commons-Maximilian-SchönherrLa bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne vous donne accès, par les biais de plusieurs plateformes, à des milliers de livres numériques. Ces ouvrages sont accessibles de n’importe quel poste de l’université ou de chez vous, par l’accès à distance.

La Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) offre également aux étudiants de Paris-Sorbonne qui y sont inscrits (voir conditions d’inscription) un large éventail d’e-books. Dans la plupart des cas, les domaines couverts par cette bibliothèque en ligne recoupent ceux de la bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne.

A titre indicatif, on peut citer les plateformes des collections en ligne des presses des universités britanniques Oxford et Cambridge. Oxford scholarship online intéressera surtout les étudiants en philosophie, qu’y retrouveront 1 270 titres en texte intégral. Mais d’autres peuvent aussi y trouver leur bonheur, car Paris-Sorbonne a également acheté 93 livres en histoire, 73 en littérature, 38 en musicologie et 70 dans la collection Classical Studies.

En revanche Cambridge Histories Online plaira surtout aux étudiants en histoire. On y retrouve 300 volumes couvrant plusieurs domaines de la discipline, de l’histoire des aires géographiques et culturelles à l’histoire économique, en passant par l’histoire religieuse, littéraire, de la philosophie, de la musique, de la pensée politique et du livre.

Et pour finir, une plate-forme multidisciplinaire pouvant être utile au plus grand nombre : Dawsonera. Cette base, accessible par le site de la BIS, vous offre la consultation du texte intégral de 107 titres et du résumé de presque 250 000. En outre, vous avez la possibilité de suggérer des achats. Plus un livre est demandé, plus son score monte et plus il a de chance qu’il soit acheté et, par conséquent, mis en ligne à votre disposition.

Pour plus d’informations sur ces ressources, dirigez-vous vers les menus de livres électroniques de la bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne et de la bibliothèque en ligne de la BIS.

Essayez aussi :

Open Edition Books

Encyclopédies de poche Que sais-je? et Repères

Numilog, la bibliothèque de prêt en ligne

Photo : Maximilian-Schönherr (Wikimedia Commons)

JSTOR : les archives d’un millier de revues en SHS à votre portée

jstor-logoJSTOR est une bibliothèque en ligne offrant des sources primaires, des livres et notamment, ce qui est d’ailleurs son point fort, les archives en texte intégral de 2 613 revues universitaires et scientifiques, en cours ou discontinuées. De quoi faire rêver les étudiants et les chercheurs en quête de bibliographie ! La consultation de ce large contenu est néanmoins réservée aux personnes abonnées, soit à titre individuel, soit à travers leur institution de rattachement.

L’abonnement de Paris-Sorbonne donne accès aux collections Arts & Sciences I, II, III, V et VIII, ce qui signifie qui vous avez à votre disposition un éventail d’environ mille titres couvrant presque tous les domaines des sciences humaines et sociales : l’histoire, les sciences politiques, l’économie, le langage, la littérature, la sociologie, l’éducation et la musique. Exception faite, néanmoins, des derniers numéros, souvent soumis à un embargo de 1 à 7 ans (ce que JSTOR appelle moving wall). Ces revues sont, pour la plupart, en langue anglaise. Mais pas exclusivement. Nous trouvons aussi sur JSTOR des titres en d’autres langues, comme le français, l’allemand et l’espagnol.

Pour accéder à JSTOR via Paris-Sorbonne vous pouvez utiliser les postes informatiques des bibliothèques de l’université ou, pour l’accès hors campus,  l’adresse disponible sur le site des bibliothèques de Paris-Sorbonne. Dans ce cas-là, votre identifiant et votre mot de passe SorbonID vous seront demandés.

Afin d’aider les utilisateurs, JSTOR met à disposition une série de tutoriels en vidéo présentant leurs principales fonctionnalités, telles que la recherche avancée, la sauvegarde d’une recherche ou la création d’alertes. Le seul inconvénient c’est que ces films sont en anglais, même si cela n’empêche pas totalement les non-anglophones de s’y retrouver, puisque les images sont assez parlantes.

Les bibliothèques de Paris-Sorbonne apportent également leur support aux utilisateurs débutants dans l’emploi de cette plateforme. Un atelier se déroulera mercredi prochain, à la bibliothèque Serpente, de 12 à 13h, sous la conduite des moniteurs étudiants Juan Carlos Rendón et Giovana Pastore. Pour vous inscrire ou obtenir plus de renseignements, veuillez leur adresser un courriel : juan.carlos_rodriguez.rendon@paris-sorbonne.fr ou giovana.amoroso_pastore@paris-sorbonne.fr

Et aussi d’autres plateformes de revues en ligne :

Cairn : revues françaises en sciences humaines et sociales (322 titres en mai 2012), en accès via Paris-Sorbonne

Persée : revues françaises en sciences humaines et sociales (113 titres en février 2013), en accès libre

Revues.org : revues en sciences humaines et sociales essentiellement francophones (363 titres en février 2013), en accès libre

La Grèce s’invite à la Maison de la Recherche

photo-expo-grece

Photos d’Athènes au XIXe siècle

La Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne accueille, jusqu’au 12 avril, l’exposition de photographies Regards de Grèce : du XIXe au XXe siècle et d’Alpha à Oméga, titre homonyme de l’œuvre de l’écrivain grec Manos Eleftheriou paru en 2008 d’après un itinéraire photographique imaginé par Haris Yiakoumis, commissaire de l’événement. Les plus de trente images en exhibition, prises par divers photographes, sont disposées entre le hall d’entrée au rez-de-chaussée et la bibliothèque Serpente au premier étage.

Les images du XIXe siècle constituent le corpus le plus important de l’exposition. Sont à leur origine des pionniers de la représentation du paysage grec, tels que Dimitrios Constantin, Henri Beck ou Paul Baron des Granges. On admire dans ces œuvres plusieurs visions de la ville d’Athènes aux alentours de 1860 avec son acropole, ses temples et ses monuments, dont certains tirages panoramiques impressionne par la richesse de détails.

Les photographies plus récentes, datant du XXe siècle, montrent, outre la capitale elle-même, des paysages de bord de mer à Thessalonique, dans la région du Péloponnèse ou à côté des ruines du célèbre temple de Poséidon. Elles ont été prises par Haris Yiakoumis lui-même qui, outre docteur en histoire de l’art, est un collectionneur passionné de photographies anciennes depuis une vingtaine d’années – les originaux des facsimilés exposés lui appartiennent.

Nous profitons de l’occasion pour vous rappeler que la bibliothèque Serpente détient des fonds assez conséquents sur l’histoire ancienne dont une partie couvre la Grèce antique. Ces fonds font d’ailleurs l’objet d’un constant renouvellement. Récemment sont entrés dans les collections les ouvrages Exit : exclus et marginaux en Grèce et à Rome, une sélection de textes présentée par Vincent Morch (Paris : Les Belles Lettres, 2012); Hocus pocus : à l’école des sorciers en Grèce et à Rome, textes réunis et présentés par Christopher Bouix (Paris : Les Belles Lettres, 2012); et  La religion grecque à l’époque archaïque et classique, de Walter Burkert (Paris : Picard, 2011).

Infos pratiques :

Exposition Regards de Grèce

Du 28/3 au 12/4
Du lundi au vendredi de 9h à 20h et samedi de 12h à 18h

Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne
28 rue Serpente, 75006, Paris

Les relations franco-allemandes dans les collections de Paris-Sorbonne

La commémoration du 50e anniversaire du Traité de l’Élysée le 22 janvier dernier a donné lieu à une série de manifestations sur le thème des relations franco-allemandes : cérémonies officielles, émissions radiophoniques et télévisées, articles de presse, colloques scientifiques, rétrospectives cinématographiques, entre autres.

france-allemagne-traite-elysee-granMais ce qui nous intéresse plus directement ici c’est que l’occasion a également donné matière à la parution et à l’actualisation d’ouvrages centrés sur ce qui est aujourd’hui considéré comme l’ « acte fondateur de l’amitié franco-allemande ». C’est notamment le cas de La France, l’Allemagne et le Traité de l’Élysée, livre collectif dirigé par Corinne de France, historienne et chercheur au CNRS, et Ulrich Pfeil, professeur de civilisation allemande à l’Université de Lorraine-Metz, actuellement disponible dans trois bibliothèques de Paris-Sorbonne : Serpente, Clignancourt et Malesherbes.

Initialement publié en 2003, lorsque le traité fêtait sa quarantième année de vie, l’ouvrage, composé de 13 articles, a gagné une nouvelle édition, en juin 2012, afin de pouvoir incorporer à ses questionnements les données les plus récentes sur la construction des relations franco-allemandes de l’après guerre jusqu’à nos jours. L’on trouve ainsi, tout au long de ses 470 pages, des analyses actuelles abordant le thème sous ses aspects les plus divers : politiques, culturels, militaires, économiques, etc.

Dans l’introduction, l’on découvre le contexte de la signature du traité, il y a cinquante ans, en 1963 : le monde bipolaire, la « question allemande », les premières ébauches de la construction européenne. Ensuite, l’on rentre dans le vif du sujet avec une première partie dont les textes sont consacrés à l’étude des longs processus, aussi bien en France qu’en Allemagne, qui ont amené à ce que Charles de Gaulle (1890-1970) et Konrad Adenauer (1876-1967) se retrouvent autour d’une table à Paris pour signer une « déclaration commune », comme le texte du traité lui-même se définit.

Les chapitres suivants se penchent sur l’analyse minutieuse du contenu du traité, c’est-à-dire ce qu’il règle et ce qu’il ne règle pas et les raisons de tels choix. Finalement, dans la dernière partie du livre, l’on appréhende les retombées du traité dans l’évolution des rapports franco-allemands, ainsi que l’état actuel des relations Paris-Berlin.

Pour ceux qui veulent approfondir sur le thème, les bibliothèques de Paris-Sorbonne offrent une large bibliographie sur les relations franco-allemandes qui dépasse largement l’époque contemporaine. Vous trouverez ci-dessous une sélection parmi nos acquisitions les plus récentes. Pour le résultat exhaustif, veuillez consulter le catalogue des bibliothèques de Paris-Sorbonne. Nous vous rappelons que les fonds de la bibliothèque Serpente (histoire ancienne, du XIXe siècle et contemporaine) se destinent aux étudiants de niveau master et doctorat, alors que ceux de Clignancourt (Histoire, géographie, philosophie et sociologie en générale) et Malesherbes (études germaniques, littérature, lettres) sont accessibles depuis le 1er cycle universitaire.

1. Beaupré, Nicolas, Le traumatisme de la Grande guerre, 1918-1933, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012. [Disponible à Clignancourt et à Malesherbes]

2. Braun, Guido, Du Roi-Soleil aux Lumières : l’Allemagne face à l’«Europe française », 1648-1789, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012. [Disponible à Clignancourt et à Malesherbes]

3. Dakowska, Dakota (dir.), Le partenariat franco-allemand : entre européanisation et transnationalisation, Paris, l’Harmattan, 2011. [Disponible à Serpente]

4. Marcowitz, Reiner (dir.), 50 ans de relations franco-allemandes, Paris, Nouveau Monde éditions, 2012. [Disponible à Clignancourt]

5. Marthes, Stephan (dir.), Les relations franco-allemandes : bilan et perspectives à l’occasion du 50e anniversaire du traité de l’Elysée, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012. [Disponible à Malesherbes]

6. Pfeil, Ulrich, Mythes et tabous des relations franco-allemandes au XXe siècle, Bruxelles, Peter Lang, 2012. (Actes de colloque réalisé du 19 au 21 novembre 2009, à Saint-Etienne).   [Disponible à Malesherbes]

7. Rittau, Andreas, Symboles franco-allemands, 1963-2013 : construction d’un  champ transnational, Paris, l’Harmattan, 2012. [Disponible à Malesherbes]

8. Schirmann, Sylvain et Mohamed-Gaillard, Sarah, Georges Pompidou et l’Allemagne, Bruxelles, Peter Lang, 2012. [Disponible à Malesherbes]

9. Stark, Hans, Les relations franco-allemandes dans une Europe unifiée : réalisations et défis, Presses universitaires de Bordeaux, 2013. [Disponible à Malesherbes]

10. Ziebura, Gilbert, Les relations franco-allemandes dans une Europe divisée : mythes et réalités, Presses universitaires de Bordeaux, 2013. [Disponible à Malesherbes]

Prochainement à la bibliothèque Serpente :

Hans Stark, Martin Koopmann, et Joachim Schild (dir.), Les relations franco-allemandes dans une Europe unifiée : réalisations et défis, France, Presses universitaires de Bordeaux, 2012.

Libera, Martial, Un rêve de puissance : la France et le contrôle de l’économie allemande (1942-1949), Bruxelles, Peter Lang, 2012.

Le séminaire Les Humanités numériques en revue

photo-billet-seminaire-open-contextDans le but de perfectionner leur savoir-faire documentaire et de valoriser leurs projets de thèse, 43 doctorants de Paris-Sorbonne ont participé, le 9 janvier, au séminaire Les Humanités numériques, organisé par la bibliothèque Serpente et le Service Commun de la Documentation (SCD) de l’université.

La journée a débuté avec l’intervention de la responsable de la bibliothèque Serpente, Hélène Broms, sur les circuits de la thèse – du dépôt à la diffusion en ligne – tant à Paris-Sorbonne comme qu’en France en général. En outre, cet exposé nous a fait découvrir plusieurs plateformes, françaises et internationales, hébergeant des travaux universitaires et des thèses, telles que e-Sorbonne, Thèses.fr, TEL (thèses-en-ligne), DART Europe et ProQuest Dissertations & Theses. Cette dernière a d’ailleurs fait l’objet d’une présentation plus approfondie, réalisée par la formatrice Françoise Devillard. Nous avons ainsi appris que Proquest regroupe surtout des thèses américaines et canadiennes – même si elle se veut de plus en plus internationale – et offre à ses usagers plusieurs fonctionnalités et instruments de recherche.

La matinée s’est achevée par le panorama de la publication et de l’édition numérique en Sciences Humaines et Sociales (SHS), présenté Annaig Mahé, de l’Urfist de Paris. Après avoir donné un aperçu de l’évolution de ce champ, elle a aussi fait le point sur l’offre actuelle des revues en ligne et portails numériques (Gallica, Persée, Cairn.info, Erudit, Directory of Open Access Journals, Project Muse, etc.), ainsi que des discussions autours des thématiques du libre accès et des archives ouvertes.

Au cours de l’après-midi, les participants ont encore assisté à deux présentations. Tout d’abord, à celle de Delphine Cavallo sur le portail Open Edition, qui regroupe la plateforme Revues.org (revues SHS en libre-accès), ainsi que les plateformes Calenda (calendrier scientifique en SHS) et Hypothèses (blogs scientifiques) et bientôt OpenEdition books. Ensuite, l’on a écouté Sébastien Porte, éditeur aux Presses Universitaires de la Sorbonne, parler du paysage éditorial en SHS et de la transformation d’un travail de recherche en livre ou e-book.

La conclusion de cette longue et – nous espérons – fructueuse journée a été menée par Marie-Madeleine Martinet, professeur déléguée aux humanités numériques et aux systèmes d’information à Paris-Sorbonne.

Pour ceux qui n’ont pas pu être présents ou pour ceux qui aimeraient revoir le contenu du séminaire, la plupart des présentations sont disponibles en ligne, sur le compte slideshare des bibliothèques de Paris-Sorbonne (liens ci-dessous) :

1. « Le circuit de la thèse », par Hélène Broms

2. « Le panorama général de la publication et de l’édition numérique en SHS », par Annaig Mahé

3. « Le portail Open Edition », par Delphine Cavallo

4. Le guide de la plate-forme Proquest Dissertation and Texts : The Humanities and Social Sciences Collection

 Photo : Opencontext (Wikimedia Commons)