Archive

Archives de l'auteur

Promenons-nous dans les bois…

C’est le retour des beaux jours, et vous ressentez une folle envie de nature ? Seulement, il faut l’avouer, vous ne la connaissez pas beaucoup, et vous n’osez donc pas vous aventurer dans les sous-bois… Pas de panique ! Votre bibliothèque Clignancourt a la solution !

th

Le fonds de géographie possède une cote regroupant les ouvrages traitant de l’écologie des forêts (910.157 73). C’est là que vous pourrez trouver Le guide de la forêt pour tous. Ce petit ouvrage de format poche vous accompagnera dans vos excursions.
Il vous fournira en outre quantité d’informations sur des sujets aussi divers que les plantes, les fleurs, les arbres, mais également toute la faune : des insectes aux loups en passant par les araignées et les écureuils. Impossible de vous prédire si vous croiserez toutes les espèces décrites dans le guide… A défaut, vous pourrez profiter des belles photos qui s’y trouvent !

D’autre part, les auteurs nous mettent en garde et nous informent sur le dépérissement de ces espaces, espérant que nous pourrons nous y rendre encore longtemps : « parce que nous pensons que le fait de voir, de s’étonner et de vivre les choses, permet de libérer des forces pour comprendre et agir ».

Hommage à Jacques Le Goff (1924 – 2014)

« Il ne s’agit certes pas de refaire le Moyen Âge, mais de ne pas oublier que les hommes et les femmes de cette période sont nos ancêtres, qu’il est un moment essentiel de notre passé, et donc qu’un voyage au Moyen Âge vous donnera le double plaisir de rencontrer à la fois l’autre et vous-même. »

In Le Moyen Âge expliqué en images.

Historien spécialiste du Moyen Âge, Jacques Le Goff s’est rapidement fait reconnaître par ses pairs grâce à ses différents travaux. Agrégé d’histoire en 1950, son premier livre Les intellectuels au Moyen Âge (paru en 1957) le place en héritier de l’École des Annales, dans la lignée des historiens Fernand Braudel ou Henri Pirenne.
Cette génération de chercheurs tend à traiter l’Histoire non plus comme un événement ponctuel, mais comme un objet social s’inscrivant dans l’espace et le temps, et dans un contexte économique et social.

Ainsi, Jacques Le Goff se spécialise dans l’étude des mentalités et de l’affectivité, travaillant à partir de mémoires, d’objets du quotidien.
En 1972, il devient directeur de l’École des hautes études en sciences sociales.
Également talentueux vulgarisateur, il a le souci de mettre sa période de prédilection à portée de tous, notamment en produisant l’émission Les Lundis de l’Histoire, sur France Culture, ou en prêtant ses travaux au coeur d’expositions comme ce fut le cas à l’abbaye de Fontevraud en 2007 pour Héros et merveilles du Moyen Âge (voir à ce sujet le n°36 du mois d’août 2007 de la revue Les collections de l’Histoire – disponible en section histoire à la bibliothèque universitaire de Clignancourt).

legoff

Héros et merveilles du Moyen Âge
Cet ouvrage met en lumière l’imaginaire de l’époque à travers des personnages de légende (Arthur, Merlin, Mélusine, Renart, Robin des Bois), des créatures symboliques (la licorne), et des lieux emblématiques (la cathédrale, le château-fort), …

 » Ce mélange est pour moi la meilleure manière de montrer comment pouvait fonctionner l’imaginaire des hommes du Moyen Âge, auquel nous devons tant. […] Ce que j’ai voulu montrer avec cette exposition, c’est que le Moyen Âge a été un grand moment de création imaginaire. Et que cet imaginaire lui a survécu, s’est prolongé jusqu’à aujourd’hui en vivant de renaissances, dont les principales, du point de vue culturel, ont été le romantisme au XIXe siècle, puis le XXe siècle, avec les nouveaux supports techniques et sociaux de l’imaginaire, en particulier le cinéma et la bande-dessinée. »

Propos recueillis in Les collections de L’Histoire, n°36, août 2007

Jacques Le Goff nous a quittés ce mardi 1er avril 2014 à l’âge de 90 ans.

Afin de continuer à profiter de l’érudition de ce grand homme qui s’est employé à expliquer le Moyen Âge afin de nous le rendre plus proche et moins sombre, vous pouvez retrouver la plupart de ses ouvrages dans le secteur histoire de la bibliothèque universitaire de Clignancourt (principalement sous la cote 940.1).

Escapade en Terre du Milieu

Près de dix ans après la sortie au cinéma de la trilogie Le Seigneur des Anneaux, inspirée de l’œuvre de J.R.R. Tolkien, le réalisateur Peter Jackson adapte à présent sur écran, de 2012 à 2014, Le Hobbit.

Ce nouveau film a été précédé de peu par la parution du Dictionnaire Tolkien (CNRS Editions) sous la direction de Vincent Ferré, professeur de littérature comparée à l’Université Paris Est Créteil.

C’est l’occasion de faire un petit détour par le fonds de littérature anglaise de la bibliothèque universitaire Clignancourt.

Gandalf. MusicaEleven. CC : BY-NC-ND. Source : deviantart.

Gandalf. MusicaEleven. CC : BY-NC-ND. Source : deviantart.

Quelques informations sur l’auteur

John Ronald Reuel Tolkien (1892 – 1973) a été professeur de langue et de littérature anglaises. Diplômé d’Oxford, il y occupa une chaire de langue ancienne. Mais sa passion se situe dans les langues imaginaires : il en crée plusieurs avant de commencer l’écriture. La rédaction du Silmarillion débute en 1917, mais son premier livre n’est publié que 20 ans plus tard. Il s’agit du Hobbit. Dès lors, il s’attelle à la rédaction du Seigneur des Anneaux, qui prend plus d’ampleur que prévu : « Mon œuvre a échappé à tout contrôle et j’ai produit un monstre », écrit-il à son éditeur. La publication commence en 1954, ce sera un succès de librairie. Mais Tolkien, obnubilé par la cohérence de ses écrits et les retravaillant sans cesse, voue par là son œuvre à l’inachèvement.

Les écrits de Tolkien dépassent les œuvres déjà citées, comme l’atteste la variété du fonds disponible. En effet, Tolkien a également théorisé sur cet univers imaginaire que l’on retrouve dans le conte de fées et la fantasy, et qui n’est pas sans rappeler la littérature médiévale.

Littéraire, linguistique, musical, historique et philosophique, …, l’œuvre de Tolkien peut s’étudier sur de nombreux plans.

Fonds Tolkien en littérature anglaise (2e étage)

Généralités :

James, Edward (1947-….). Mendlesohn, Farah. The Cambridge companion to fantasy literature [Texte imprimé]   / edited by Edward James and Farah Mendlesohn.

823.009 JAM

Magazine littéraire [Texte imprimé]

P 159

Le n° 527 (janvier 2013) comporte un dossier « Tolkien : la fabrique d’un monde »

Œuvres :

Tolkien, John Ronald Reuel (1892-1973). Tolkien, Christopher. Laferrière, Christine. Les monstres et les critiques et autres essais [Texte imprimé]   / J. R. R. Tolkien; édition de Christopher Tolkien; traduit de l’anglais par Christine Laferrière.

GB 82 TOL 2

Tolkien, John Ronald Reuel (1892-1973). The fellowship of the ring : being the first part of the Lord of the Rings / by J.R.R. Tolkien.

GB 82 TOL 3 fel

Tolkien, John Ronald Reuel. The hobbit, : or there and back again / by J. R. R. Tolkien ; ill. by the author.

GB 82 TOL 3 hob

Tolkien, John Ronald Reuel (1892-1973). Tolkien, Christopher. Riot, Elen. Lauzon, Daniel. Ferré, Vincent (1974-….). Les lais du Beleriand [Texte imprimé]   / J. R. R. Tolkien; édition et avant-propos par Christopher Tolkien; traduit de l’anglais par Elen Riot (poèmes) et Daniel Lauzon (commentaires et notes); sous la direction de Vincent Ferré.

GB 82 TOL 3 lay

Tolkien, John Ronald Reuel (1892-1973). Raw, Stephen. The Lord of the rings / J. R. R. Tolkien; [with drawn maps by Stephen Raw].

GB 82 TOL 3 lor

Tolkien, John Ronald Reuel (1892-1973). The return of the king [Texte imprimé]   : being the third part of the Lord of the Rings / by J.R.R. Tolkien.

GB 82 TOL 3 ret

Tolkien, John Ronald Reuel (1892-1973). Tolkien, Christopher (1924-….). The Silmarillion [Texte imprimé]   / by J.R.R. Tolkien; edited by Christopher Tolkien.

GB 82 TOL 3 sil

Tolkien, John Ronald Reuel. Richelet, Annie. Ferrant de Bourg-aux-Bois = Smith of Wooton Major / J.R.R. Tolkien ; présentation, trad. et notes par Annie Richelet.

GB 82 TOL 3 smi

Tolkien, John Ronald Reuel (1892-1973). The two towers : being the second part of the Lord of the Rings / by J.R.R. Tolkien.

GB 82 TOL 3 two

Tolkien, John Ronald Reuel (1892-1973). Tolkien, Christopher. Unfinished tales of Númenor and Middle-earth / J.R.R. Tolkien; ed. with introd., comment., index and maps by Christopher Tolkien.

GB 82 TOL 3 unf

Ouvrages critiques :

Aknin, Laurent. J.R.R. Tolkien [Texte imprimé]   / Laurent Aknin.

GB 82 TOL 4 akn

Bonnal, Nicolas. Tolkien, les univers d’un magicien / Nicolas Bonnal.

GB 82 TOL 4 bon

Carruthers, Leo Martin (1949-….). Denard, Émilie. Delesalle, Clément. Tolkien et le Moyen Age [Texte imprimé]   / sous la direction de Leo Carruthers; avec la collaboration d’Emilie Denard et de Clément Delesalle.

GB 82 TOL 4 car

Jones, Leslie. J.R.R. Tolkien [Texte imprimé]   : a biography / Leslie Ellen Jones.

GB 82 TOL 4 jon

Kloczko, Edouard (1963-….). L’encyclopédie des elfes [Texte imprimé]   : d’après l’oeuvre de J.R.R. Tolkien / Edouard J. Kloczko.

GB 82 TOL 4 klo

Tolkien, John Ronald Reuel (1892-1973). Carpenter, Humphrey (1946-2005). Tolkien, Christopher. The letters of J.R.R. Tolkien / edited by Humphrey Carpenter; with the assistance of Christopher Tolkien.

GB 82 TOL 4 let

Ridoux, Charles. Tolkien [Texte imprimé]   : le chant du monde / Charles Ridoux.

GB 82 TOL 4 rid

Chance, Jane (1945-….). Tolkien and the invention of myth [Texte imprimé]   : a reader / edited by Jane Chance.

GB 82 TOL 4 tol

Galadriel. shyangell. CC : BY-NC-SA. Source : deviantart.

Galadriel. shyangell. CC : BY-NC-SA. Source : deviantart.

Zoom sur les Elfes

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur les us et coutumes de la population elfique, rendez-vous à la cote GB 82 TOL 4 klo. L’Encyclopédie des Elfes, par l’universitaire et spécialiste de la question Edouard Kloczko, répondra à vos questions, aussi bien sur l’histoire et les origines des clans elfiques, que sur leurs écritures. Y figure en outre un thesaurus de vocabulaire, des tableaux de conjugaison, et un lexique d’expressions, à l’image de « I. weg na an fofrin (= l’homme est une créature stupide) », ou « Ni-hepsinë nímo tanco i Orquolin (= C’est bien moi qui ai solidement attaché les Orques) ».

A l’abordage !

Les pirates : forbans, flibustiers, boucaniers et autres gueux de mer, par Gilles Lapouge, éditions Libella, 2012, Paris.

pirates

« Dieu tout-puissant ! Il y a

dans toute chose mauvaise

une essence de bien pour les hommes

qui savent la distiller. »

 

C’est sur cet extrait de Henry V de Shakespeare que s’ouvre l’ouvrage. Gilles Lapouge a pour ambition de lever le voile sur la vie réelle qu’ont mené les « forbans, flibustiers, boucaniers et autres gueux de mer » en s’appuyant sur des écrits véridiques et non sur les mythes construits par la littérature et les films.

Force est de constater que les sources sont peu nombreuses. Reviennent régulièrement comme références les écrits d’Exmelin, d’Avery, de Philip Gosse, … Dans le domaine littéraire, Defoe, Borges, Stevenson, Conrad et Melville se démarquent par la fidélité de leurs ouvrages à la réalité.

Mais, de la même façon qu’ils ne vouaient aucun culte au corps après le trépas, leurs vies et œuvres n’avaient pas vocation à passer à la postérité : « Les forbans ont choisi le néant ou la résurrection, non la confuse survie des épitaphes. »

En effet, choisir la piraterie était un véritable choix de vie. Cela signifiait abandonner sa terre natale sans espoir d’y revenir, et par conséquent abandonner sa famille. C’est un choix qui se faisait par révolte, par colère. Car c’est aussi contre la société dans son entier que le pirate se place. Face à elle, certains ont tenté de donner vie à leurs rêves utopistes. Ces êtres sortis de l’Histoire et du temps en quittant la terre se vouaient à une vie courte, si bien qu’ils acceptaient de mourir sans appréhension. Ils l’acceptaient même dès qu’ils décidaient de rejoindre les rangs des révoltés, comme le fit remarquer Mary Read lors de son jugement : c’est l’acceptation de sa propre mort au cours d’une bataille ou au bout d’une corde qui permettait de distinguer les véritables assoiffés de liberté.

Dans cet ouvrage, vous pourrez découvrir des figures particulières de la piraterie, comme les célèbres Rackham, Black Beard, ou les rares femmes pirates que sont Ann Bonny et Mary Read.

Sont aussi rétablies, entre autres, des vérités sur les tenues ; les rapports avec les femmes, et avec la mer, espace infini tandis qu’une microsociété régie par un règlement strict se crée dans l’espace clos du navire ; leur vision de l’or, purement substantielle. Par exemple, il apparaît que, si les pirates s’en prenaient principalement aux navires marchands, c’était aussi pour leur signification symbolique, la représentation de la société abhorrée.

Si vous désirez en apprendre davantage sur ces thèmes, sur ce « curieux mélange d’horreur et d’utopie », sur « la révolte la plus extrême et probablement la plus longue qu’ait connue l’humanité » (Michel Le Bris), vous trouverez ce livre dans le fonds géographie de la bibliothèque Clignancourt, sous la cote 910.4 (récits de voyage). Vous y trouverez également les deux tomes de L’Histoire générale des plus fameux pyrates, par Daniel Defoe (Les chemins de fortune et Le grand rêve flibustier).

Un point sur le chantier de la nouvelle bibliothèque Clignancourt

exterieur2

Vue du bâtiment de l’extérieur

Le déménagement de la bibliothèque Clignancourt (du 113, rue Championnet au 2, rue Francis de Croisset) est prévu pour le printemps prochain : fermeture du site actuel à partir du 20 avril et réouverture d’ici l’été.

Un peu avant cette période, un droit de prêt étendu en nombre d’ouvrages et en durée sera mis en place pour pallier les inconvénients inévitables occasionnés par cette fermeture.

 Le nouveau bâtiment

La bibliothèque sera installée au cœur du site universitaire : sur une superficie d’environ 3500 m² d’espaces dédiés à l’accueil du public, vous pourrez bénéficier de 110 000 documents en libre-accès, et de 550 places assises.

L’organisation des collections

escaliers

Vue des escaliers au premier étage

Le rez-de-chaussée s’ouvrira sur la banque d’accueil et de prêt. A cet étage seront localisés la presse, les fonds de généralités et vie pratique (secteur jaune), ainsi que les fonds histoire et géographie (rose).

A partir du pôle histoire géographie, les escaliers vous mènent au niveau 1 où se trouveront les fonds philosophie et religion (en orange), les sciences sociales regroupées en bleu (sociologie, droit, économie, sciences politiques, …), et enfin le fonds art et musicologie (violet). Les grandes collections de musicologie des bibliothèques de l’Université seront désormais rassemblées sur le site Clignancourt, à partir de septembre 2013.

espace

Au deuxième étage seront installés les fonds de langues et littératures, principalement en anglais, espagnol et portugais (secteur vert).

mobilier

Le futur mobilier : table de travail, et rayonnages en arrière-plan

 

Les nouveautés

Vous aurez la possibilité dans ces nouveaux espaces d’effectuer vous-mêmes vos emprunts et retours de documents via des automates si vous le souhaitez. Les bibliothécaires seront ainsi plus disponibles pour vous renseigner et vous aider dans vos recherches documentaires.

Cinq salles de travail en groupe accessibles sur réservation, des salles multimédia et de formation seront également à votre disposition.

Le développement de nouveaux services est également à l’étude (consultation nomade, apprentissage des langues, …)

Mais que font-ils donc à la BU Clignancourt ?

Quelques informations en prévision du déménagement de la bibliothèque Clignancourt

Depuis septembre 2012, le chantier en vue du prochain déménagement de la bibliothèque a commencé, et cela se passe dans les salles de lecture. Sans doute avez-vous déjà croisé les équipes chargées de poser des étiquettes sur chacun des livres.

Il y a en réalité deux sortes d’étiquettes : une puce RFID en troisième de couverture et un code couleur au-dessus des cotes. A quoi cela va-t-il donc servir ?

La RFID (Radio Frequency Identication)

La puce blanche apposée en troisième de couverture des livres est propre à chaque livre. En l’activant via la station mobile, elle est liée au code-barres de l’ouvrage. C’est ce système qui permettra à chaque inscrit à la bibliothèque d’effectuer soi-même ses prêts et retours. Des bornes automatiques seront prévues à cet effet.

Pose d’une étiquette RFID

Pose du code couleur

Le code couleur

Il n’est pour l’instant pas utilisé, mais il est important de ne pas le confondre avec l’étiquette rouge qui désigne les ouvrages exclus du prêt, à consulter uniquement sur place. A terme, tous les documents auront une couleur spécifique à leur domaine et à leur salle d’emplacement.

Les rouleaux tels qu’ils sont avant d’être découpés en étiquettes.

La couleur orange regroupe les ouvrages de philosophie, psychologie et religion.

La couleur bleue regroupe les ouvrages de sociologie, économie, politique, droit, sciences de l’éducation.

La couleur verte désigne les ouvrages de langues et littératures (français, anglais, espagnol, portugais).

La couleur jaune désigne les ouvrages de sciences, ainsi que les généralités (fonds vie pratique, guides de voyage…)

La couleur violette est réservée au fonds d’histoire de l’art.

Enfin, la couleur rose regroupe les ouvrages d’histoire et de géographie.

Un chariot de nouveautés et leurs différentes étiquettes.

Categories: Actualités Tags: ,