Archive

Archives de l'auteur

Où trouver des documents en langue portugaise à Paris ?

25/05/2012 un commentaire

Pensant à ceux qui font des recherches en langue portugaise, nous avons regroupé dans cette notice quelques bibliothèques numériques, des librairies spécialisés et des bibliothèques à Paris, en plus de quelques sites qui fournissent des outils pratiques comme des conjugueurs et des correcteurs d’orthographe.

BIBLIOTHEQUES


Bibliothèque du centre Calouste Gulbenkian

39, bd de La Tour Maubourg. 75007 – Paris
Tél : +33 (0)1 53 85 93 93

Spécialisée sur la culture portugaise, la Bibliothèque du Centre Calouste Gulbenkian possède une importante collection dans le domaine des sciences humaines sur le Portugal et les pays lusophones, dont des œuvres du XVIe au XIXe siècle, quelques unes assez rares. Elle est ouverte aux chercheurs, aux étudiants et à toute personne intéressée par le Portugal et les pays lusophones dans les domaines de l’histoire, des coutumes, de la littérature et des arts. L’inscription est gratuite et elle donne le droit au prêt.

A Paris-Sorbonne

Bibliothèque Marcel-Bataillon
31, rue Gay-Lussac. 75005 – Paris
Tél. : +33 (0)1 4051 2536

Bibliothèque Clignancourt
113, rue Championnet. 75018 – Paris
Tél. : +33 (0)1 4925 8654/53

Parmi les bibliothèques de Paris 4, la Bibliothèque Marcel Bataillon (bibliothèque de l’Institut d’Études Ibériques) et la Bibliothèque de Clignancourt dédient chacune une partie de leur fonds aux études ibériques et latino-américaines lusophones. Le prêt est gratuit pour les étudiants de Paris 4 (pour les conditions d’accès à d’autres lecteurs, regarder sur leur site Internet) et leur catalogue est accessible depuis le site de la Sorbonne.

A la Sorbonne nouvelle

La bibliothèque des Études portugaises, brésiliennes et d’Afrique lusophone

17, rue de la Sorbonne (Escalier C – 2e étage). 75005 – Paris
Tél. : (33) 01 40 46 29 19

Encore parmi les bibliothèques universitaires, nous trouvons la Bibliothèque des études portugaises, brésiliennes et d’Afrique lusophone de l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle. Étant liée à l’UFR de Langue Portugaise et au Centre de Recherche sur les Pays Lusophones de cette université, son fonds est spécialisé sur la langue, l’histoire des découvertes, la littérature brésilienne et la littérature africaine. Accessible à tout étudiant de Paris 4 pour consultation, le droit au prêt est réservé à ceux qui peuvent justifier d’études en Portugais .

Les recherches se font par le catalogue des bibliothèques de Paris 3.

BIBLIOTHEQUES NUMÉRIQUES


Sur le site Internet de l’Instituto Camões l’on retrouve, en plus des actualités concernant la langue et la culture portugaises dans le monde, la Biblioteca Digital Camões, qui met à la disposition de manière intégrale non seulement des éditions qui appartiennent au domaine publique mais aussi certaines éditions encore protégées par le droit d’auteur, d’où les plusieurs niveaux d’accès où l’on peut retrouver (lire en ligne ; lire en ligne et imprimer ; lire, imprimer et en sauvegarder une copie).

Sur le site Internet de la Biblioteca Nacional de Portugal (BNP), l’on retrouve, entre autres choses, la Biblioteca digital.

Sur le site de la Fundação Biblioteca Nacional do Brasil, en plus de la Biblioteca Digital, nous retrouvons, sur des onglets comme « Projetos » et « Exposições », des espaces très intéressants consacrés à l’histoire et à la culture brésiliennes.

Le portail Domínio público est un site du gouvernement brésilien qui met à disposition des œuvres littéraires, artistiques et scientifiques sur plusieurs supports : texte, audio, image et son.

LIBRAIRIES SPECIALISÉES EN LANGUE PORTUGAISE


Librairie Lusophone
22, rue du Sommerard
75005 Paris
Tél: 01 46 33 59 39

Librairie Portugal
146, rue Chevaleret
75013 Paris
Tél: 01 45 85 07 82

Librairie Portugaise et Brésilienne
10, rue Tournefort
75005 Paris
Tél. : 01 43 36 34 37

SITES INTERNET

 

Observatório da língua portuguesa

Correcteur d’orthographe en ligne (portugais européen et portugais du Brésil)

Dicionário Priberam da Língua Portuguesa

Heglyn Pimenta
Tutrice de portugais, bibliothèque Clignancourt

La culture hispanique à Paris

Pour faciliter votre apprentissage de l’espagnol, vous trouverez ci-après une liste des principaux centres d’activités culturelles et associations de diffusion de la culture hispanique à Paris.

 

Bibliothèques


Bibliothèque Marcel-Bataillon, Paris Sorbonne
31, rue Gay-Lussac • 75005 Paris  • 01 40 51 25 36

Bibliotèque Octavio Paz de l’Institut Cervantes
11, Avenue Marceau • 75116 París • 01 47 20 70 79

Colegio de España
7E bd Jourdan • 75014 Paris 01 40 78 32 00

Bibliothèque de la Maison du Mexique
Cité Universitaire 9 c Boulevard Jourdan • 75014 Paris

 

Librairies spécialisées en langue espagnole

 

El salón del Libro
21 rue des Fossés Saint-Jacques •  75005 Paris • 09 51 13 86 95

Attica, la librairie des langues
106, boulevard Richard Lenoir •  75011 Paris • 01 49 29 27 27

D’autres librairies non spécialisées proposent de nombreux livres en espagnol dans le quartier Saint Michel.

 

Librairie en ligne


Librairie Hispa

 

 

Centres d’activités culturelles


Institut Cervantes de Paris
7, Rue Quentin Bauchart • 75008 Paris  01 40 70 92 92
Activités culturelles et cours de langues et dialectes ibériques (Galicien, basque et catalan).

Maison de l’Amérique Latine
217, Boulevard Saint-Germain • 75007 Paris • 01 49 54 75 00
Lieu d’échanges et de manifestations culturelles : conférences, expositions…

Colegio de España
7E bd Jourdan • 75014 Paris 01 40 78 32 00

Maison du Mexique
Cité Universitaire 9 c Boulevard Jourdan • 75014 Paris

Maison de l’Argentine
Cité Universitaire 27 a Boulevard Jourdan • 75014 Paris

 

Associations culturelles espagnoles


La Casa Regional Valenciana de Paris
7, rue Jean Macé • 75011 Paris
Fondée en 1947 dans le but de faire connaître la culture de la région de Valence (Espagne). Elle promeut son folklore (costume, musique), sa gastronomie, sa langue et son art.

El hogar de los españoles
10, rue Cristino Garcia • 93210 La Plaine Saint-Denis • 01 48 20 86 77
Fondé en 1926, El Hogar de los Españoles est ouvert tous les week-end et propose à ses adhérents de nombreuses activités culturelles : cours de guitare, de danse, de théâtre, concerts, expositions, ainsi que de nombreuses activités festives : bar a tapas, restaurant.

Casal de Catalunya de Paris
Maison des Associations 6è – Boîte nº 15  60-62, rue de Saint André des Arts • 75006 Paris
Fondée en 1945, l’association diffuse la culture catalane à travers le théatre et les cours de catalan.

Casa Galicia de Paris
91 rue du Ruisseau • 75018 Paris • 01 46 06 02 44          
L’association propose des cours de danse et musique traditionnelle (cornemuse) de la Galice.

Association culturelle latinoamericaine


L’axe des andes
Contact : laxedesandes@live.fr
L’AXE DES ANDES est un centre culturel de diffusion et d’enseignement musical latino-américain situé en plein cœur de Paris. Principales missions : cours d’instruments traditionnels andins et classiques. Diffusion du patrimoine andin populaire et académique.

Emission de radio / Cinéma


El pinguino
EL PINGÜINO est l’émission de radio de la nouvelle scène musicale et culturelle hispanique. Cette émission existe depuis septembre 1989 et est diffusée en direct sur Paris et sa région sur ALIGRE FM 93.1 chaque dimanche de 22h00 à 24h00.

Cinéma Le Nouveau Latina
20, rue du Temple • 75004 Paris • 01 42 78 47 86
Le cinéma Le Latina, créé en 1984, est classé cinéma « d’art et essai ». Cet espace culturel latin, placé sous le haut patronage de l’Union latine, est un lieu de découverte et de diffusion des cinématographies latines.

Musées


Espace Dalí
11 rue Poulbot • 75018 Paris •  01 42 64 40 10

Musée national Picasso
Hôtel Salé  5, rue de Thorigny • 75003 PARIS  
(fermé pour travaux jusqu’en 2013)

Laura Navarro
Tutrice d’espagnol, bibliothèque Clignancourt
Categories: Question de fonds Tags:

Revues.org, un portail de revues en sciences humaines et sociales

Revues.org est un portail en accès libre de revues francophones en sciences humaines et sociales.

On y trouve le dépouillement de près de 310 revues et collections en ligne dont la plupart offre des articles en texte intégral, après une possible période de restriction (de un à trois ans) concernant leurs derniers numéros. Durant cette période, seuls les résumés sont publiés en libre accès. Il peut alors être pertinent de s’identifier au moyen de son sésame (identifiant de Paris-Sorbonne) afin d’avoir un accès élargi à certaines publications via Cairn.

Calenda est le plus important calendrier scientifique francophone en sciences humaines et sociales, il est accessible depuis le site revues.org. Un système d’abonnement aux flux RSS par discipline permet de faciliter la veille des manifestations.

Pour plus d’informations, connaître des astuces de recherche ou être guidé pas à pas dans les différents modes de recherche, reportez vous à la brochure ‘Revues.org’ disponible dans vos bibliothèques, par exemple à Clignancourt.

Claire Cassaigne
Tutrice de géographie, bibliothèque Clignancourt

American national biography online

American National Biography Online est une base de donnée regroupant autour de 17 400 biographies d’hommes et de femmes ayant marqué l’histoire des Etats-Unis. ANB propose une sélection d’articles thématiques offrant une approche pédagogique et synthétique, ainsi que des pistes biographiques et bibliographiques pour les étudiants (ex : Civil Rights movement, Women History, World War II, etc.)

La base est accessible depuis les postes des bibliothèques (rubrique Bibliothèque en ligne, puis Biographies), mais également à distance avec ses identifiants Sorbonne. Le site vous propose d’envoyer les articles consultés sur votre boite mail. L’article entier est envoyé par mail, avec sa bibliographie ainsi que le lien vers l’article original sur le site.

ANB couvre une large période historique mais ne contient que peu de bibliographies réellement contemporaines (personnes encore vivantes). Par ailleurs, cette base à tendance à être plus pauvre en ce qui concerne les biographies des femmes ayant marqué l’histoire (pas de Nina Simone, Angela Davis, Judith Butler, etc.).

Cependant, les biographies, synthétiques mais détaillées ont l’avantage d’être vraiment exhaustives sur les diverses périodes et activités de la personne étudiée.

Cette base peut être d’une grande aide pour situer ou embrasser d’un seul coup d’œil l’importance historique, le contexte, la personnalité de la personne. Contrairement à certaines bases, les champs d’activité abordés ne s’arrêtent pas strictement à l’histoire et à la politique. On y trouve aussi les bibliographies d’acteurs, peintres, sportifs, etc. ANB a enfin l’intérêt d’être très facile d’utilisation et d’offrir des bibliographies indicatives pour chacune des biographies présentées ainsi qu’une très large collection de photos et illustrations.

Claire Niedzwiedzki
Tutrice d’anglais, bibliothèque Clignancourt

Découvrir la littérature sud-africaine, Zakes Mda

Zakes Mda, peintre, poète et dramaturge Sud Africain, a enseigné la littérature africaine au Lesotho et aux Etats-Unis. De retour en Afrique du Sud en 1995, il publie son premier roman She Plays with the Darkness, puis Le Pleureur (Dapper, 1999). Au pays de l’ocre rouge, son troisième roman, a reçu le prix du Commmonwealth en 2001. Son quatrième roman La Madone d’Excelsior est paru au Seuil en 2004. Il a ensuite écrit la pièce de théâtre La Route portée à la scène par Ewlyne Guillaume (France, 2007, filmée par François Dubreuil).

Le roman : en 1971, dix-neuf citoyennes d’Excelsior sont accusées d’avoir enfreint « L’Apartheid Immorality Act » qui interdisait les relations sexuelles entre blancs et noirs. Zakes Mda s’inspire de ce fait pour écrire l’histoire d’une famille au cœur de ce scandale. Nikki, la madone déchue transgresse les interdits par amour, ses choix auront alors des répercussions sur les vies de son fils noir Viliki, et de sa fille métisse, Popi, qui grandissent dans l’Afrique du sud d’après l’Apartheid. La Madone d’Excelsior, illustrée par les peintures de l’auteur est une description authentique, haute en couleurs et brillante de la vie en Afrique du Sud et de ses changements depuis les années soixante-dix.

“The strange thing was that there was only one queue. Not two, as was the case not so long ago: a slow long queue for blacks and a quick short one for whites. One queue now, for all the colours of the rainbow.”

Le roman est disponible à la bibliothèque Clignancourt, cote : AF 82 MDA 3 mad.

Magali Lauret, stagiaire à la bibliothèque Clignancourt

Les technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement musical

Tuteur à la bibliothèque Michelet, Nazim Ould Ali, étudiant en master 2 musique et musicologie à Paris-Sorbonne, nous parle de son sujet de recherche.


« Le développement des technologies de l’information et de la communication (TIC) au XXème siècle et au début du XXIème siècle a profondément bouleversé nos modes de vie induisant de nouvelles pratiques qui ont donné à notre quotidien plus de rythme et de confort. Même si de nombreuses critiques de ces nouvelles technologies fusent de part et d’autre, un retour à un mode de vie moins fourni en technologies relève bien évidemment de la pure fiction tant l’apparition de la moindre innovation produit un effet d’euphorie quasi immédiat qui se traduit par une course à son acquisition et des chiffres de consommation hallucinants.
Si tous les domaines tels que les transports, la finance et la santé semblent avoir bénéficié très amplement des avancées technologiques, il est un domaine qui n’est pas en reste : celui de l’enseignement.
Si autrefois, l’introduction du tableau noir et de la craie ont révolutionné les pratiques d’enseignement dans les écoles de par leur aspect innovant pour l’époque, ces moyens paraissent aujourd’hui bien archaïques devant la plénitude d’outils technologiques dont peut disposer l’enseignant du XXIème siècle et en faire usage dans le cadre de ses activités pédagogiques.

A travers la situation observée, les technologies de l’information, de la communication et de la création pour l’enseignement (TICCE)  ont intégré l’enseignement musical.

Ainsi, le mémoire que je rédige en ce moment, aura notamment pour objet d’examiner au moyen d’observations et d’enquêtes leur emploi en se penchant sur l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication dans l’enseignement de la musique à travers les collèges de différentes régions de France.
Une telle étude ne pourra se passer d’évoquer des logiciels éducatifs et des programmes multimédias pertinents contribuant à faciliter l’apprentissage et/ou l’enseignement de la musique. Un survol de quelques applications (Crescendo, Progressivo, Solfegis 2, Musicalis…) permettra ainsi de donner un aperçu sur les toutes dernières innovations destinées au domaine pédagogique.

Je n’en dirai pas plus, et espère vous avoir suffisamment accroché pour vous inciter à consulter le mémoire, après l’avoir soutenu et déposé à Paris-Sorbonne… « 

Nazim Ould Ali

Categories: En coulisses Tags: , ,

Démarrer sa recherche bibliographique : parole de tuteur.

22/06/2011 un commentaire

Sébastien Gougibus, tuteur à la bibliothèque Michelet et doctorant en histoire de l’art, nous livre quelques clés pour bien démarrer ses études en ce domaine :

« S’il est un problème qui se pose à tout étudiant pendant son cursus, c’est celui de la recherche bibliographique. Que cela soit pour un exposé à préparer ou un mémoire de recherche, la première étape est bien souvent l’une des plus difficiles : trouver des informations sur le sujet, ne pas se contenter des livres généraux mais parvenir à explorer le thème choisi au travers des articles, des publications les plus récentes et les plus averties.

Le bon réflexe que l’on se doit d’acquérir pendant les premières années, celles de Licence, c’est d’aller consulter les ouvrages des grandes collections, telles que Citadelles et Mazenod, L’Univers des Formes, les manuels de l’École du Louvre, bref tous ces livres qui, au-delà de leur contenu scientifique, valent par leurs riches bibliographies. Celles-ci constituent un excellent point de départ.
Mais, bien entendu, cela ne suffit pas.
L’étudiant doit ensuite se tourner vers tous les outils informatiques qui sont aujourd’hui mis à sa disposition par les bibliothèques et, notamment, par les bibliothèques de la Sorbonne.
Ce sont les catalogues de recherche comme celui de la bibliothèque Michelet, ou encore le SUDOC qui interroge les bibliothèques universitaires en France.

Ce sont également les bases de données qui donnent accès, en tant qu’étudiant de Paris-Sorbonne, à un grand nombre de services, comme le dépouillement de revues qui permet de connaître les articles parus sur un sujet donné, ou encore la lecture de ces articles en full-text, ce qui est, je parle en connaissance de cause, bien pratique!
Bref, la recherche bibliographique est un travail en soi, qui conditionne la réussite de tout travail universitaire. Comme toute chose, cela s’apprend et il ne faut pas hésiter à demander des conseils, de l’aide aux personnels des bibliothèques qui sont là pour répondre à vos questions. Et je pense notamment aux tuteurs, dont j’ai fait partie cette année, et qui vous guideront dans l’utilisation de tous ces outils dont vous ne pourrez ensuite plus vous passer. »

-Signets du Service commun de la documentation de Paris-Sorbonne en histoire de l’art

-Signets du Service commun de la documentation de Paris-Sorbonne en archéologie

Sébastien Gougibus
Photo : Fabrice Cicard

Étudiant en histoire de l’art : « Mais que vas-tu devenir ? »

08/06/2011 2 commentaires

Le Service commun de la documentation de Paris-Sorbonne a recours à des tuteurs, étudiants à partir du master, qui ont un rôle actif et diversifié au sein des bibliothèques.

Portrait et impression de Florence Barsotti, tutrice à la bibliothèque Michelet :

Florence

« Voilà une question à laquelle nous, étudiants en histoire de l’art, sommes souvent confrontés.

L’histoire de l’art peut se vivre comme une passion et être une affaire sérieuse. Aujourd’hui, l’université avec les moyens pédagogiques qu’elle met au service de l’étudiant est de moins en moins un lieu anonyme, aspirant l’étudiant dans un monde si différent de celui du lycée.

L’un des ces outils pédagogiques est le tutorat qui se décline sous diverses formes. À Paris-Sorbonne, sur le site de l’Institut d’histoire de l’art et d’archéologie, il existe un tutorat d’accompagnement, un tutorat en bibliothèque et un tutorat de langue française.
Ce dernier aide les étudiants à travailler leur expression écrite et à renforcer leur français, dont les professeurs notent souvent la faiblesse.

Je m’attarderai particulièrement sur les deux premiers que j’assure maintenant depuis trois ans : ce fut d’abord le cas en même temps que mon master pendant deux ans, puis conjointement avec la préparation du concours de conservateur du patrimoine.

À la bibliothèque Michelet, le tuteur peut guider l’étudiant dans ses recherches, l’aider à trouver un ouvrage et l’initier aux ressources électroniques qui sont des outils d’une grande richesse et dont il n’a souvent pas connaissance.
Le tutorat d’accompagnement se fait en petit groupe, permet de mettre au point une méthode de travail efficace, de s’entraîner au commentaire de document et à la dissertation. Le tutorat rend possible l’échange, l’entraide entre les étudiants, qui peuvent se sentir perdus au milieu de leurs nombreux camarades.

L’expérience des tuteurs est aussi partagée et permet aux étudiants de penser au-delà des partiels et de commencer à esquisser un projet. On peut dès lors enrichir une licence d’histoire de l’art d’une licence dans un autre domaine, poursuivre en master, mais aussi mettre la théorie en pratique en faisant des stages.

Ainsi, ce seront peut-être les musées, et donc le concours de conservateur du patrimoine, qui nous attirerons, ou le marché de l’art, ou encore l’enseignement et la recherche.

La formation en histoire de l’art doit être envisagée comme un moyen et non comme une fin pour pouvoir vivre notre passion. »

Florence Barsotti

Scielo, des revues en accès ouvert pour le monde ibérique et latino-américain

En accès libre, Scielo est une plate-forme multidisciplinaire de publication de revues scientifiques en constante évolution pour les étudiants en sciences humaines ou en sciences exactes. Cette ressource permet un accès à plus de 750 revues scientifiques ibériques et latino-américaines et à plus de 290 000 articles en texte intégral.

Scielo est un outil fondamental pour la recherche, car il propose l’accès à des revues scientifiques très connues dans le monde ibérique et latino-américain. Il est à noter que cet outil s’adresse aussi bien aux hispanistes et aux étudiants en portugais qu’à tous ceux qui souhaitent établir une comparaison avec les recherches conduites en Espagne, au Portugal et en Amérique latine.

Recherchez et retrouvez simplement les différents documents dont vous avez besoin à l’aide des différents modes de recherche proposés (par mots clés, par thèmes ou par revues).

Le plus : lorsque vous cliquez sur un article, une barre de services située à gauche vous offre plusieurs possibilités dont celle de traduire l’article ou de l’envoyer par e-mail.

A noter : le portail et les articles étant intégralement en espagnol ou en portugais, il est important de bien maîtriser ces langues. Néanmoins, la plate-forme est accessible également en anglais. De surcroît, grâce à la barre de services située à gauche des articles, une traduction directe des articles est possible vers plusieurs langues, dont le français.

Laura Navarro

Lion, une ressource électronique pour la littérature anglophone

LION est un outil de recherche précieux pour les étudiants en sciences humaines, en particuliers pour les anglicistes et littéraires (théorie et critique), les historiens et les sociologues. Simple d’utilisation, il vous donnera accès à de nombreuses parutions et publications anglophones parfois difficiles à trouver, ainsi qu’à des informations pertinentes concernant les biographies et bibliographies des auteurs.

Recherchez et trouvez simplement les différents documents dont vous avez besoin à l’aide des différents modes de recherche. À votre disposition, des ressources multimédia, des textes intégraux ainsi que les articles critiques qui s’y rapportent, des collections privées de recueils, des anthologies et ouvrages de références… Le plus : LION vous permet d’archiver vos documents de recherche après la création rapide d’un compte. Un lien vers une aide détaillé concernant l’utilisation du site vous guidera tout au long de votre recherche.

Le portail et les articles étant intégralement en anglais, il est important de bien maîtriser la langue pour pouvoir mettre à profit les différentes fonctionnalités de LION.

Pour plus d’information reportez-vous aux signets ‘LION’ disponible à la bibliothèque Clignancourt à Championnet.

Syntia Bras