Archive

Articles taggués ‘doctorants’

Semaine internationale du libre accès

En 2014, la Semaine internationale du libre accès (Open Access Week) fêtera sa 7ème année. Cet évènement mondial permet à la communauté scientifique de mieux connaître les avantages du libre accès, de partager ses connaissances et ses expériences entre collègues, et de contribuer à la promotion de l’accès ouvert.

Libre Access-2Le thème de l’édition de cette année s’intitule « Génération libre accès ! » (Generation Open !). Les doctorants et les jeunes chercheurs seront donc les publics privilégiés, afin de mettre en valeur l’importance de leur engagement en faveur de ce mouvement. L’Université Paris-Sorbonne, par le biais du SCD (Service Commun de Documentation), y participe pour la première fois et s’associe pour l’occasion avec l’UPMC (Université Pierre et Marie Curie), avec le soutien du consortium Couperin et du projet européen FOSTER (Facilitate Open Science Training For European Research).

Plusieurs évènements sont programmés sur les deux sites :

I – Conférences :

- Conférence « Libre accès et nouveaux modèles de publication », le 14 octobre de 18h à 20h, apéritif de 20h à 21h : A l’UPMC, site Jussieu, bât. Esclangon, amphi Astier

En savoir + et s’inscrire

- Table ronde « Hack your PhD », le 20 octobre de 17h à 19h, apéritif de 19h à 20h : A Paris-Sorbonne, Maison de la Recherche, Salle des conférences D035

En savoir + et s’inscrire

II – Ateliers « Le libre accès en pratique »du 15 au 21 octobre

Ils ont lieu à l’UPMC pour les sciences et la médecine (site Jussieu, bât. Atrium)  et à Paris-Sorbonne pour les sciences humaines, arts et lettres (site Sorbonne, salle D681). Ces ateliers pratiques d’une durée d’une heure permettent d’aborder en petits groupes (15 personnes dans une salle informatique) différents thèmes pour utiliser au mieux les ressources en libre accès.
Trouver des publications en libre accès – de 12h à 13h le 15/10 et le 20/10 à l’UPMC et le lundi 20 de 14h30 à 15h30 à la Sorbonne
« Dépôt party »: venez déposer vos publications dans HAL – de 13h à 14h le 15/10 et le 20/10 à l’UPMC et le lundi 20 de 15h30 à 16h30 à la Sorbonne
Les services HAL : créez votre page chercheur – de 12h à 13h le 16/10 et le 21/10 à l’UPMC et le jeudi 16 de 16h à 17h à la Sorbonne
Les services HAL : les collections pour mettre en valeur vos publications – de 13h à 14h le 16/10 et le 21/10 à l’UPMC et le jeudi 16 de 17h à 18h à la Sorbonne
Retrouvez le programme de tous les événements organisés en France sur le site Open Access Week France

Informations pratiques
Contacts : helene.broms(at)paris-sorbonne(point)fr pour les évènements programmés à Paris-Sorbonne
et halupmc(at)upmc(point)fr pour ceux organisés par l’UPMC
Ouvert à tous / Gratuit / Sur réservation
Les réservations pour les conférences et les ateliers se font directement sur le site : www.oaweekfrance.org

Un nouvel espace à la bibliothèque Serpente … et le 1er n° de sa « news » !

La bibliothèque Serpente inaugure en ce mois d’avril un espace entièrement dédié aux besoins de la recherche en sciences humaines. Ce fonds, qui pourrait s’apparenter à la « documentation professionnelle » de l’apprenti chercheur ou du chercheur plus confirmé, a reçu une cote spécifique afin de bien le différencier du reste des collections en libre-accès. C’est la cote IST (pour Information Scientifique et Technique). Elle est subdivisée en 6 sous- classes correspondant à de grandes thématiques : IST a (pour droit d’auteur et bibliométrie), IST c (pour concours agrégations), IST m (pour ce qui a trait à la méthodologie/formation), IST n (pour les outils numériques en SHS), IST t (pour thèse et mémoire), IST u (pour le monde de l’Université).

Cela représente environ une cinquantaine d’ouvrages, qui étaient jusque là disséminés dans le fonds général ou professionnel de la bibliothèque, et donc plus difficilement visibles. Le fonds sera régulièrement enrichi par de nouvelles acquisitions dont voici une sélection des plus récentes :
Politiques universitaires et politiques de développement/dir. Alain Renaut (PUPS)
politiques  Les mobilités étudiantes/Valérie Erlich (Documentation Française)
Dis moi qui te cite, et je saurai ce que tu vaux/Pascal Pansu, …(PUG)
L’histoire contemporaine à l’ère numérique/Frédéric Clavert (Peter Lang)
Le traitement des données en histoire et sciences sociales/Martine Cocaud

Un peu plus anciens, mais essentiels :
L’art de la thèse /Michel Beaud (La découverte)
Un genre universitaire : le rapport de soutenance de thèse/Claudine Dardy (PUS)
La formation des doctorants à l’information scientifique et technique/dir. M. Durand-Barthez (Enssib)
Le mémoire de master/Michel Kalika (Dunod)
Faire profession d’historien/Patrick Boucheron (PUPS)
Le traitement des données en histoire et sciences sociales/Martine Cocaud (PUR)

Fonds Ist 3En plus des ouvrages, le fonds est constitué également de « dossiers d’actualité » rassemblant des articles parus dans le Monde.fr principalement sur le thème de la bibliométrie, mais aussi des numéros thématiques de revues en sciences de l’information. On y trouve des informations sur le droit d’auteur, les réseaux de l’IST, les ressources pédagogiques numériques (MOOCS…),  les modalités et règles de l’Open Access. Sans oublier les aide-mémoire du doctorant de Paris-Sorbonne et du MESR, la bibliographie complète du programme de l’agrégation d’histoire contemporaine ou encore les formations de l’URFIST etc…
A la différence des livres, ces dossiers sont à consulter sur place ou à photocopier.
Ce fonds est situé à côté de celui sur la littérature du voyage (après tout la recherche peut aussi s’apparenter à une forme de voyage…)

La bibliothèque Serpente lance également en ce mois d’avril sa « newsletter» où sont rassemblées toutes les informations du mois. Au sommaire, outre la présentation du nouveau fonds : thématique en lien avec l’actualité, nouvelles acquisitions, formations, agenda ( rencontre avec des auteurs, séminaire…). Vous y trouverez même une annonce d’un « genre » un peu particulier, mais chut, c’est un « scoop » !

Rien que pour les doctorants !

L’agence bibliographique de l’enseignement supérieur – ABES – a entre autre missions celle de mettre en œuvre la politique de gestion documentaire des thèses pilotée par le MESR (Ministère de l’Enseignement supérieur). Pour cela, elle propose aux doctorants une page dédiée sur son site.
Intitulé « Espace pour les doctorants » on y trouve diverses informations, les textes réglementaires comme l’Arrêté du 7 août 2006 relatif aux modalités de dépôt, de signalement, de reproduction, de diffusion et de conservation des thèses ou des travaux présentés en soutenance en vue du doctorat, mais aussi le guide du doctorant dont une nouvelle version vient d’être mise en ligne dans le paragraphe « Signalement, dépôt, conservation et valorisation d’une thèse ».
Ce guide à destination des futurs doctorants se veut commun à tous les établissements habilités à délivrer le doctorat. Il n’intègre donc pas les spécificités propres à l’Université Paris-Sorbonne en ce qui concerne les modalités de dépôt électronique. Pour cela, il faut se reporter au site du bureau de la valorisation .

Au sommaire du guide :
1) le signalement des thèses en France : signaler une thèse soutenue est une obligation légale pour l’établissement habilité. Deux outils sont utilisés pour cela : le catalogue collectif  SUDOC, qui permet de localiser monographies et périodiques, mais aussi les thèses (utiliser pour cela la recherche avancée), et le portail national Theses.fr qui recense toutes les thèses, y compris celles en préparation et propose une interface spécifique (voir le billet consacré à Theses.fr).

2) la structure et la présentation de la thèse : feuille de style et bibliographie
A savoir : l’Université Paris-Sorbonne n’impose pas de feuille de style à proprement parler mais la première et la quatrième de couverture sont en revanche obligatoires avec le logo de l’Université.
Une formation à l’utilisation d’une feuille de style est proposée par le SCD (service commun de documentation) à la Maison de la Recherche le mardi 11 juin en salle 219 de 9h30 à 12h30 ou de 14h à 17 h. Inscriptions auprès du secrétariat de votre Ecole Doctorale
Pour la bibliographie, en cas de doute sur le format à utiliser (qui peut différer suivant les Ecoles doctorales), le plus sûr est de se reporter à la norme Afnor Z44-005 « Références bibliographiques, contenu, forme et structure » disponible dans toutes les bibliothèques. Des exemples de présentation – quel que soit le type de référence – sont également en consultation à la bibliothèque Serpente (à demander à l’accueil). Si vous utilisez un logiciel de gestion de références bibliographiques Zotero ou Refworks, vous pouvez générer votre bibliographie à partir des styles proposés (APA, MLA, Chicago etc) que vous pouvez aussi personnaliser.
A savoir : une formation au logiciel Zotero est organisée en salle 219 à la Maison de la Recherche le lundi 10 juin de 9h30 à 12h30 et le mercredi 12 juin de 9h30 à 12h30.Inscriptions : voir ci-dessus
3) La valorisation de la thèse : après la soutenance vient le temps de la valorisation de votre travail. Diffuser sa thèse permet de la faire connaître au plus grand monde et de faire ainsi avancer la recherche. La mise à disposition de la thèse à l’intérieur de l’établissement de soutenance est obligatoire (communication sur place, à la bibliothèque, pour une thèse déposée sur support papier ; diffusion via l’Intranet pour une thèse déposée sur support électronique). Il est donc possible d’interroger le catalogue local des bibliothèques de l’Université en sélectionnant le filtre « thèses et mémoires » pour trouver une thèse. Rappel : les thèses papier entre 1986 et 2009 sont conservées à la bibliothèque Serpente où elles peuvent être consultées sur place.Les thèses électroniques sont accessibles depuis les postes fixes de toutes les bibliothèques en texte intégral (sauf confidentialité) mais il est interdit de les télécharger ou de faire des copier-coller.
La question de la diffusion sur Internet fait débat. A l’Université Paris-Sorbonne, seules les meilleures thèses sont diffusées sur le portail e-sorbonne (et sur le Sudoc et Theses.fr.) avec l’autorisation de leur auteur. Toutefois il faut savoir que vous avez toujours la possibilité de déposer vous-même gratuitement votre thèse sur l’archive ouverte TEL qui vise à promouvoir l’autoarchivage en ligne des thèses et HDR.
Certains craignent que la diffusion de leur thèse facilite le plagiat ou empêche la publication ultérieure chez un éditeur commercial. Ces craintes sont aujourd’hui de moins en moins fondées car comme le rappelle l’ABES dans son guide du doctorant : « Plus un texte est référencé et visible sur Internet, plus il est difficile de le plagier. En effet, la date de dépôt dans une archive ouverte (par exemple) fait foi et permet de prouver juridiquement la paternité de son œuvre »
Et surtout : le fait de publier sa thèse sur Internet n’empêche pas de la publier chez un éditeur commercial.
4) l’édition commerciale
Une première étape vers la publication est celle proposée par le service « thèses à la carte » de l’agence nationale pour la reproduction des thèses l’ANRT. Il permet, après signature d’un contrat de diffusion, l’impression de la version de soutenance dans un format livre. L’impression se fait à la demande et l’ANRT se rémunère à la vente de la thèse publiée.
Si vous souhaitez passer par un éditeur commercial, il vous faudra signer un contrat de diffusion. Comme le rappelle le guide du doctorant : « Soyez vigilants : ne signez pas de contrat d’exclusivité si vous souhaitez pouvoir diffuser votre thèse par un autre biais« . Certaines thèses de l’Université ont été publiées aux PUPS .
Si vous voulez en savoir plus sur le circuit de la thèse à Paris-Sorbonne, deux ateliers sont organisés à la Maison de la Recherche en salle 219 le jeudi 13 juin de 14h à 16h et le vendredi 14 juin de 10h à 12h. Inscriptions auprès des Ecoles doctorales.

Le séminaire Les Humanités numériques en revue

photo-billet-seminaire-open-contextDans le but de perfectionner leur savoir-faire documentaire et de valoriser leurs projets de thèse, 43 doctorants de Paris-Sorbonne ont participé, le 9 janvier, au séminaire Les Humanités numériques, organisé par la bibliothèque Serpente et le Service Commun de la Documentation (SCD) de l’université.

La journée a débuté avec l’intervention de la responsable de la bibliothèque Serpente, Hélène Broms, sur les circuits de la thèse – du dépôt à la diffusion en ligne – tant à Paris-Sorbonne comme qu’en France en général. En outre, cet exposé nous a fait découvrir plusieurs plateformes, françaises et internationales, hébergeant des travaux universitaires et des thèses, telles que e-Sorbonne, Thèses.fr, TEL (thèses-en-ligne), DART Europe et ProQuest Dissertations & Theses. Cette dernière a d’ailleurs fait l’objet d’une présentation plus approfondie, réalisée par la formatrice Françoise Devillard. Nous avons ainsi appris que Proquest regroupe surtout des thèses américaines et canadiennes – même si elle se veut de plus en plus internationale – et offre à ses usagers plusieurs fonctionnalités et instruments de recherche.

La matinée s’est achevée par le panorama de la publication et de l’édition numérique en Sciences Humaines et Sociales (SHS), présenté Annaig Mahé, de l’Urfist de Paris. Après avoir donné un aperçu de l’évolution de ce champ, elle a aussi fait le point sur l’offre actuelle des revues en ligne et portails numériques (Gallica, Persée, Cairn.info, Erudit, Directory of Open Access Journals, Project Muse, etc.), ainsi que des discussions autours des thématiques du libre accès et des archives ouvertes.

Au cours de l’après-midi, les participants ont encore assisté à deux présentations. Tout d’abord, à celle de Delphine Cavallo sur le portail Open Edition, qui regroupe la plateforme Revues.org (revues SHS en libre-accès), ainsi que les plateformes Calenda (calendrier scientifique en SHS) et Hypothèses (blogs scientifiques) et bientôt OpenEdition books. Ensuite, l’on a écouté Sébastien Porte, éditeur aux Presses Universitaires de la Sorbonne, parler du paysage éditorial en SHS et de la transformation d’un travail de recherche en livre ou e-book.

La conclusion de cette longue et – nous espérons – fructueuse journée a été menée par Marie-Madeleine Martinet, professeur déléguée aux humanités numériques et aux systèmes d’information à Paris-Sorbonne.

Pour ceux qui n’ont pas pu être présents ou pour ceux qui aimeraient revoir le contenu du séminaire, la plupart des présentations sont disponibles en ligne, sur le compte slideshare des bibliothèques de Paris-Sorbonne (liens ci-dessous) :

1. « Le circuit de la thèse », par Hélène Broms

2. « Le panorama général de la publication et de l’édition numérique en SHS », par Annaig Mahé

3. « Le portail Open Edition », par Delphine Cavallo

4. Le guide de la plate-forme Proquest Dissertation and Texts : The Humanities and Social Sciences Collection

 Photo : Opencontext (Wikimedia Commons)

Doctorants, pensez à vous former aux technologies de l’information

formation_urfist

Les doctorants de Paris-Sorbonne souhaitant s’initier ou se perfectionner aux nouvelles technologies documentaires peuvent profiter des formations proposées par l’Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique (Urfist), dont la principale mission est de développer l’usage de l’information scientifique et technique dans l’enseignement supérieur français.

Ces formations sont assurées par des conservateurs des bibliothèques et des maîtres de conférences et portent sur divers sujets, tels que la recherche d’information, les usages des outils web, l’évolution des traitements de l’information (Web 2.0 et Web sémantique) et le traitement de l’édition scientifique en ligne.

Elles prennent la forme de stages et d’ateliers d’une demi-journée à deux jours et se déroulent à Paris, au 17, rue des Bernardins, dans le 5e arrondissement, où se situe le siège de l’organisation. Les inscriptions sont gratuites et se font en ligne directement sur le site de l’Urfist.

Ci-dessous vous trouverez une sélection des prochaines activités de l’Urfist ouvertes aux doctorants. Pour voir l’offre complète, veuillez vous diriger vers la rubrique “Formations” de leur site.

16/1/2013
Mozilla Firefox / Google Chrome : les extensions pour naviguer efficacement
Horaires : 9h30/12h30 – 14h00/17h00

5/2/2013
Module Web 2.0 : Pratiques et enjeux des réseaux sociaux dans la recherche et la carrière scientifique
Horaires : 10h-17h

22/2/2013
Gérer avec efficacité ses flux d’informations: initiation aux outils de gestion bibliographiques (Zotero)
Horaires : 10h-17h

25/2/2013
Cartes heuristiques : éléments théoriques et usages en contexte universitaire
Horaires : 9h30-16h30

Photo : Urfist de Paris  (Creative Commons BY)

Formation aux humanités numériques

Le service commun de la documentation (SCD) organise en janvier prochain un cycle de formation à la maîtrise de l’information en sciences humaines et sociales (SHS) à l’âge du numérique.

L’objectif majeur est de permettre aux doctorants d’acquérir de nouveaux savoirs et savoir-faire documentaires qui leurs seront nécessaires à la conduite de leur projet ou qui pourront enrichir leurs recherches. De plus, les compétences informationnelles sont de nos jours essentielles pour pouvoir intégrer le marché du travail, à plus forte raison lorsqu’on se destine à une profession de chercheur où il est crucial de savoir identifier un besoin d’information et d’être capable de trouver l’information adéquate, puis de l’évaluer et de l’exploiter.

Le cycle sera inauguré le 9 janvier, à la Maison de la recherche, par le séminaire Les Humanités numériques, au cours duquel seront présentés, par des membres du SCD et des intervenants extérieurs, les nouveaux enjeux de l’information scientifique. À cette occasion, l’on pourra entendre, par exemple, la responsable de la bibliothèque Serpente parler du dépôt électronique de la thèse à Paris-Sorbonne, un membre de l’équipe du Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO) présenter le portail OpenEdition, une formatrice de l’unité régionale de formation à l’information scientifique et technique (URFIST) faire un panorama de la publication et de l’édition numérique en SHS englobant les thématiques du libre accès et des archives ouvertes et un éditeur aux Presses universitaires de la Sorbonne (PUPS) présenter  le paysage éditorial en SHS.

Les contenus de cette journée seront approfondis par 16 ateliers de 3 heures, ouvert chacun à 15 doctorants, qui se dérouleront entre le 14 et le 31 janvier dans les salles informatiques de la Maison de la recherche. Ils seront axés sur trois thèmes :

a) Rechercher et gérer l’information : élaborer une stratégie de recherche documentaire à partir de son sujet de thèse ; connaître et maîtriser les fonctions avancées des outils de recherche documentaire : bases de données, catalogues ; organiser une veille documentaire (fils RSS) ;

b) Exploiter l’information bibliographique et rédiger sa thèse : utiliser les fonctionnalités avancées d’un logiciel de gestion bibliographique (Zotero) et organiser efficacement sa documentation ; structurer sa thèse pour assurer une cohérence de présentation à l’aide de feuille de style ;

c) Publier et valoriser son travail de recherche : connaître le fonctionnement de l’édition scientifique et les problématiques du droit d’auteur qui lui sont liées ; maîtriser le circuit de la thèse à l’Université et au plan national pour mieux la valoriser.

Alors si vous êtes doctorant et si cela vous intéresse, n’hésitez pas à vous inscrire auprès de votre école doctorale, il reste encore 20 places pour le séminaire du 9 janvier. En revanche, tous les ateliers sont déjà complets. Néanmoins, dû à ce grand succès, le SCD envisage d’ouvrir d’autres formations courant 2013.

Il convient de rappeler que la bibliothèque Serpente offre aux étudiants de Doctorat voulant découvrir les ressources électroniques de Paris-Sorbonne un accompagnement individualisé les samedis, sur rendez-vous (inscription au bureau d’accueil de la bibliothèque). Sont également disponibles à Serpente des dépliants présentant les ressources de la bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne pouvant intéresser les étudiants de chaque école doctorale.

Photo : http://www.sxc.hu/

Séminaire des Aspects concrets de la thèse

Depuis le 4 novembre 2011 se tiennent régulièrement des journées qui abordent « les aspects concrets de la thèse au prisme de « l’Institution Universitaire ». On entend par là l’Institution au sens lourd : ce Léviathan instructeur, cette machine autoreproductrice, cette bureaucratie kafkaïenne croqueuse de vacataires… Mais pas seulement. Nous voulons aussi appréhender l’institution de manière sensible, à travers son quotidien, ses individualités, ses aspirations enfouies, ses transformations ; donner à voir les personnes dissimulées derrière la civilité feutrée du monde académique, reconnaître les espaces de libertés et les forces créatrices derrière les échanges convenus de tables rondes. En somme, nous cherchons à démystifier l’université ».(1)

La prochaine journée, le 19 mars de 17h à 19h à l’EHESS (2), s’attachera à La psychologie du thésard.

Attention : ne pas rater la journée du 2 avril consacrée à « L’Homo academicus de P. Bourdieu, 25 ans après ».

(1) Publié par Julien Gilet dans la lettre électronique de Revue.org,  Bulletin N° 150 du mardi 06 mars 2012

(2) EHESS, salle 8
105  bd Raspail
75006 Paris