Archive

Articles taggués ‘ebook’

E-books : Lancez-vous dans la lecture en ligne

e-book-wiki-commons-Maximilian-SchönherrLa bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne vous donne accès, par les biais de plusieurs plateformes, à des milliers de livres numériques. Ces ouvrages sont accessibles de n’importe quel poste de l’université ou de chez vous, par l’accès à distance.

La Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) offre également aux étudiants de Paris-Sorbonne qui y sont inscrits (voir conditions d’inscription) un large éventail d’e-books. Dans la plupart des cas, les domaines couverts par cette bibliothèque en ligne recoupent ceux de la bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne.

A titre indicatif, on peut citer les plateformes des collections en ligne des presses des universités britanniques Oxford et Cambridge. Oxford scholarship online intéressera surtout les étudiants en philosophie, qu’y retrouveront 1 270 titres en texte intégral. Mais d’autres peuvent aussi y trouver leur bonheur, car Paris-Sorbonne a également acheté 93 livres en histoire, 73 en littérature, 38 en musicologie et 70 dans la collection Classical Studies.

En revanche Cambridge Histories Online plaira surtout aux étudiants en histoire. On y retrouve 300 volumes couvrant plusieurs domaines de la discipline, de l’histoire des aires géographiques et culturelles à l’histoire économique, en passant par l’histoire religieuse, littéraire, de la philosophie, de la musique, de la pensée politique et du livre.

Et pour finir, une plate-forme multidisciplinaire pouvant être utile au plus grand nombre : Dawsonera. Cette base, accessible par le site de la BIS, vous offre la consultation du texte intégral de 107 titres et du résumé de presque 250 000. En outre, vous avez la possibilité de suggérer des achats. Plus un livre est demandé, plus son score monte et plus il a de chance qu’il soit acheté et, par conséquent, mis en ligne à votre disposition.

Pour plus d’informations sur ces ressources, dirigez-vous vers les menus de livres électroniques de la bibliothèque en ligne de Paris-Sorbonne et de la bibliothèque en ligne de la BIS.

Essayez aussi :

Open Edition Books

Encyclopédies de poche Que sais-je? et Repères

Numilog, la bibliothèque de prêt en ligne

Photo : Maximilian-Schönherr (Wikimedia Commons)

La seconde vie des veuves bibliophiles

Madame Veuve Petitfeu a fait don le 21 mars 1863 à l’Université de la bibliothèque de 4378 volumes de son vénéré et défunt mari. Un soir d’hiver, Paul Petitfeu voulut rappeler à Madame l’heure du souper mais, horreur, sa pipe d’écume tomba à terre sur le tapis persan. Elle se brisa derechef et il s’effondra, terrassé par la perte.

Devant l’ immense espace domestique dégagé, face aux perspectives nouvelles assaillant l’horizon de la reconquête, Mme Vve Petitfeu de son vrai nom Désirée Bertonneau décida de faire le tour du monde en transatlantique à 48 ans.

Les escales la ravirent, elle respirait enfin l’air marin et non la pipe mal éteinte de son pauvre vieux mari sans compter la poussière des volumes patiemment collectés au gré de ses marottes historiques.

Sur le bateau, elle rencontra 3 autres veuves de bibliophiles. Elles fondèrent aussitôt un club de danse et de whist. Elles écrivirent un roman à plusieurs mains lorsque le temps ne se prêtait pas à sortir, roman léger certes mais comme leurs maris ne pouvaient pas blairer la frivolité, c’était l’occasion de rattraper le temps perdu. Sur le bateau, elles ouvrirent néanmoins une petite bibliothèque pour les voyageurs, elles la nommèrent Paul-Emile-Victor, des prénoms de leurs défunts maris, ce qui suscita plus d’une vocation mais c’est une autre histoire…

Elles ne se remarièrent jamais et ne pensèrent jamais plus à leurs défunts maris.

Les universités prestigieuses ayant accueilli les dons inespérés de ces trois grands noms de l’érudition fabriquèrent précieusement des tampons et tamponnèrent chacun des volumes reçus, les pages impaires uniquement et parfois (mais rarement) les pages paires. La météo du jour gouvernait l’inquiétante étrangeté de ces motivations bibliothéconomiques.

Rentrées dans leurs cottages, les trois veuves vécurent heureuses. Les universités leur envoyèrent en souvenir les tampons utilisés pour tamponner les ouvrages donnés (Don Madame Veuve Petifeu) ce qui les fit hurler de rire jusqu’à la fin de leurs longues vies. Elles sabrèrent le champagne et prirent goût à cette boisson légère et frivole. Elles décidèrent chaque année de reprendre le bateau car les bonnes habitudes s’entretiennent afin de ne pas devenir mauvaises, logique imparable, et montèrent bientôt leur propre compagnie de paquebots transatlantiques.

Photos :
– Pipa di Meerschaum. Par Pnc net. CC : BY-SA. Source : Wikimedia commons
– The Great Western’s maiden departure from Bristol in 1838. Domaine public. Source : Wikimedia commons
– RubberStamp blank. Par Innab. CC : BY-SA. Source : Wikimedia commons
– Verre Champagne. Par Berndt Fernow. Domaine public. Source : Wikimedia commons

Le livre électronique orphelin

Michael Hart, créateur du premier ebook et fondateur du projet Gutenberg, est décédé le 6 septembre 2011. C’est grâce à son inlassable travail que l’on peut trouver en ligne une foule de textes littéraires, en plusieurs langues.

En 1971, alors qu’il est étudiant à l’université de l’Illinois, il saisit la Déclaration d’indépendance pour la transmettre sur le réseau. Internet n’existe pas encore, la transmission du texte est modeste, mais la vocation de Michael Hart est née.

Sa vie durant, il n’aura de cesse que de numériser et de mettre à disposition les plus grands textes de la littérature. Sur cette merveilleuse bibliothèque numérique qu’est le projet Gutenberg se trouvent des classiques mais aussi des textes épuisés.

Sur le site du Projet Gutenberg, vous trouverez un très riche catalogue. Il est également possible de consulter la liste des ouvrages par langues (français, anglais, espagnol pour n’en citer que quelques-unes). Plusieurs formats sont disponibles pour la lecture, html pour lire depuis son ordinateur, epub si vous disposez d’une tablette.

Outre le plaisir de découvrir ou redécouvrir des textes magnifiques, les formats électroniques permettent aussi un travail approfondi sur le texte, notamment grâce à la recherche d’occurrences.

Pour aller plus loin, on peut consulter :
– la nécrologie de Michael Hart par Gregory Newby (en), sa traduction en français sur le blog de notre collègue Rémi Mathis,
– l’article d’Hervé Le Crosnier, maître de conférences en sciences de l’information à l’université de Caen,
– le reportage d’ActuaLitté, le magazine en ligne des univers du livre, sur le projet Gutenberg.

Photo : Michael Hart, à gauche, et Gregory Newby, par Marcello. Source : Wikimedia commons. CC : BY-SA.

 

Categories: Actualités Tags: ,

Des ebooks à emprunter au Service commun de la documentation

Des ebooks ou livres numériques vous sont proposés sur le catalogue en ligne du Service commun de la documentation de Paris-Sorbonne.

Près de 300 ouvrages peuvent être ainsi soit empruntés virtuellement pour une durée de cinq jours (en format PDF) soit consultés directement en ligne.

Ce sont essentiellement des manuels de niveau licence. Lorsque tous les ouvrages papiers sont déjà empruntés, ce peut-être une bonne solution pour les étudiants de découvrir le prêt numérique.

Les ebooks sont répertoriés par discipline : à noter une vingtaine d’ouvrages sur les concours, une centaine en histoire-géographie (beaucoup de manuels de la collection U chez Armand Colin), une cinquantaine en sciences humaines et plus de soixante-dix en lettres.

Des domaines plus spécifiques comme la musique, l’histoire de l’art, l’apprentissage des langues sont abordés.

-Page du site web du Service commun de la documentation sur les livres en lignes.
-Bibliothèque de prêt numérique avec le détail par discipline.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès des bibliothécaires…