Archive

Articles taggués ‘espe’

Mais que font vos bibliothécaires…

…quand ils ne sont pas dans les salles de lecture ?

Vos bibliothécaires sont présents à tour de rôle dans la salle de lecture pour vous orienter, vous renseigner, enregistrer vos prêts et vos retours, vous inscrire, etc. Mais savez-vous quelles sont leurs missions lorsqu’ils quittent la salle pour rejoindre leurs bureaux ?

Petit tour d’horizon de ces activités que nous menons dans l’ombre.

Afin que vous ayez à votre disposition dans les bibliothèques, physiques et numériques, des livres, des manuels, des CDs, des DVDs, etc., les bibliothécaires commandent les documents dont vous avez besoin. Pour cela, ils établissent des veilles sur toutes les parutions liées à leurs domaines d’acquisition puis sélectionnent celles qui sont pertinentes pour les formations et les missions de recherche de l’université. Pour les ressources électroniques, et le multimédia en général, se pose également la question des modes d’accès et des droits relatifs à ces ressources que le bibliothécaire doit prendre en compte. Le tout en gérant un budget défini à l’avance.

Ensuite, comme il faut que vous puissiez savoir que ces ouvrages sont présents dans vos bibliothèques, les bibliothécaires rédigent une description des documents en respectant des normes précises. C’est cette opération qui vous permet de rechercher par titre, par auteur, par sujet…les documents qui vous intéressent à partir du catalogue de la bibliothèque. Cette description est détaillée et complexe. Par exemple, le bibliothécaire a dû utiliser cette écriture codifiée :

Interface professionnelle du SUDOC

Interface professionnelle du SUDOC

 

afin que vous ayez accès à cette vue dans votre catalogue :

Notice de document dans le catalogue du SCD Paris-Sorbonne

Notice de document dans le catalogue du SCD Paris-Sorbonne

Vitrine du hall de la Médiathèque Molitor

Vitrine du hall de la Médiathèque Molitor, par Marion Brunetti, CC BY-SA

Pour que les ouvrages physiques résistent aux multiples manipulations ou lorsqu’il faut les réparer, certains d’entre nous équipent (plastifier, relier, coter, mettre une puce…) et renforcent les ouvrages. Si vous avez envie d’en connaître un peu plus sur ces activités, cet article ainsi que celui-ci ou encore celui-là vont vous intéresser.

L’activité de rangement est également très prenante : un livre bien rangé c’est un livre que vous trouverez tout de suite.

Les bibliothécaires ont de nombreuses autres tâches : gérer les plannings, vous former en amphi ou en TD à l’utilisation des ressources électroniques, réaliser des expositions, mettre des documents en valeur sur les présentoirs…

Un bibliothécaire gère généralement plusieurs des missions présentées. Ainsi, même quand ils ne sont pas face à vous pour répondre à vos questions, ils œuvrent afin que vous puissiez trouver la documentation adéquate pour vos études et recherches.

Oh, j’allais oublier une activité importante de vos bibliothécaires : rédiger des articles pour vous sur le blog In-Quarto !

 

 

 

 

Qu’est-ce que l’éducation socioculturelle ?

1507-1

Parmi les nouveautés de la médiathèque de l’ESPE, Au fil de l’éducation socioculturelle dans l’enseignement agricole (1971-2008), revient sur un dispositif original et méconnu du grand public, par le biais des souvenirs d’un enseignant. Profitons de cette occasion pour présenter cet enseignement atypique, à mi-chemin entre l’éducation et l’animation.

Créé en 1962, l’éducation socioculturelle est l’héritière de la loi de modernisation agricole de 1962, qui visait à améliorer les connaissances des agriculteurs. dans ce but, les lycées agricoles sont modernisés et incluent des associations sportiveset culturelles, alors souvent animées par des militants de l’éducation populaire. Les premiers professeurs sont formés dès 1966, et dépendent du Ministère de l’agriculture.

L’éducation socioculturelle a pour but d’élargir les perspectives des élèves autour de quatre pôles d’action : cultures et territoires, éducation artistique, communication interpersonnelle et communication médiatisée. Le travail en classe inclut l’utilisation des méthodes d’enseignement actives, et notamment la pédagogie de projet. Il s’agit de mettre les élèves en situation d’expérimentation, au cours d’actions en partenariat avec des associations ou des acteurs du milieu culturel. Les travaux des élèves peuvent donner lieu à la réalisation de courts-métrages, d’oeuvres plastiques, musicales ou théâtrales.

Au fil de l’éducation socioculturelle dans l’enseignement agricole mêle les mémoires d’un enseignant de cette discipline à une réflexion sur ses contenus et sa pratique. Cet ouvrage au contenu très riche rend compte de l’évolution qu’a connue l’éducation socioculturelle depuis sa création, et fait le point sur ses modalités d’existence actuelles.

Si vous désirez plus d’informations sur les actions menées par les enseignants d’éducation scocioculturelle, vous pouvez consulter le site national qui les répertorie : http://escales.enfa.fr/

Au fil de l’éducation socioculturelle dans l’enseignement agricole (1971-2008) : mémoires et questions vives / Jean-pierre Menu. Paris : L’Harmattan, 2014. Disponible à la médiathèque de l’ESPE du site Molitor, à la cote 373.246 MEN.

Pierre-Jules Hetzel, précurseur des éditions jeunesse

Pierre-Jules Hetzel

Source : Wikipédia

Il y a 200 ans, le 15 janvier 1814, naissait Pierre-Jules Hetzel qui fût un précurseur des éditions pour la jeunesse.

Fils d’un maître sellier et d’une sage femme, il mène de brillantes études mais choisit en 1835 de les interrompre et devient commis chez l’éditeur Paulin. Deux ans plus tard, il en est l’associé avant de fonder sa propre maison d’édition.

Tout au long de sa carrière, Pierre-Jules Hetzel éditera de nombreux contemporains devenus célèbres par la suite tels que Balzac, Hugo ou encore Zola à ses débuts, mais c’est avant tout pour avoir découvert et édité l’œuvre de Jules Verne qu’il est connu.

A côté de son métier d’éditeur, Hetzel manifeste ses opinions politiques en écrivant dans les journaux d’opposition notamment. Suite à la révolution de 1848, il se lance en politique et devient chef de cabinet de Lamartine au ministère des Affaires étrangères. Après le coup d’Etat du 2 décembre 1851, il doit partir en exil jusqu’en 1859. Cela ne l’empêchera toutefois pas de continuer ses activités, à la fois en tant qu’éditeur mais aussi écrivain, utilisant souvent le pseudonyme de PJ Stahl.

Le Magasin d'Education et de Récréation

Source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

En 1864 Hetzel lance son grand projet éducatif sous la forme d’une revue bimensuelle intitulée « Le Magasin d’éducation et de récréation » en collaboration avec Jean Macé. L’objectif affiché de cette parution est de diffuser les connaissances de manière distrayante : « L’instructif doit se présenter sous une forme qui provoque l’intérêt ; sans cela, il rebute et dégoûte de l’instruction » écrit en effet Hetzel. A l’intérieur de ces ouvrages, les plus jeunes sont directement interpellés dans des textes et feuilletons sur les thèmes des sciences de la nature, sciences physiques et chimiques, histoire, géographie et sciences économiques. Jules Vallès, contemporain d’Hetzel, écrit dans le Progrès de Lyon « De toutes les tentatives faites depuis des années en France pour combler les lacunes laissées par le passé dans notre enseignement scientifique et littéraire, aucune n’a serré de plus près son but que la Bibliothèque d’Education et de Récréation que M. Hetzel est parvenu à créer, grâce au concours des meilleurs esprits, des plus illustres savants et des plus charmants écrivains de ce temps-ci ».

Frontispice du "Tour du Monde en 80 jours" aux éditions Hetzel

Source : Gallica / Bibliothèque nationale de France

Les œuvres de Jules Verne font l’objet d’une prépublication dans la revue avant d’être éditées en livres d’étrennes. Publiées sous forme de feuilletons, elles occupent à peu près la moitié de chaque numéro de la revue.

En matière de littérature jeunesse, on doit aussi à Hetzel l’édition de deux œuvres d’Alphonse Daudet : Les lettres de mon moulin et Le Petit Chose.

Pierre-Jules Hetzel meurt le 16 mars 1886. Sa maison d’édition, d’abord reprise par son fils, sera achetée par les éditions Hachette, la maison concurrente, en 1914.

Aujourd’hui, la bibliothèque municipale de Sèvres, où l’éditeur a vécu, conserve un fonds Hetzel dans lequel se trouve un grand nombre de livres qu’il a édités.

 

Pour en savoir plus :

  1. DELOBBE, Karine, 2002. Littérature jeunesse. Mouans-Sartoux, France : PEMF. Histoire d’un art. ISBN 2-84526-406-2. Médiathèque Batignolles, Salle de Lecture, 809.89 DEL / Médiathèque Molitor, Espace bleu, 809.89 DEL
  2. DUPONT-ESCARPIT, Denise, 2008. La littérature de jeunesse: itinéraires d’hier à aujourd’hui. Paris, France : Magnard, impr. 2008. ISBN 978-2-210-72001-5. Médiathèque Batignolles, Salle de Lecture, 809.89 ESC / Médiathèque Molitor, Espace bleu, 809.89 ESC
  3. CANH-GRUYER, France. « HETZEL JULES, dit P.-J. STAHL (1814-1886) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mars 2014. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/hetzel-jules-dit-p-j-stahl (Accès disponible dans les ressources électroniques de Paris Sorbonne)
  4. HETZEL, Pierre-Jules, SCHULER, Théophile, PANNEMAKER, Adolphe François, BARBANT, Charles et MAGNIER, Charles, 188X. Morale familière: contes, récits, souvenirs et conseils d’un père à ses enfants. Paris, France : J. Hetzel,. Bibliothèque d’éducation et de récréation, ISSN 2258-2215. Médiathèque Molitor, Réserve 2e étage / Cote ARES432

 

Les listes de lecture du Ministère de l’Education Nationale

La Bouche pleine de Bernard Friot, liste de lecture pour les collégiens

La Bouche pleine de Bernard Friot, liste de lecture pour les collégiens de 2012

Parmi les livres acquis par les bibliothèques de l’ESPE, un certain nombre fait partie des listes établies par le Ministère.  En effet, si l’on présente traditionnellement des ouvrages de littérature classique en classe, le but de ces listes est de suggérer aux enseignants des ouvrages issus de la production éditoriale contemporaine, et d’encourager l’accès de tous à la lecture. La première liste, datée de 2002 concernait l’Ecole élémentaire. Elle comprenait 180 titres, et était considérée comme trop restrictive. Depuis 2013, ce sont 1360 ouvrages au total qui sont proposés aux enseignants, comprenant des ouvrages récents aussi bien que des grands classiques de la littérature jeunesse, comme les contes de Charles Perrault, ou les romans de Jules Verne.

Les listes destinées aux enseignants sont au nombre de quatre, selon le niveau des élèves :

Une première sélection d’albums est proposée aux enseignants du Cycle 1 (petite section, moyenne section, grande section). La liste, datée de 2013, comprend 250 ouvrages, et a été présentée au Salon de Montreuil : elle est conçue pour faire découvrir à tous les enfants la diversité des formes de lecture. L’objectif de cette sélection est de repérer des albums qui serviront à entrer peu à peu dans le monde de la langue et du récit. Les livres proposés sont classés par niveau de difficulté, mais aussi en fonction de l’utilisation que l’enseignant pourra en faire (mettre en scène, jouer avec un livre…) Vous pouvez consulter la liste du Cycle 1 sur le site du Ministère.

 

La liste du cycle 2 (CP, CE1 et CE2), actualisée en 2009, intègre dans ses 270 recommandations, outre de petits romans pour la jeunesse, des bandes dessinées, des comptines, des pièces de théâtre, des recueils de poésie…  ainsi que des albums sans texte. La sélection s’est faite en fonction de la qualité littéraire des textes, leur disponibilité, la diversité des types de textes, mais aussi des maisons d’éditions, des illustrateurs et auteurs. N’hésitez pas à consulter la liste du Cycle 2.

 

Pour le cycle 3 (CM1-CM2-6e), ce sont 300 documents qui sont nommés, et sélectionnés selon les principes précédemment énoncés. Cette liste reprend des auteurs et des titres présents dans les deux listes précédentes, afin de permettre de créer un parcours cohérent. Pour plus d’informations, consulter la liste du Cycle 3.

 

Depuis 2012, il existe également une liste de 530 livres destinée aux collégiens, accompagnée d’une mini-fiche de lecture analysant l’intérêt et le niveau des ouvrages recommandés. Les livres sont choisis afin de proposer une diversité d’époques, d’auteurs et de formats, mais également en fonction de leur prix raisonnable et de leur proximité avec les programmes de chaque matière. Comme les précédentes, la liste du Collège est disponible en ligne.

 

L’objectif des médiathèques de l’ESPE est de proposer aux étudiants la majeure partie des documents sélectionnés sur ces listes. Les acquisitions sont progressives, mais vous pouvez dès à présent trouver dans les rayons l’intégralité de la liste du collège pour le théâtre et les contes.

Des livres pour apprendre à compter

51624REPBXL__SX385_

365 Pingouins, Jean-Luc Fromental, Joëlle Jolivet, éditions Naïve.

A l’occasion du Salon de la Presse et de la Littérature de Jeunesse de Montreuil, voici une présentation des fonds d’albums des Médiathèques de l’ESPE, et plus précisément de cette catégorie particulière que sont les livres à compter.

Qu’est ce qu’un livre à compter et comment l’utiliser ?

L’apprentissage des mathématiques en classe est très progressif : en petite section, on privilégie des activités tournant autour de l’histoire racontée, pour faire peu à peu appréhender la quantité. Les activités proposées peuvent être des activités d’appariement (correspondance d’éléments prêtés aux enfants avec ce qu’ils voient sur la page de l’album), création de collections d’objets, Memory… En moyenne section, on commence à comparer les collections et à dénombrer des objets différents. La grande section aborde l’augmentation et la diminution des quantités, la maîtrise du tracé des chiffres, et la connaissance de la suite numérique écrite. Peu à peu, on présente ce qu’est un problème en mathématique. Les signes des opérations et les techniques de résolution seront présentés en CP.

C’est dans ce cadre que sont utilisés les livres à compter : il s’agit de faire connaître la suite des nombres, de permettre à l’enfant d’associer la quantité correspondant aux chiffres écrits, d’aborder les notions de croissant et décroissant. L’addition simple, et la notion de zéro, plus complexes, sont abordées dans certains albums. En classe, l’utilisation d’albums à compter est en général accompagnée d’activités pédagogiques permettant d’apprendre avec les éléments présentés dans l’histoire.

En règle générale, les albums à compter et à raconter proposent une histoire.  L’enfant découvre les quantités en suivant la narration.

Quelques titres :

9782211090162_1

Dix petits amis déménagent, Mitsumasa Anno, L’Ecole des Loisirs.

Dix petits amis déménagent,  Mitsumasa Anno, L’école des loisirs, 2002.

 Les dix petits amis déménagent d’une maison à l’autre. Sans texte, cet album encourage l’enfant à observer et à compter pour voir les différences entre les deux pages. Il présente les nombres jusqu’à 10, et la notion de croissant et décroissant.

 Le Cinquième, Ernst Jandl, L’école des loisirs, 2000.

Cinq jouets attendent dans une clinique, inquiets et cassés. L’un après l’autre, ils disparaissent dans le cabinet du docteur réparateur, et réapparaissent soignés. Cet album joue avec l’appréhension des plus jeunes, et permet d’aborder la notion de nombre ordinal en moyenne section.

 365 pingouins, Jean-Luc Fromental, Joëlle Jolivet, Naïve, 2006

Comprenant seulement trois couleurs, cet album, qui raconte l’invasion progressive d’une maison par des pingouins réfugiés climatiques, permet de présenter de nombreuses notions mathématiques et notamment d’aborder les premiers problèmes.

 Les albums à compter ne sont pas toujours des récits, mais peuvent se contenter de présenter au fil des pages nombres et quantités associées. Parmi cette catégorie, on peut trouver différents types d’albums, répondant à différents objectifs :

Les textes informatifs permettent de faire découvrir un sujet en particulier à l’enfant, en plus de son rôle de livre à compter.

Dix_petites_graines

Dix petite graines, Ruth Brown, Gallimard jeunesse.

Dix Petites graines, Ruth Brown, Gallimard, 2007

Dans cet album, un petit garçon plante dix petites graines. Chacune connaît une mésaventure différente, et finalement seule l’une d’entre elles deviendra plante, donnant à nouveau naissance à 10 petites graines, pour recommencer.

Bonne pêche, Thierry Dedieu, Seuil, 2009

Chaque jour, le pêcheur de Bonne pêche sort en mer. Mais il revient avec moins de poissons et plus de déchets au fil des jours. Outre le comptage des poissons, cet album présente aux plus jeunes le sujet de la protection de la nature.

Dix petits soldats, Gilles Rapaport, Circonflexe, 2002

Les soldats partent à la guerre, mais l’un après l’autre battent en retraite, jusqu’à ce que le dernier décide de déserter. Cet album aux illustrations dures, bien que sous la forme d’une comptine, est un manifeste contre la guerre.

Les albums à compter peuvent se présenter sous la forme de textes incitatifs, et encouragent alors le lecteur à participer : à dénombrer, à écrire, à construire une histoire…

Micklethwait-Lucy-Je-Cherche-Les-Nombres-Dans-L-art-Livre-893942498_ML

Je cherche des nombres dans l’art, Lucy Micklethwait, Bayard Jeunesse.

Je cherche les nombres dans l’art / Lucy Mickletwait, Bayard, 2006

Chaque double page de l’album présente un tableau dans lequel des collections d’objets (jusqu’à 20), sont identifiables. La présentation permet

d’associer l’analyse d’œuvre d’art à la découverte des chiffres.

 Maman / Mario Ramos, Ecole des Loisirs, 1999

Un petit garçon découvre sa maison envahie par des animaux, de plus en plus nombreux. Sans texte, l’album permet d’aborder les chiffres de un à dix et les pièces de la maison avec humour.

 Cachés ! / Agnès Baruzzi, Mango, 2012

Dans la forêt, des animaux sont cachés, représentés en ombres chinoises. En les retrouvant tous, les enfants apprennent à compter jusqu’à 10.

 Enfin, une partie de ces albums se décline en textes à comptines ou à rimes, qui permettent de retenir la suite des nombres :

dix-petits-harengs_200

Dix petits harengs, Wolfang Erlbruch, La joie de lire.

Les dix petits Harengs, Wolf Erlbruch, La Joie de lire, 1997

Cette comptine met en scène les dix petits harengs qui se séparent l’un après l’autre, puis finissent par se retrouver.

 Chiffres à compter, Anne Bertier, Memo, 2006

L’album présente les 12 premiers chiffres, et invite l’enfant à inventer ses propres rimes.

 Mon imagier des comptines à compter, Bernard Davois, Olivier Tallec, Gallimard, 2006

Quinze comptines traditionnelles remaniées pour présenter les chiffres, en associant son, image, et écriture. L’album, qui comprend un CD, permet aussi de chanter et de mimer les gestes des comptines.

Les albums ci-dessus sont tous disponibles dans les médiathèques de l’ESPE, avec bien d’autres albums.

Le salon du livre et de la presse jeunesse (27/11 – 2/12)

Nouvelle image

 

Comme chaque année, les médiathèques de l’ESPE font, auprès de leur public, la promotion du salon du livre et de la presse jeunesse (http://www.salon-livre-presse-jeunesse.net) qui se tient à Montreuil du 27 novembre au 2 décembre 2013. Des présentations de livres sont mises en place sur les sites de Molitor et Batignolles et les bibliothécaires acquièrent systématiquement les documents récompensés par les prix remis à l’occasion du salon : les « pépites » de la littérature jeunesse.

 

Cette année, ce sont les héros et héroïnes de la littérature jeunesse qui prennent d’assaut le vingt-neuvième « SuperSalon » de Montreuil : Marjane, Fifi Brindacier ou Coraline seront au centre d’une exposition et de nombreuses conférences.

Pourquoi les héros tiennent-ils tant de place dans notre espace culturel ? Michel Galvin, peintre et illustrateur, et Agnès Desarthe, écrivain, répondront à cette délicate question, en proposant leurs perceptions en images et en vidéos aux visiteurs de l’exposition.

 

Le salon de Montreuil est un grand rendez-vous pour l’ensemble des médiateurs du livre : ceux qui les créent aussi bien que ceux qui vont les proposer aux enfants, comme les bibliothécaires, les professionnels de l’enfance ou les professeurs des écoles.

Parcourir le salon permet d’avoir une vision complète de la littérature jeunesse dans tous ses genres (albums, contes, romans, mais aussi bande-dessinée, documentaires ou presse). Vous pourrez y feuilleter les livres proposés sur les stands des 180 éditeurs présents, rencontrer les auteurs, participer à des conférences ou encore visiter les expositions.

 

Les étudiants – comme les enseignants et les professionnels du livre – peuvent obtenir une accréditation professionnelle permettant un libre accès au salon sur toute sa durée. Pour ce faire, il suffit de s’inscrire sur le site de l’évènement (http://www.salon-livre-presse-jeunesse.net/acces-pro-indiv/). De même, les enseignants peuvent venir avec leur classe en s’inscrivant à l’avance, afin de permettre aux élèves de participer aux activités très variées proposées aux scolaires.

Categories: Actualités Tags: , ,

Vies d’enseignants

9782296969742rSi la Médiathèque de l’ESPE propose de nombreuses ressources pour former les futurs enseignants, elle présente également en rayon une section dédiée aux écrits et aux témoignages des professeurs en poste. En effet, au cours du XXe siècle, les enseignants se sont souvent exprimés sur les difficultés et les joies d’exercer leur métier. La sélection d’ouvrages qui suit permettra de rendre compte de leurs  conditions de travail dans différents milieux, qu’il s’agisse des ZEP ou des écoles de Guyane, que les auteurs soient professeurs, personnels de direction ou inspecteurs.

 

Les enseignants du fleuve : journal d’un formateur dans les écoles du Maroni, par Jean-Pierre Perrin. L’Harmattan, 2012

Ce témoignage reprend différentes missions d’enseignement d’un conseiller pédagogique en Guyane, sur le fleuve Maroni. Rejoignant les villages en pirogue, le conseiller intervient auprès des jeunes enseignants, participe à des actions de sécurité routière, tout en faisant face aux spécificités du climat de Guyane.

Itinéraire d’un professeur stagiaire : essai sur le métier d’enseignant, par Eve Quesnel. L’Harmattan, 2008

L’auteur narre sa toute première année dans l’enseignement : ses craintes lors des réunions parents-professeurs, ses rapports avec les élèves, les activités pédagogiques qu’ils apprécient, l’inspection… et rend compte du cheminement qui fait peu à peu d’elle, jeune stagiaire inquiète, une enseignante bien en poste.41G3+PK+tIL

 

Du fond de la classe : réflexions d’un inspecteur général, par Jean Moussa. HD, 2011

Jean Moussa, inspecteur général, se remémore avec bienveillance ses inspections les plus marquantes, qu’elles aient pour objet des établissements ou des enseignants. Parcourant toute la France, il a eu l’occasion de découvrir des situations très différentes, où les collèges et lycées sont tour à tour calmes ou agités, les enseignants brillants ou en difficulté. Toujours encourageant, l’auteur revient sur certaines situations qui l’ont touché ou l’ont amené à réfléchir sur la situation de l’enseignement en France.

 

69236386_pMadame la principale : une envie de collège, par Francine Saucier. Les éditions de l’atelier, 2003

Principale mue par le désir de réveiller l’envie d’apprendre des collégiens, Francine Saucier décrit une année agitée dans un collège parisien. Soucieuse de répondre de son mieux aux besoins de tous, elle fait le lien entre parents, élèves et professeurs et tâche de faire face aux situations diverses qui se présentent.

 

Mots de tête, par Dominique Resch. Autrement, 2011

L’auteur raconte le quotidien des enseignants et de leurs élèves, dans un lycée réputé difficile du quartier Nord de Marseille. Si certaines situations sont délicates, l’ensemble des séquences racontées est savoureux et drôle. Les rapports entre élèves et enseignants sont particulièrement bien retranscrits.

 

Tous ces documents sont disponibles sur le site Molitor des médiathèques de l’ESPE, à la cote 370.14.

Categories: Question de fonds Tags: ,

La revue DADA

dada2

La revue DADA est un outil incontournable pour qui veut aborder les arts plastiques auprès du jeune public. Destinée aux plus jeunes mais utilisable par tous les publics, elle permet de découvrir l’essentiel de l’oeuvre de nombreux grands artistes.

Le titre de la revue, « DADA », fait autant référence au mouvement littéraire et artistique qu’au monde de l’enfance.

La revue

Une année de Dada comprend 9 numéros thématiques, ainsi que des numéros hors-série. Le dernier numéro, dédié à Roy Lichtenstein, est le n°184.

Bien que plus précisément tournée vers les enfants, Dada peut être consultée par tous :

  • Les plus jeunes, dès 6 ans auxquels sont proposés des ateliers et des jeux ;
  • Les adolescents par le biais de textes clairs et vivants ;
  • Les adultes désirant découvrir l’essentiel d’un artiste.

Chaque numéro présente un artiste célèbre, alors que l’illustration et la mise en page sont confiées à un jeune artiste.
La pédagogie proposée par les numéros de DADA est résolument active, basée sur des activités autour de l’œuvre des artistes abordés.
Certaines rubriques particulièrement didactiques permettent de présenter l’histoire des arts sous un angle original :  l’abcd’art, approche didactique d’un artiste via un abcdaire en lien avec celui-ci ; les artualités couplent bande dessinée et analyse d’image ; les ateliers proposent des activités en lien avec l’artiste présenté.
Devant le succès de la revue, DADA édite également des numéros sélectionnés sous la forme de livres à couverture cartonnée, et a lancé ses premières application iPad, permettant de découvrir un artiste tout en jouant.

Les rédacteurs

La revue DADA réunit une équipe de passionnés d’art et de création, qui partagent la même envie de rendre cet univers accessible à tous, y compris aux plus jeunes. Parmi celle-ci, un comité pédagogique veille à la qualité de chaque numéro. Il est composé de représentants de la commission arts plastiques de l’Association Nationale des Conseillers Pédagogiques, ces enseignants chargés d’accompagner les professeurs débutants lors de leurs stages.

Les thèmes des derniers numéros :

  • Le Cyclop de Tinguely (Hors-Série 1), Buren (Hors-Série 2), Roy Lichtenstein n°184, Miro n°183, Keith Haring n°182, Chagall n°181, Hokusai- Hiroshige / Ukiyo-e n°180, Van Gogh n°179.

Le site de la revue :

Il présente l’ensemble des ressources DADA de façon dynamique, des extraits des derniers numéros sous forme numérique, l’ensemble du catalogue dont les applications, les actualités et les ateliers.

Dans les bibliothèques du réseau :

Vous pouvez retrouver Dada dans les deux médiathèques de l’ESPE de Paris.

  • A Batignolles : vous retrouverez les 5 dernières années de Dada en salle de lecture.
  • A Molitor : les numéros de Dada sont conservés en réserve depuis 2003 et vous trouverez les 2 dernières années à l’espace bleu.

Bonne lecture !

Bienvenue dans votre ESPE !

espe

Vous vous intéressez aux métiers de l’enseignement ? Nous vous accueillons dans les médiathèques de l’ESPE !

Cet été, les IUFM ont cessé d’exister. Pour la formation des enseignants, ce sont désormais les ESPE (Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education) qui prennent le relais. Elles formeront l’ensemble des futurs enseignants de l’école maternelle, de l’école primaire, du collège et du lycée, ainsi que les futurs conseillers principaux d’éducation.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la page du ministère de l’éducation nationale sur le sujet.

Les médiathèques de l’IUFM deviennent donc les médiathèques de l’ESPE de Paris. Vous pouvez y accéder librement, du lundi au vendredi de 9h30 à 19h sur les sites de Batignolles et Molitor.

Nos collections comptent 77 000 documents couvrant les domaines des sciences de l’éducation, la pédagogie, la didactique des disciplines, la littérature jeunesse ou encore la préparation aux concours de l’enseignement. L’emprunt d’ouvrages est gratuit pour les étudiants de Paris Sorbonne : venez en profiter !

Categories: Actualités Tags:

100ème anniversaire de la naissance d’Aimé Césaire

 A l’occasion, ce 26 juin, du 100ème anniversaire de la naissance d’Aimé Césaire, nous vous proposons de découvrir une biographie le concernant. De nombreux autres ouvrages à propos de lui ou dont il est l’auteur sont disponibles dans le réseau des bibliothèques de Paris Sorbonne.

Livre d'Yves Pinguilly

Aimé Césaire : Le nègre indélébile / Yves Pinguilly. Oskar éditions, 2011. Collection Culture & Société.

 

L’auteur jeunesse Yves Pinguilly propose dans son Aimé Césaire : Le nègre indélébile une biographie courte et dense du poète martiniquais. Le texte poétique et emphatique remet en perspective la vie de Césaire et nous emporte dans sa vie intellectuelle et politique. L’ouvrage est parsemé d’extraits de poèmes directement intégrés dans la continuité du texte, mais aussi d’entretiens et de témoignages, brossant un portrait vivant de Césaire.

Au final, ce livre constitue une introduction claire et engagée à l’œuvre d’Aimé Césaire. Il est particulièrement recommandé aux collégiens et lycéens, à partir de 13 ans, mais peut aussi constituer un solide point de départ pour quiconque souhaitant aborder pour la première fois Césaire et son œuvre.

Vous pouvez retrouver ce document à la bibliothèque de l’IUFM Molitor.