Archive

Articles taggués ‘jeunesse’

Les (vraies) Histoires de l’Art

Les vraies histoires de l'art

  • Outre les ouvrages de didactique et les manuels scolaires, les bibliothèques de l’IUFM acquièrent aussi des livres destinés à la jeunesse. Il s’agit alors de faire connaître au futur enseignant une petite part de la production éditoriale, ou de lui fournir quelques idées à exploiter dans de nouvelles activités avec ses élèves.
  • C’est le cas des Vraies Histoires de l’art, qui familiarise le jeune public avec quelques tableaux célèbres, en utilisant humour et habiles retouches numériques : l’autoportrait de Paul Cézanne joue au bilboquet, et la buveuse d’absinthe de Degas s’effraie d’une note de bar un peu trop élevée à son goût…
  • Le livre introduit quelques questions que les enfants se posent devant une œuvre d’art. Que représente-t-on dans un tableau ? Comment expliquer La mort de Sardanapale par Delacroix, ou le Cri, de Munch ? Pourquoi  l’air abattu de Napoléon à Fontainebleau, en 1814 ? Ce petit livre ne fournit pas d’explications sur ces questions, mais constitue auprès des plus jeunes une introduction joyeuse et originale à la discussion.
  • Il s’agit, en trois vignettes rappelant la bande dessinée, d’imaginer quelle pourrait être l’histoire représentée sur le tableau. Une histoire qui s’avère souvent drôle, très éloignée de l’histoire des arts, et qui offre un prétexte facile à saisir pour une toute première présentation des œuvres,  où l’on rétablira la vérité.

 

Les (vraies) histoires de l’art / Sylvain Coissard, Alexis Lemoine. Editions Palette, 2012.
Cote bibliothèque Molitor : 709 COI

La littérature jeunesse : un secteur à connaître

La littérature de jeunesse existe-t-elle ? Les frontières de la littérature jeunesse sont difficiles à définir. Ainsi, où classer L’île au Trésor, Vendredi ou la vie sauvage ? Doit-on considérer ces ouvrages comme des romans pour la jeunesse ou pour les adultes ? Cette séparation de catégorie peut apparaître artificielle. Pourtant, une unité se dégage dans les rayons de nos bibliothèques. « La joie par les livres » a été précurseur dans ce domaine. En librairie et dans l’édition, c’est un secteur en constante augmentation. La littérature de jeunesse a même son salon, à Montreuil.

La littérature de jeunesse occupe une part importante des fonds des bibliothèques de l’IUFM. Elle constitue un axe pour l’apprentissage de la lecture et une initiation à l’analyse littéraire. Elle permet d’aborder de nombreux thèmes par le biais des documentaires jeunesse. Les deux fonds principaux sont les albums jeunesse et l’analyse de la littérature jeunesse.

La littérature de jeunesse a des cotes qui commencent par J pour jeunesse (J A = albums ; J R = romans jeunesse ; J C = contes pour les jeunes …) ou par 809.89, la catégorie « analyse de la littérature jeunesse » dans la cotation Dewey. Dans les autres domaines, les ouvrages jeunesse sont signalés par des étiquettes oranges.

Les ouvrages se déclinent dans les médiathèques de l’IUFM en plusieurs catégories :

  • les albums, ouvrages importants pour l’apprentissage de la lecture pour les élèves de primaire, par exemple Les Arbres de Noël de  Géraldine Elschner et Stéphane Girel d’après Claude Monet  (collection Pont des arts), des histoires pour entrer dans les œuvres d’art,
  • des romans, de la poésie, du théâtre et des contes adaptés à la jeunesse, de par leur édition et leur appareil critique.
  • les documentaires et fictions jeunesses pour découvrir et enseigner certains domaines, par exemple les ouvrages des éditions du Pommier, les « minipommes » : Le pétrole ; Le cycle de l’eau,

  • l’analyse de la littérature de jeunesse, bien que le domaine n’apparaisse plus au concours de recrutement des professeurs des écoles.