Archive

Articles taggués ‘littérature’

Lectures d’été

Envie de découvrir d’autres contrées littéraires? Plongez dans la littérature policière russe!

Voici quelques titres, parmi d’autres, disponibles à Malesherbes en langue originale ou traduits en français:

Quand les dieux se moquentAlexandra Marinina, et son héroïne Anastassia Kamenskaïa, l’incorruptible policière, tiennent haut la barre depuis 1991, avec une trentaine de romans. Ses romans proposent également une description réaliste des problèmes quotidiens de la Russie d’aujourd’hui.

– Quand les dieux se moquent : roman / Alexandra Marinina; traduit du russe par Galia Ackerman et Pierre Lorrain . – Paris : Calman-Lévy, impr. 2012. {RU 27936}

-Воющие псы одиночества : роман в двух томах / Александра Маринина. – Москва : ЭКСМО, 2007. {RU 24583 (1-2)}

 

 

 

Le retour du BouddhaGaïto Gazdanov est un écrivain de l’émigration russe d’origine Ossète. Sa maîtrise des histoires criminelles et des détails psychologiques apparaissent dans ses deux romans les plus célèbres : Le Spectre Alexandre Wolf et Le Retour du Bouddha.

– Le Retour du Bouddha  / Gaïto Gazdanov; traduit du russe par Chantal Le Brun Kéris. – [Paris] : V. Hamy, impr. 2002. {RU 21121}

– L’Hôtel du futur / Gaïto Gazdanov; nouvelles traduites du russe par Marianne Gourg-Antuszewicz. – Strasbourg : Circé, cop. 2015. {RU 28336}

 

 

 

Чёрный городBoris Akounine le plus connu et maître incontesté du genre « policiers historiques ». Auteur de la série policière historique Eraste Pétrovitch Fandorine :

- Léviathan / par Boris Akounine; traduit du russe par Odette Chevalot. – [Paris] : Presses de la cité, 2003 {RU 22768}

– Левиафан  : роман / Борис Акунин. – Москва : Захаров, 2002 {RU 20511}
– Черный город  / Борис Акунин; иллюстрации Игоря Сакурова. – Москва : Захаров, impr. 2012, cop. 2012 {RU 27704}
– Чужая маска / Александра Маринина. – Москва : Ексмо-Пресс,2000.  {RU 20508}

Нежный супруг олигарха

 

Daria Dontsova, auteure de « polars humoristiques » à succès :

– Нежный супруг олигарха : роман ; Ангел на метле : главы из нового романа ; Советы от безумной оптимистки Дарьи Донцовой : Советы / Дарья Донцова. – Москва : Эксмо, 2007. {RU 24700}

 

 

 

 

 

 

Crime et châtimentSans oublier dans la littérature classique « Crime et Châtiment », l’un des romans les plus connus du célèbre écrivain russe Fedor Dostoïevski qui fut d’abord publié en feuilleton dans le périodique Le Messager russe en 1866.

Crime et châtiment / Dostoïevski; édition préfacée, annotée et commentée par Jean-Louis Backès; traduction d’Elisabeth Guertik. – Paris : Librairie générale française,2008. {RU 24468}

Преступление и наказание  / Федор Достоевский. – Москва : ACT : Астрель, 2012. {882 DOS 3 PR} (cet ouvrage est à demander à la permanence de Clignancourt)

 

 

Bénéficiez du prêt vacances à partir du 13 juin, les livres seront à rendre à partir du 12 septembre 2016 . Nous vous rappelons que vous pouvez emprunter ces livres à la permanence de la bibliothèque Malesherbes, située dans le couloir du grand amphi du lundi au vendredi de 13h à 18h. Cette permanence sera ouverte jusqu’au 8 juillet 2016.

 

Françoise Podouchko

Saint-Petersbourg à livre ouvert !

Nées en 2010 à la faveur de l’année France-Russie, les Journées du Livre Russe et des Littératures Russophones sont, depuis leur création, l’occasion d’un échange entre les auteurs russophones issus de différents pays et leurs lecteurs français.
La manifestation a pris, au fil du temps, l’envergure d’un festival et propose, en plus du volet littéraire à la Mairie du 5e arrondissement de Paris, un festival de cinéma (au studio La Clef – Paris 5e), des représentations théâtrales à l’Atalante, un concert à la bibliothèque Buffon, des ateliers au Lycée Henri IV, une conférence à la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC), une pièce de théâtre à la Maison de la Poésie de Paris… spectacles, films et expositions s’échelonnant au-delà des journées proprement dites.

Pour plus de précisions voir le site http://journeesdulivrerusse.fr/

 

Affiche des Journées à la Mairie du 5e. Association France-Oural

Affiche des Journées à la Mairie du 5e. Association France-Oural

En rapport avec le volet littéraire à la mairie du 5e arrondissement, la bibliothèque Malesherbes offre,  dans son hall et durant le mois de février, un aperçu de ses ouvrages sur Saint- Petersbourg et la littérature russe .

Venez nombreux (re)découvrir les trésors de la capitale de la Russie du Nord et son empreinte sur les écrivains russes !

Les ouvrages peuvent être empruntés à domicile. Voici quelques titres parmi les nombreux ouvrages de la bibliothèque : pour accéder à la bibliographie cliquez ici

Françoise Podouchko

 

100ème anniversaire de la naissance d’Aimé Césaire

 A l’occasion, ce 26 juin, du 100ème anniversaire de la naissance d’Aimé Césaire, nous vous proposons de découvrir une biographie le concernant. De nombreux autres ouvrages à propos de lui ou dont il est l’auteur sont disponibles dans le réseau des bibliothèques de Paris Sorbonne.

Livre d'Yves Pinguilly

Aimé Césaire : Le nègre indélébile / Yves Pinguilly. Oskar éditions, 2011. Collection Culture & Société.

 

L’auteur jeunesse Yves Pinguilly propose dans son Aimé Césaire : Le nègre indélébile une biographie courte et dense du poète martiniquais. Le texte poétique et emphatique remet en perspective la vie de Césaire et nous emporte dans sa vie intellectuelle et politique. L’ouvrage est parsemé d’extraits de poèmes directement intégrés dans la continuité du texte, mais aussi d’entretiens et de témoignages, brossant un portrait vivant de Césaire.

Au final, ce livre constitue une introduction claire et engagée à l’œuvre d’Aimé Césaire. Il est particulièrement recommandé aux collégiens et lycéens, à partir de 13 ans, mais peut aussi constituer un solide point de départ pour quiconque souhaitant aborder pour la première fois Césaire et son œuvre.

Vous pouvez retrouver ce document à la bibliothèque de l’IUFM Molitor.

Note de lecture sur La lecture

La lecture / Jin Si Yan ; Jean-François Sené, Presses artistiques et littéraires de Shanghai, Paris, Desclée de Brouwer, 2012, 183 p.

«Nuit, je te suis. Je retourne à des lointains infinis, je marche vers le proche le plus lointain. »

« L’homme devrait jouir de la liberté. Plus encore devrait-il comprendre ce qu’est la liberté. Et dans le mot liberté j’y vois, moi, liber, désignant le livre en latin. » (Jin Si Yan )

Dans la première partie, Serrer la main des ancêtres, Jin Si Yan évoque ses souvenirs à partir de son enfance au milieu des années 60, c’est-à-dire au début de la révolution culturelle. À l’époque, seuls les écrits de Mao, Lénine, Marx, Engels avaient droit de cité. Les autres livres étaient enfermés dans les bibliothèques ou brûlés. Mais Jin Si Yan se souvient des lectures que son père psalmodiait à ses filles en cachette. Il leur faisait découvrir tant les classiques chinois antiques que Hamlet ou Platon. Il disait : « Serrez la main des ancêtres et le chemin de vos vies sera tracé. » C’est son père et surtout son grand-père, professeur d’école « stigmatisé pour avoir acheté des champs », qui lui apprirent à lire et à calligraphier.

Traditionnellement, pour la plupart des filles, lire ou aller à l’école était moins indispensable que savoir tisser mais la mère de Jin Si Yan ne voulut pas que sa fille soit tisserande. C’est ainsi que Jin Si Yan, grâce à son amour de la lecture, put poursuivre ses études bien au-delà de l’école et devenir plus tard institutrice puis professeur de littérature chinoise en France…

Mélange émouvant et merveilleux de souvenirs personnels et de rappels de lectures faisant appel à la mémoire collective, le récit de Jin Si Yan constitue pour le lecteur une sorte d’initiation à la civilisation chinoise à travers :

-l’histoire du livre et de ses divers supports : carapaces de tortues, vases de bronze, sur pierre, sur tablettes de bois et de bambou, l’invention du papier attribuée à Cai Lun ;

-la pensée chinoise : Confucius, Lao Zi, le taoïste Dongfang Shuo, le Sūtra du Lotus (Bouddha, Maitreya et ses disciples), les maîtres bouddhistes (Zhi Xu …) ;

-la mythologie : mythe de Pan Gu, empereurs légendaires Fu Xi et sa sœur Nüwa, L’Empereur Jaune  Huang et son devin à quatre yeux Cang Jie, Zhongli Quan (un des 8 immortels) mythe des constellations de la Tisserande et du Bouvier ;

Par inconnu (http://classes.bnf.fr/dossiecr/my-chine.htm) [Public domain], via Wikimedia Commons

-les grandes encyclopédies et la littérature classique et moderne (voir quelques titres ci-dessous) ;

-d’autres figures d’artistes remarquables : calligraphes, lettrés, poètes, peintres, etc. dont Han Yu, Zhang Zhi, Su Dongbo, et une femme, Cai Wenji, également musicienne.

Cai Wenji. Domaine public. Via Wikimedia commons.

Les sauts allègres d’une période à une autre ainsi que les nombreux chevauchements entre anecdotes historiques et légendaires, peuvent paraître assez déroutants, surtout si l’on n’a pas la moindre idée de la chronologie générale de l’histoire de la Chine depuis les temps mythologiques et la succession des différentes dynasties jusqu’à l’époque contemporaine. Mais n’est-ce pas le meilleur moyen de nous faire partager son « vertige de la lecture » en plongeant dans l’océan et en effaçant les limites séparant le temps et l’espace ? En stimulant ainsi l’imaginaire du lecteur, Jin Si Yan donne envie d’en connaître davantage et de se familiariser avec ce patrimoine culturel immense que le temps et les multiples vicissitudes politiques n’ont jamais réussi à effacer.

Principaux noms et titres d’œuvres cités :

Classiques chinois (d’obédience confucéenne) : Les Quatre Livres, Entretiens de Confucius ; Les Cinq Classiques, Livre des rites, Livre des Mutations (Yi Jing), Livre le plus vénérable, Livre des Odes, Le Cérémonial
Annales des Printemps et des Automnes (Lüshi Chunqiu)
Lao Zi (Lao Tseu) : Livre de la Voie et de la Vertu (Dao De Jing)
Hanfeizi (Han Fei Zi) : Yinshu yanshuo
L’Encyclopédie de l’ère Yongle

Par Asb (Transferred from de.wikipedia). [Public domain], de Wikimedia Commons


La Bibliothèque complète en quatre sections (Siku quanshu)
Liu Yi Qing : Anecdotes contemporaines et nouveaux propos (Shishuoxinyu)
Xiao Ji : Grand système des cinq agents (Wuxing dayi)
Cao Xueqin : Le Rêve du Pavillon rouge (Hóng lóu mèng)
Fleur en fiole d’or (Jin Ping Mei)
Li Ruzhen : Romance des fleurs en miroir  

*

Dans la seconde partie, La lecture, cette drogue douce, Jean-François Sené se souvient des premières lectures qui ont marqué son enfance, notamment en classe où l’un de ses instituteurs avait l’habitude de lire à haute voix telle fable de Jean de La Fontaine, ou des extraits d’oeuvres de Selma Lagerlöf, Marcel Aymé, Louis Pergaud, Jules Renard, Jack London, James Oliver Curwood, Robert Louis Stevenson, Jules Verne… et cela sans les commenter ni en faire un exercice de travail, simplement pour éveiller la curiosité et donner l’envie de poursuivre la lecture.

Pour Jean-François Sené, le plaisir de la lecture, et de la lecture à haute voix en particulier, provient, de son caractère désintéressé, mais également du pouvoir magique, hypnotique, lié au pouvoir de l’oralité. Les contes des Mille et Une nuits et le personnage de Schéhérazade en fournissent un bon exemple, tout comme celui de Flaubert et de son « gueuloir ».

Si l’écrivain, le poète travaille son texte en musicien, à chaque lecteur d’en être l’interprète ou le co-auteur et de recréer à chaque fois un nouveau texte. Chaque partie de cet essai tourne autour d’un aspect de la lecture, le dépaysement, la connaissance de l’autre, la bibliothèque, l’écriture, etc., chaque thème étant introduit par une citation d’auteur. Ainsi après Alain, Shakespeare, Montaigne…, Mme de Sévigné nous rappelle que la lecture apprend aussi à écrire, ce qui en ce siècle où l’image et le son prédominent, devrait nous inciter à revenir à des formes plus lentes et plus riches de divertissements instructifs.

Pour J.-F. Sené, peu importe de quelle manière vient le goût de lire, cela peut être par l’intermédiaire d’albums illustrés ou de bandes dessinées.

Mais il est des cas où le plaisir fragile de la lecture risque de s’émousser ou d’être détruit, soit par excès d’exégèse ou de vice de lecture critique, soit par certaines méthodes d’apprentissage fastidieuses, ou encore si le but est de transmettre un message édifiant.

S’inspirant de Cicéron et de sa conception du bonheur, J.-F. Sené consacre ailleurs quelques belles pages aux bibliothèques, lieux ouverts ainsi que des jardins (Bibliothèque d’Alexandrie, Eco, Borges, Journal intime de Samuel Pepys).

La rencontre de deux auteurs, l’un chinois et l’autre français, qui fait l’originalité de la collection « Proches Lointains », ne serait pas pleinement réalisée si Jean-François Sené ne parlait pas (comme Jin Si Yan l’a fait en première partie en évoquant ses contacts avec l’Occident) de son vif intérêt pour la Chine où il a voyagé à plusieurs reprises. Il se souvient notamment de son émerveillement devant une librairie de Shanghai, en ressortant avec un recueil de nouvelles de Lu Xun. J.-F. Sené ne manque pas de louer chaleureusement le travail des traducteurs grâce à qui les grands auteurs et poètes classiques aussi bien que des livres de littérature populaire de l’Asie et de la Chine commencent à affleurer en Occident, tandis que les Chinois prennent plaisir à lire la littérature et la poésie occidentale.

Au XVIe siècle, le missionnaire Matteo Ricci, surnommé le « lettré d’Occident », auteur d’un Traité de l’Amitié, apparaissait comme un précurseur dans ce rapprochement des cultures. Au XXIe siècle, François Cheng, comme Jin Si Yan, par exemple, sont passés maîtres de tels « dialogues transculturels ».

Ce très riche double essai sur la lecture (dont je n’ai fait que donner un bref et partiel aperçu), ouvre à la reconnaissance de l’universalité des sentiments : « C’est aussi le pouvoir ou la fonction de la lecture : vous aider à accueillir vos frères humains tels qu’ils sont, à vous identifier à eux et à mieux vous connaître en vous montrant que les espérances et les passions qui les hantent sont universelles. » (Jean-François Sené)

Nathalie Cousin
septembre 2012

————————————————————————————————————————

Quelques ouvrages sur la calligraphie et l’art chinois à la Bibliothèque Michelet :

Billeter, Jean-François.   L’art chinois de l’écriture : essai sur la calligraphie / Jean-François Billeter. Milan : Skira, 2001. Michelet : Magasin    – 709.59 BIL

Escande, Yolaine.   Traités chinois de peinture et de calligraphie. 1. Les textes fondateurs (des Han aux Sui) / traduits et commentés par Yolaine Escande. [Paris] : Klincksieck, impr. 2003. Michelet : Magasin    – 8 AA 257-1

Murck, Alfreda.   Words and images : Chinese poetry, calligraphy, and painting / edited by Alfreda Murck and Wen C. Fong. New York : Metropolitan Museum of Art, c1991. Michelet : Magasin    – 4 AA 10

Polastron, Lucien Xavier. Le trésor des lettrés / Lucien X. Polastron. Paris : Imprimerie nationale éd., impr. 2009. Michelet : Magasin    – 4 AA 349

———————————————————————————————————————–

Tous nos remerciements à Jean-François Sené.

La littérature jeunesse : un secteur à connaître

La littérature de jeunesse existe-t-elle ? Les frontières de la littérature jeunesse sont difficiles à définir. Ainsi, où classer L’île au Trésor, Vendredi ou la vie sauvage ? Doit-on considérer ces ouvrages comme des romans pour la jeunesse ou pour les adultes ? Cette séparation de catégorie peut apparaître artificielle. Pourtant, une unité se dégage dans les rayons de nos bibliothèques. « La joie par les livres » a été précurseur dans ce domaine. En librairie et dans l’édition, c’est un secteur en constante augmentation. La littérature de jeunesse a même son salon, à Montreuil.

La littérature de jeunesse occupe une part importante des fonds des bibliothèques de l’IUFM. Elle constitue un axe pour l’apprentissage de la lecture et une initiation à l’analyse littéraire. Elle permet d’aborder de nombreux thèmes par le biais des documentaires jeunesse. Les deux fonds principaux sont les albums jeunesse et l’analyse de la littérature jeunesse.

La littérature de jeunesse a des cotes qui commencent par J pour jeunesse (J A = albums ; J R = romans jeunesse ; J C = contes pour les jeunes …) ou par 809.89, la catégorie « analyse de la littérature jeunesse » dans la cotation Dewey. Dans les autres domaines, les ouvrages jeunesse sont signalés par des étiquettes oranges.

Les ouvrages se déclinent dans les médiathèques de l’IUFM en plusieurs catégories :

  • les albums, ouvrages importants pour l’apprentissage de la lecture pour les élèves de primaire, par exemple Les Arbres de Noël de  Géraldine Elschner et Stéphane Girel d’après Claude Monet  (collection Pont des arts), des histoires pour entrer dans les œuvres d’art,
  • des romans, de la poésie, du théâtre et des contes adaptés à la jeunesse, de par leur édition et leur appareil critique.
  • les documentaires et fictions jeunesses pour découvrir et enseigner certains domaines, par exemple les ouvrages des éditions du Pommier, les « minipommes » : Le pétrole ; Le cycle de l’eau,

  • l’analyse de la littérature de jeunesse, bien que le domaine n’apparaisse plus au concours de recrutement des professeurs des écoles.

Mort de Christa Wolf

Christa Wolf est morte jeudi 1er décembre, à l’âge de 82 ans. La vie et l’œuvre de cet écrivain sont intimement liés à l’histoire de la République Démocratique Allemande. Personnalité controversée après la réunification, notamment à cause de son activité d’IM pour la Stasi et de son attitude face au régime est-allemand, elle a cependant toujours su garder un lectorat fidèle, tant à l’Est qu’à l’Ouest, et demeure une des figures intellectuelles clés pour comprendre les tensions qui ont traversé la société est-allemande entre 1949 et 1989.

Pour en savoir plus sur la vie de Christa Wolf, vous pouvez consulter la biographie que Jörg Magenau lui a consacrée en 2002 : Christa Wolf : eine Biographie, Berlin, Kindler, 2002 (disponible à la bibliothèque Malesherbes sous la cote AL18998)

Vous pouvez également consulter sur Internet :
– sa revue nécrologique dans le journal allemand Die Zeit ou dans le journal français Le Monde,
– le dossier de presse que lui consacre le site du Spiegel online,
– la page consacrée à l’événement sur le site de son éditeur allemand, Suhrkamp Verlag.

Quelques ouvrages de Christa Wolf disponibles à la bibliothèque Malesherbes :

En langue originale :

Stadt der Engel, oder, The Overcoat of Dr. Freud, Berlin, Suhrkamp, 2010
Cote : 830 WOL 3 ST
Kein Ort, nirgends, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2006
Cote : 830 WOL 3 KE
Kindheitsmuster, München, Luchterhand, 2000
Cote : 830 WOL 1
Kassandra : Voraussetzungen einer Erzählung, München, Luchterhand, 2000
Cote : 830 WOL 1
Der geteilte Himmel : Erzählung, München, Luchterhand, 1999
Cote : 830 WOL 1
Was bleibt : Erzählung, München, DTV, 1998
Cote : AL9921

Traduits en français :

Aucun lieu, nulle part, Paris, Stock, 2009
Cote : AL25580
Ce qui reste : récit, Paris, Stock, 1996
Cote : AL10489
Cassandre : les prémisses et le récit, Paris, Stock, 1994
Cote : AL16866

Photo : Die Schriftstellerin Christa Wolf während einer Buchlesung in Berlin-Mitte, März 2007. SpreeTom. Source : Wikimedia commons. CC : BY-SA.

Le livre électronique orphelin

Michael Hart, créateur du premier ebook et fondateur du projet Gutenberg, est décédé le 6 septembre 2011. C’est grâce à son inlassable travail que l’on peut trouver en ligne une foule de textes littéraires, en plusieurs langues.

En 1971, alors qu’il est étudiant à l’université de l’Illinois, il saisit la Déclaration d’indépendance pour la transmettre sur le réseau. Internet n’existe pas encore, la transmission du texte est modeste, mais la vocation de Michael Hart est née.

Sa vie durant, il n’aura de cesse que de numériser et de mettre à disposition les plus grands textes de la littérature. Sur cette merveilleuse bibliothèque numérique qu’est le projet Gutenberg se trouvent des classiques mais aussi des textes épuisés.

Sur le site du Projet Gutenberg, vous trouverez un très riche catalogue. Il est également possible de consulter la liste des ouvrages par langues (français, anglais, espagnol pour n’en citer que quelques-unes). Plusieurs formats sont disponibles pour la lecture, html pour lire depuis son ordinateur, epub si vous disposez d’une tablette.

Outre le plaisir de découvrir ou redécouvrir des textes magnifiques, les formats électroniques permettent aussi un travail approfondi sur le texte, notamment grâce à la recherche d’occurrences.

Pour aller plus loin, on peut consulter :
– la nécrologie de Michael Hart par Gregory Newby (en), sa traduction en français sur le blog de notre collègue Rémi Mathis,
– l’article d’Hervé Le Crosnier, maître de conférences en sciences de l’information à l’université de Caen,
– le reportage d’ActuaLitté, le magazine en ligne des univers du livre, sur le projet Gutenberg.

Photo : Michael Hart, à gauche, et Gregory Newby, par Marcello. Source : Wikimedia commons. CC : BY-SA.

 

Categories: Actualités Tags: ,

Lectures d’été : Lunar park, Bret Easton Ellis

Roman le plus abouti de Bret Easton Ellis pour beaucoup, Lunar park est une œuvre dérangeante qui se joue des genres littéraires tout en pointant avec une ironie grinçante les travers de la société américaine forturnée.

Dans ce livre, Bret Easton Ellis recourt à l’autofiction. Débutant la lecture, on pourrait croire se trouver dans une autobiographie de facture assez classique, le parcours jusqu’au succès que l’on connaît est retracé, entrecoupé de souvenirs de jeunesse et rythmé par les doses de drogues consommées par le narrateur.

Touchant le fond, le narrateur renoue avec une ancienne compagne et avec son fils qu’il n’avait pas voulu connaître. Ils s’installent en famille dans une vaste demeure mais le bonheur apparent est vite fissuré, les adultes comme les enfants étant dépendants de psychotropes pour contrôler leurs humeurs. Très vite des événements étranges se produisent dans la maison, qui ne sont pas sans rappeler au narrateur certains événements de son enfance.

Peu à peu, on glisse dans un roman à suspense où ressurgissent les personnages des livres précédents d’Ellis, dont le glaçant Patrick Bateman (American psycho). Difficile pour le lecteur de démêler le vrai du faux, entre autofiction, fantastique et thriller dans une intrigue à rebondissements.

Un roman où l’enfant terrible des lettres américaines réussit un beau tour de force, en mêlant réel, fiction et folie.

Disponible à la bibliothèque Clignancourt, en français et en anglais, à la cote :
EU 81 ELL 3 lun

Du même auteur, on pourra lire également en édition bilingue Letters from L.A., cote :
EU 81 ELL 3 let

Comprendre la littérature anglophone

 

 

Vous cherchez des petites études critiques des auteurs anglais et américains les plus récents et vous désespérez d’en trouver ?

 

Sachez que les presses universitaires de l’université de Caroline du Sud ont lancé une collection nommée « Understanding« , destinée à éclairer les œuvres d’écrivains comme Toni Morrison, Julian Barnes ou encore Paul Auster.

 

En langue originale mais de lecture aisée, cette série est destinée à tous ceux qui souhaitent accompagner leurs lectures de littérature contemporaine d’un éclairage critique.

***

Voici une bibliographie des titres que vous trouverez à la bibliothèque Clignancourt, suivis de leurs cotes pour les localiser sur les rayons :

- Bauer, Margaret Donovan (1963-). Understanding Tim Gautreaux. 2010. EU 81 GAU 4 bau
– Birns, Nicholas. Understanding Anthony Powell. 2004. GB 82 POW 4 bir
– Fisher, James. Understanding Tony Kushner. 2008. EU 81 KUS 4 fis
– Friedman, Lawrence S. Understanding Cynthia Osick. 1991. EU 81 OZI 4 fri
– Frye, Steven. Understanding Cormac McCarthy. 2009. EU 81 MCC 4 fry
– Furman, Marva Jannett. Toni Morrison’s fiction. 1996. EU 81 MOR 4 fur
– Gleason, Paul William. Understanding T.C. Boyle. 2009. EU 81 BOY 4 gle
– Griffin, Alice, et Geraldine Thorsten. Understanding Lillian Hellman. 1999. EU 81 HEL 4 gri
– Kreyling, Michael. Understanding Eudora Welty. 1999. EU 81 WEL 4 kre
– Landon, Brooks. Understanding Thomas Berger. 2010. EU 81 BER 4 lan
– Link, Eric Carl. Understanding Philip K. Dick. 2010. EU 81 DIC 4 lin
– Malcolm, David. Understanding Ian McEwan. 2002. GB 82 MCE 4 mal
– Moffett, Joe. Understanding Charles Wright. 2008. EU 81 WRI 4 mof
– Moseley, Merritt. Understanding Julian Barnes. 1997. GB 82 BAR 4 mos
– Nakadate, Neil. Understanding Jane Smiley. 2010. EU 81 SMI 4 nak
– Peacock, James. Understanding Paul Auster. 2010. EU 81 AUS 4 pea
– Rood, Karen Lane. Understanding Annie Proulx. 2001. EU 81 PRO 4 roo
– Roudané, Matthew Charles. Understanding Edward Albee. 1987. EU 81 ALB 4 rou
– Spikes, Michael Paul. Understanding contemporary American literary theory. 2003. 810.15 SPI
– Theado, Matt. Understanding Jack Kerouac. 2000. EU 81 KER 4 the
– Whitt, Margaret Earley (1946-). Understanding Flannery O’Connor. 1997. EU 81 OCO 4 whi

Clarice Lispector à la bibliothèque Clignancourt

A la suite du colloque organisé par les universités de Paris 8 et Paris Sorbonne, la bibliothèque Clignancourt a réalisé une sélection d’ouvrages critiques sur l’auteure brésilienne Clarice Lispector (1920-1977). Considérée comme un écrivain majeur du XXe siècle au Brésil, cette femme de lettres et journaliste est encore méconnue en France.

L’exposition a lieu jusqu’à la fin du mois et les ouvrages sont d’ores et déjà empruntables.

———

Plus d’informations sur Clarice Lispector sont à retrouver sur le blog de l’UFR de portugais, Estudos lusófonos.

Categories: Actualités Tags: ,