Archive

Articles taggués ‘sculpture’

Antoni Tàpies

Le 6 février dernier décède à l’âge de 88 ans le peintre et sculpteur catalan Antoni Tàpies, l’un des représentants majeurs du mouvement d’avant-garde en Espagne.

Artiste autodidacte, Antoni Tàpies i Puig (1923, Barcelone) a été créatif jusqu’au bout malgré ses problèmes de vue et d’audition.
Né dans une famille de tradition libérale, Tàpies étudie le droit qu’il abandonne, contraint par une affection pulmonaire, pour se consacrer à sa passion, le dessin et la peinture (1946).
Il expérimente des œuvres de plus en plus abstraites, de nouvelles techniques de dessin et de collage, de nouveaux supports plastiques, des éléments iconographiques et anthropomorphiques ou des signes d’écriture; mais exprimant toujours l’histoire et la politique, la religion, le temps qui passe, les blessures et cicatrices du passé, etc. Opposé au régime franquiste, il défend la politique catalane et le surréalisme dans des tableaux comme L’esperit català, Pintura romana amb barretina et Sardana (1971).
Tàpies connaît très vite du succès, ses œuvres sont exposées dans les plus grands musées d’art contemporain du monde. En 1992, il participe à l’Exposition universelle de Séville, au Pavillon Catalan. En 1984 sera créée à Barcelone une fondation portant son nom et dédiée à l’enseignement de l’art moderne et contemporain.  Il reçoit en avril 2010 du roi d’Espagne le titre de Marquis de Tàpies pour sa grande contribution aux arts plastiques espagnols et mondiaux. Il laisse 8000 œuvres pour la plupart dispersées dans les plus grands musées du monde.

Pour en connaître plus sur l’artiste, vous pourrez consulter à la Bibliothèque d’études catalanes les documents suivants :

- TÀPIES Antoni. La pratique de l’art. Gallimard, 1974 [cote 70 TAP]
– VICENS Francesc, et al. Antoni Tàpies o L’escarnidor de diademes. Ed. Polígrafa, 1971 [cote C 70.07 (TAP) TAP, ouvrage multilingue]
– PENROSE Roland. Tàpies. Ed. Galilée-Dutrou, 1977 [cote 70 (TAP) PEN]
Tàpies : das graphische Werk = Tàpies : l’oeuvre gravée : 1947-1972. Erker-Verlag, 1984 [cote C 70.07 (TAP) TAP]
– RAILLARD Georges. Tàpies. Maeght, 1976 [cote 70 (TAP) RAI]
– GIMFERRER Pere. Antoni Tàpies et l’esprit catalan. Ed. Cercle d’art, 1976 [cote 70 (TAP) GIM]
A.T  : Alfabet Tàpies. Barcelona Multimèdia, 2004 [cote DVD 75 TAP]

Plusieurs ouvrages sont aussi disponibles à la bibliothèque Michelet, n’hésitez pas à consulter le catalogue du SCD Paris Sorbonne.

Photo :
Antoni Tàpies i la fundació IDIBELL. Par canalhub.fotos. CC : BY-SA. Source : Wikimedia Commons

Antiquité rêvée …

Depuis quelques jours se tient à  la Maison de la Recherche une exposition organisée par la bibliothèque (1). Cette exposition de l’artiste Roger Blaquière propose une immersion dans un ensemble d’œuvres  montrant des livres d’artistes, des gravures détournées, des peintures sur papier et des terres cuites.

Un long séjour de Roger Blaquière à la Villa Médicis de Rome a profondément marqué et inspiré son œuvre. Pour l’artiste, il s’agit non pas d’études savantes et objectives sur l’Antiquité mais d’un vagabondage sur ce grand passé de notre culture. L’utilisation de papier kraft comme support de couleur donne à celle-ci une profondeur et une vibration nécessaire à ce « fatras pittoresque de la mémoire »(2).

Présentés dans les vitrines, les leporello(3) aux titres évocateurs « Variation divinatoire« , « Petits talismans pour un parcours oublié » ou « Le rivage d’Aéa » témoignent d’ « Etranges voyages »  dans un univers poétique empreint d’un ailleurs mystérieux. Quant aux Déesses et Idoles de terre et de papier,  Claude Gache écrit qu‘ « elles ont dû, autrefois, méduser de jeunes guerriers comme l’affirment certaines légendes ; aujourd’hui, leur format réduit contribue à en faire des objets d’une dévotion profane et esthétique ».(4) Une exposition sur le thème du vestige, présentée dans le cadre de l’association du Centre Allonnais de Prospection et de Recherches Archéologiques, souligne l’inscription de la pratique de l’artiste dans une démarche mémorielle dont la forme même appartient à l’artiste.

Une déambulation dans la bibliothèque mais aussi au pied de l’escalier B permettra de découvrir au gré de vos sens, une œuvre qui mérite que l’on s’y attarde.

(1) 28 rue Serpente (75006 Paris) jusqu’au 24 juin 2011

(2) (4) Extrait du catalogue publié à l’occasion de la rétrospective Roger Blaquière présentée à L’Espal (Le Mans – 2009)

(3) Technique de pliage et de collage des pages pour que le livre puisse s’ouvrir comme un accordéon

Site de l’artiste : http://www.roger-blaquiere.com/

Photos  publiées avec l’accord de Roger Blaquière