Archive

Articles taggués ‘William Blake ; poésie’

La forge à livres

Si vous flânez  et bouquinez cet été, vous pourrez apercevoir des bibliothèques au travers des pages. Presque un mirage, un peu trop de soleil sur les marges ?

La forge à livres est une hallucination tirée du « Mariage du ciel et de l’enfer » de William Blake (1757-1827), prophète romantique avant l’heure, peintre, graveur et poète.

Pendant son voyage souterrain en enfer, il explore une série de cavernes où sont enfantés les livres. Nous vous donnons ici une traduction, suivie de la version originale. Il existe une magnifique traduction d’André Gide paru chez José Corti mais qui n’est pas libre de droit d’auteur, c’est pourquoi nous ne la proposons pas ici.

« FANTAISIE MEMORABLE

J’étais dans une imprimerie, en Enfer, et je vis la méthode par laquelle le savoir était transmis de génération en génération.

Dans la première chambre était un Homme-Dragon déblayant les gravats de la bouche d’une caverne ; à l’intérieur, plusieurs dragons creusaient la caverne.

Dans la deuxième chambre était une vipère. Elle se lovait dans le roc de la caverne ; d’autres la paraient d’or, d’argent et de pierreries.

Dans la troisième chambre se trouvait un aigle dont les ailes et les plumes étaient d’air ; il insufflait l’infini à l’intérieur de la caverne ; alentour, nombre d’aigles, pareils à des hommes, bâtissaient des palais sur d’immenses falaises.

Dans la quatrième chambre, des lions de flamme ardente tournaient furieux et fondaient les métaux en fluides vivants.

Dans la cinquième chambre, étaient les formes sans nom qui jetaient les métaux dans l’étendue.

Là, des hommes les recueillaient, occupant la sixième chambre, et les métaux se transformèrent en livres et s’ordonnèrent en bibliothèques. »

 

Voici la version originale, tirée de l’édition suivante : « William Blake, Selected Poetry », Oxford University Press, 2008, p.80.

« A MEMORABLE FANCY

I was in a printing-house in Hell and saw the method in which knowledge is transmitted from generation to generation.

In the first chamber was a dragon-man, clearing away the rubbish from a cave’s mouth; within, a number of dragons were hollowing the cave.

In the second chamber was a viper folding round the rock and the cave, and others adorning it with gold, silver, and precious stones.

In the third chamber was an eagle with wings and feathers of air; he caused the inside of the cave to be infinite. Around were numbers of eagle-like men, who built palaces in the immense cliffs.

In the fourth chamber were lions of flaming fire raging around and melting the metals into living fluids.

In the fifth chamber were unnamed forms, which cast the metals into the expanse.

There they were received by men who occupied the sixth chamber, and took the forms of books, and were arranged in libraries. « 

- Article wikipedia sur William Blake

- « Le mariage du ciel et de l’enfer » sur My Library Things

Photo : William Blake par Thomas Phillips. Source : Wikimedia commons